Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Top Livres 2021

Top Livres 2021 : les meilleurs livres de 2021

Dernière mise à jour : janvier 3rd, 2022 at 11:48

Avant que la rentrée littéraire d’hiver 2022 ne déferle avec ses 545 romans, quelques lignes pour souligner de belles découvertes tout au long de l’année 2021. Textes d’auteurs confirmés ou primo romanciers, de récits, de littérature française ou étrangère, tous ont un point commun ; leur grande qualité. Découvrez les Top Livres 2021.

Cet article vous est proposé par le chroniqueur Chris L.

Top Livres 2021 au fil des mois

En janvier, L’ami arménien permit de retrouver l’écriture classique et ciselée d’Andreï Makine chez Grasset. Cinquante ans après une rencontre et une amitié inoubliable, l’auteur se souvient toujours de Vardan, de sa mère et de sa sœur, Gulizar, des femmes aux forts caractères. Le mode de vie abandonné en quittant le pays a été reconstitué par la petite communauté qui les entoure et dont l’auteur s’imprègne. Un livre plein de charme, de nostalgie, de regrets, maîtrisé de bout en bout par un conteur d’une rare qualité et d’une grande profondeur.

En février direction l’Antarctique, à la rencontre d’Henry Worsley qui reproduisit en 2015, un siècle après, l’expédition Endurance de son idole Ernest Shackleton. The white darkness, récit fascinant, est l’œuvre de David Grann aux Éditions du sous-sol. Comme toujours dans ses enquêtes, c’est un homme hors normes qui est mis en valeur, rongé par ses rêves, ses passions dévorantes, jusqu’au-boutiste. Un magnifique hommage à un héros méconnu, aujourd’hui inhumé auprès de son idole sur l’île de Géorgie du Sud.

En avril, les éditions Zoé permettent aux lecteurs français de découvrir Fabio Andina et son  magnifique Jours à Leontica, porté par l’excellente traduction d’Anita Rochedy. L’écriture sobre permet d’apprécier le temps qui s’écoule parmi des vies simples, aux solitudes assumées, aux gestes ancestraux répétés inlassablement. Et il y a Le Felice, un homme qui ne s’oublie pas, auprès duquel l’auteur s’est fait accepté. Un monde de solidarité entre taiseux dans un monde rude dans lequel le lecteur se glisse avec plaisir.

En août était enfin traduit en France Der Vater : Eine Abrechnung de Niklas Frank paru en 1987 en Allemagne. Sous le titre Le père, un règlement de comptes,  les éditions Plein jour permettaient d’accéder à ce texte d’une rare puissance, d’une rare violence sur le dégoût et l’écœurement qu’un père ait pu produire sur son fils. Ce rejet est celui de Hans Franck, dignitaire nazi, condamné à Nuremberg pour ses crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Un livre sans concession, page d’histoire et combat d’une vie d’un homme courageux.

En septembre, Le Mississipi dans la peau est paru chez Liana Levi comme précédemment Mississipi solo. Une seule année seulement sépare les deux livres mais trente ans se sont écoulés entre les deux descentes du mythique fleuve, en canoë, par Eddy L. Harris. Le plaisir pour le lecteur est intact, les expériences vécues étant si différentes. Le monde a beaucoup changé, pas en bien nécessairement, et le Grand Fleuve n’a pas été épargné. Une déambulation portée par une plume alerte, critique, parsemée de belles rencontres, et de réflexions profondes.

4 premiers auteurs à suivre

Méritent également d’être mis en avant quatre auteurs pour leurs premiers romans très prometteurs.

Julien Guerville chez Calmann-Levy est le premier de la liste pour Amanita en janvier, roman social sombre où chacun survit au fond d’une vallée. Dans un monde glauque, corrompu, submergé par le bruit des usines pétrochimiques aux odeurs pestilentielles, où tous les dérivatifs sont permis. Imagination er réalité se conjuguent parfaitement.

En février Katja Schönherr, allemande installée en Suisse, propose chez Zoé Marta et Arthur, couple atypique, jamais marié avec un enfant, que tout oppose, qui se déchire avec violence. Une vie brinquebalante remplie de rancœurs, d’indifférences que seul un décès peut améliorer.

En août chez Phébus, Jérôme Chantreau entame brillamment son œuvre littéraire avec Belhazar, l’un de ses étudiants trop tôt disparu. Le professeur est envahi par une recherche obsessionnelle au risque de perdre tous ses repères, de sombrer. Un livre qui ne se lâche pas.

Daniel Loedel chez La croisée en août, avec Hadès, Argentine, fait une entrée convaincante en littérature. Un bel hommage à sa sœur Isabel, disparue sous la dictature Videla, qu’il n’a jamais connue. Une réflexion profonde sur la porosité de la frontière séparant humanité et monstruosité.

À ces débutants talentueux, se joignent des auteurs confirmés comme Blaise Ndala avec Dans le ventre du Congo au Seuil, Mohamed Mbougar Sarr avec La plus secrète mémoire des hommes chez Philippe Rey et Jimsaan, et Anouar Benmalek pour L’amour au temps des scélérats chez Emmanuelle Collas. Conteurs nés, maniant avec dextérité la langue française, à l’inventivité débordante, ils contribuent à la richesse de la littérature contemporaine.

Que 2022 puisse produire autant de belles découvertes que celles de 2021.

En savoir plus :

  • L’ami arménien, Andreï Makine, Grasset, 06 janvier 2021,141 pages, 18 euros
  • Amanita, Julien Guerville, Calmann-Lévy, 06 janvier 2021,280 pages, 17,90 euros
  • Dans le ventre du Congo, Blaise Ndala, Éditions du Seuil, 07 janvier 2021, 368 pages, 20 euros
  • The white darkness, David Grann, Editions du sous-sol, 04 février2021, 160 pages, 16,50 euros
  • Marta et Arthur, Katja Schönherr, Zoé, 04 février 2021, 256 pages, 21 euros
  • Jours à Leontica, Fabio Andina, Zoé, 08 avril 2021, 256 pages, 21 euros
  • Bélahazar, Jérôme Chantreau, Phébus, 19 aout 2021, 320 pages, 19 euros
  • L’amour au temps des scélérats, Anouar Benmalek, Emmanuelle Collas, 20 aout 2021, 456 pages, 20 euros
  • Le père, un règlement de comptes, Niklas Franck, Plein jour, 20 août 2021, 384 pages, 21 euros
  • Hadès, Argentine, Daniel Loedel, La croisée, 25 aout 2021, 398 pages, 21,50 euros
  • La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr, Coédition Philippe Rey / Jimsaan, 27 aout 2021, 461 pages, 22 euros
  • Le Mississipi dans la peau, Eddy L. Harris, Liana Levi, 02 septembre 2021, 256 pages, 20 euros
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.