Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Immersion livre Emiliano Poddi

Critique / “Immersion” (2023) de Emiliano Poddi

Obtenir son diplôme de plongée à soixante-dix ans et pratiquer cet exercice jusqu’à cent un ans semble être de la pure fiction, et pourtant il n’en est rien. Emiliano Poddi, auteur de théâtre reconnu en Italie, déploie au fil des pages de son fascinant premier roman Immersion, paru en avril 2023 chez Albin Michel, l’existence de la vénéneuse et intrigante Leni Riefenstahl, la femme aux cinq vies. La traduction de Sophie Royère, d’une grande qualité, met en valeur un texte qui alterne entre présent et passé avec finesse, jamais didactique. L’avis et la critique sur le livre.    

Cet article vous est proposé par le chroniqueur Chris L.

Immersion : Un intense plaisir de lecture

Au delà de son centenaire, Leni Riefenstahl continue à se mouvoir dans les profondeurs sous-marines des Maldives, à la recherche d’images parfaites à capturer, sans doute parmi ses dernières. Pour ses ultimes descentes, elle est accompagnée de Martha, une jeune biologiste qui espère pouvoir assouvir sa vengeance tant son existence est liée par le mal à cette illustre allemande qui devint célèbre en qualité de réalisatrice de propagande au service du parti national-socialiste de Hitler dès 1933.

Outre l’enregistrement du Cinquième Congrès du Parti nazi à Nuremberg, célèbre et adulée elle réalisa Les Dieux du stade consacrés aux Jeux olympiques de Berlin en 1936. Ce ne furent pas ses seules œuvres cinématographiques. Elle commît notamment la réalisation du très controversé Tiefland, tourné en pleine guerre entre 1940 et 1944. Héroïne principale sous le nom de Marta, elle était entourée de figurants Roms et Sintis, extraits par ses soins de camps de détention nazis, pour tenir le rôle d’espagnols. Au terme du film ils furent rendus à leurs tortionnaires dans la plus insondable indifférence, puis dirigés vers des camps de concentration. Une Immersion en eaux troubles où certains moments de l’existence de Leni Riefenstahl sont mis en exergue.

Emiliano Poddi réussit à mettre en valeur les richesses qui font la renommée des Maldives

Égocentrique, à la quête d’un esthétisme permanent, elle ne renia jamais ce qu’elle fît, ni n’eut de remords. Les chapitres les plus marquants, totalement inattendus, très factuels, sont ceux que l’auteur a habilement distillés au fil des pages et qui n’ont rien d’un roman ; citations extraites de journaux, historique des amours de Leni et extraits contradictoires de ses Mémoires, avis de ceux qu’elle fréquentât, accidents multiples qu’elle subît. Une manière d’impliquer le lecteur auprès de cette femme manipulatrice à l’extrême, qui ne vit que pour sa gloire et sa renommée coûte que coûte. Une immersion totale dans l’âme de celle qui fut danseuse, actrice, réalisatrice de films et de documentaires, photographe.

Emiliano Poddi réussit à mettre en valeur les richesses qui font la renommée des Maldives, ses couleurs limpides qui éclatent de toutes parts entre ciel et Océan indien avec des bleus qui se complètent harmonieusement et se mélangent aux blancs lumineux des plages. Et que dire de la faune marine à la riche diversité des espèces rencontrées, aux couleurs chatoyantes, entre rochers et coraux. L’immersion auprès de Leni et Martha est réussie, à la rencontre de raies manta, plus particulièrement les géantes, de la murène étoilée, du poisson- perroquet, du poisson-lion, du requin corail, des ascidies bleues. L’approche et l’observation attentive de ces animaux qui peuplent les abysses fascinent durablement, sans jamais lasser le lecteur qui a le sentiment de partager cette expérience unique.

À chaque instant le châtiment de Martha pourrait se déclencher. Elle ressasse depuis de si longues années la punition à infliger à Leni. Elle a su saisir l’opportunité pour devenir sa guide. Lors de ses immersions, seule avec sa victime désignée, ou sur terre, une seule idée l’obsède ; pouvoir exercer de justes représailles. Et dans son esprit défile des instants de la vie de cette femme damnée, bien différents de ceux dont aime se souvenir l’insaisissable bavaroise. La tension est permanente, entre les réflexions intérieures qui agitent violemment Martha sans jamais réussir à s’exprimer oralement, et la suffisance exprimée de la hautaine centenaire face à sa guide et l’encontre de Horst, son collaborateur et compagnon durant trente cinq ans, de quarante ans son cadet.

Notre avis

Avec un roman truffé de faits et de commentaires issus de la vie de l’illustre et diabolique Leni Riefenstahl, Emiliano Poddi met véritablement en scène Immersion, avec rythme, flashbacks, menant à un final tout en tension, inéluctable. Entre l’obsession dévorante de Marta, et l’implacable froideur de Leni, une personne dont il convient de se tenir éloigné selon une courte analyse graphologique, le lecteur est happé dans ce combat disproportionné. Roman très réussi, très documenté, d’une grande richesse réflective, qui met en relief les qualités naturelles et professionnelles d’Emiliano Poddi ; auteur de théâtre et enseignant d’écriture créative. Un intense plaisir de lecture.

En savoir plus :

  • Immersion, Emiliano Poddi, Albin Michel, avril 2023, 304 pages, 20,90 euros
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.