enfr

Critique / « Les Apparences » (2020) de Marc Fitoussi

Dernière mise à jour : mai 25th, 2021 at 03:40

Après avoir pris part à la réalisation de l’oeuvre collective Selfie, sortie en début d’année 2020, Marc Fitoussi revient en solo avec Les Apparences. Dans ce nouveau long-métrage, dans les salles depuis le 23 septembre, il troque sa muse Isabelle Huppert par Karin Viard. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Ève (Karin Viard) et Henri (Benjamin Biolay) sont installés à Vienne avec leur fils adoptif. Lui est le chef d’orchestre de l’Opéra tandis qu’elle travaille à l’Institut française. Un jour, Ève découvre que son mari entretient une liaison avec l’institutrice de leur enfant (Laetitia Dosch).

Les Apparences dans la lignée de la filmographie de Marc Fitoussi

Si on observe bien la filmographie de Marc Fitoussi, le jeu des apparences est une ligne directrice depuis plusieurs de ses films.

Dans Copacabana (2010), on suivait une mère de famille, indifférente à la réussite sociale, souhaitant regagner l’estime de sa fille et lui offrir un cadeau de mariage conséquent.

Jeu de dupes également dans Pauline Détective (2011) où la protagoniste, jouée par la pétillante Sandrine Kiberlain, se transforme en fausse enquêtrice.

Même La Ritournelle (2014) a ce goût de dissimulation lorsque la protagoniste quitte la Normandie pour tenter de se construire une vie parisienne.

Le film Les Apparences n’aura jamais aussi bien porté son nom. Evelyne, qui gomme déjà une partie de son prénom en se faisant appeler Eve, les cheveux impeccablement coupés, se complet dans une vie d’expatriée chics à Vienne. Elle y dirige une médiathèque. Mais c’est son mari, chef d’orchestre réputé, qui lui fait connaitre les hautes sphères. Leur vie de couple semble parfaite entre leur jeune fils adopté adorable et des amis modèles. Pascale Arbillot est en cela une réplique magnifique du personnage campé par Karin Viard.

Un thriller social percutant

Les Apparences Un film de Marc Fitoussi Karin Viard
© SND

C’est un monde qui ne doit absolument pas s’écrouler quand Eve découvre les infidélités de son mari avec l’institutrice de leur enfant. La femme trompée ravale alors sa rancœur et dissimule sa tristesse, tant vis-à-vis de son mari que de celui de son entourage, prêt à juger sa moralité qui s’organise dans des normes sociales bien définies.

S’ouvre alors une session de jeux de dupes où la femme de poigne va élaborer des scénarios machiavéliques pour sauver son honneur et pousser le couple illégitime à se séparer. L’institutrice jouée par la douce Laetitia Dosch devient alors la cible prioritaire à abattre. Une première cible qu’Eve a décidé de ne pas rater.

Mais sa vengeance se complique lorsque cette dernière rencontre un jeune homme dans un bar dont la passion amoureuse va évoluer en harcèlement quotidien.

Le long métrage Les Apparences porte indubitablement la marque de Claude Chabrol en allant sur le terrain d’un thriller social extrêmement percutant. Cette ribambelle de perversité donne également au long métrage une filiation avec Basic Instinct, Karin Viard ayant l’apparat d’une Sharon Stone à la fois dans l’accoutrement, le blondeur parfaite et l’art du faux semblant.

Notre avis ?

S’éloignant du terrain de la comédie, Marc Fitoussi réussit avec Les Apparences un thriller noir minutieusement orchestré et qui tient en haleine un spectateur happé par des intrigues subtiles et qu’il se languit de voir se démêler.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 23/09/2020
  • Distribution France : SND
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.