Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Naidra ayadi les promesses
© Remy Tortosa

Critique & Interview / Naidra Ayadi pour « Les Promesses » : « L’État met beaucoup de distance entre le politique et le citoyen » 

Dernière mise à jour : mars 11th, 2022 at 09:17

Avec le long métrage Les Promesses de Thomas Kruithof, l’actrice Naidra Ayadi s’intéresse aux arcanes du pouvoir au niveau local en interprétant une jeune adjointe au maire ayant vocation à prendre la succession de la maire en place. Après le succès de la série Le Code diffusée sur France 2 en décembre dernier, la comédienne lance son année 2022 avec ce film politique dans les salles le 26 janvier prochain. L’occasion pour Bulles de Culture de revenir avec elle sur sa collaboration avec le réalisateur et sur ce nouveau film avec Isabelle Huppert et Reda Kated.

Synopsis :

Maire d’une ville du 93, Clémence (Isabelle Huppert) livre avec Yazid (Reta Kated), son directeur de cabinet, une bataille acharnée pour sauver le quartier des Bernardins, une cité minée par l’insalubrité et les « marchands de sommeil ». Ce sera son dernier combat, avant de passer la main à la prochaine élection. Mais quand Clémence est approchée pour devenir ministre, son ambition remet en cause tous ses plans. Clémence peut-elle abandonner sa ville, ses proches, et renoncer à ses promesses ? …

Naidra Ayadi en politique dans Les Promesses : notre interview

Les Promesses Isabelle Huppert, Reda Kateb film 2021
© Wild Bunch

Bulles de Culture : Qu’est-ce qui vous a paru singulier dans Les Promesses

Naidra Ayadi : Ce n’est pas un traitement qu’on a l’habitude de voir au cinéma. Ce n’est pas un film sur la conquête du pouvoir. On suit des politiques au travail, sans savoir à quel parti ils appartiennent. On suit l’activité d’un maire, au plus proche de ses administrés.

Bulles de Culture : Connaissiez-vous le travail de Thomas Kruithof, notamment sur la série Baron Noir ou le film La mécanique de l’ombre ?

Naidra Ayadi : Je connaissais Baron Noir et La mécanique de l’ombre bien avant de rencontrer Thomas. On perçoit une grande intelligence dans son travail.

Bulles de Culture : Que vous a dit le réalisateur de votre personnage la première fois qu’il vous en a parlé ? 

Naidra Ayadi : Il me parlait des nouvelles figures politiques, souvent des femmes issues de l’immigration notamment dans en région Ile de France. Cela m’intéressait d’incarner ces nouvelles venues dans le monde de la politique. Après, mon personnage fait les frais des ambitions politiques d’autrui.

Bulles de Culture : Pourquoi votre personnage porte votre prénom ? 

Naidra Ayadi : Apparemment durant l’écriture du scénario, Thomas Kruithof et Jean-Baptiste Delafon, les deux scénaristes du film Les Promesses, pensaient à moi. Quand on m’a proposé le rôle, on m’a demandé si cela me dérangeait de garder ce prénom. Cela ne me dérangeait absolument pas. Je pense que cela sera même rare de voir ce prénom incarné à l’écran. Thomas Kruithof pensait par ailleurs que j’aurais pu m’engager en politique. C’est marrant ce sentiment !

« Quand on arrive dans les cités de Clichy-sous Bois, on se dit qu’il y a vraiment des oubliés« .

Bulles de Culture : Les Promesses s’est en partie tourné à Clichy sous Bois. Comment l’équipe a été accueillie pour le tournage ? 

Naidra Ayadi : Quand on arrive dans les cités de Clichy-sous Bois, on se dit qu’il y a vraiment des oubliés. On voit des immeubles dans un état de délabrement extrême. Les murs sont décrépis, il y a des fuites d’eau qui laissent des traces. Ca fait mal au coeur de se dire que des familles vivent là. C’est tellement violent.

Bulles de Culture : Comment s’est passée la collaboration avec Isabelle Huppert et Reda Kated ? 

Naidra Ayadi : C’était la première fois que je travaillais avec eux. Avec Reda Kated, on a commencé ensemble le métier, on se connaissait depuis très longtemps, depuis nos débuts. Isabelle Huppert est quelqu’un de très à l’écoute. C’est très facile de jouer avec elle.

Bulles de Culture : Avec Les Promesses, on est à la jonction d’un film politique et d’un film social, sans reprendre totalement les codes de chacun des registres. 

Naidra Ayadi : Le film est à l’image de la politique locale. C’est pas un film social tourné en caméra à l’épaule. Il y a une direction très précise. Thomas Kruithof accompagne la dynamique des personnages. Tous les acteurs viennent de milieux différents, mais il y a le théâtre comme veine commune avec cette recherche de la précision.

Bulles de Culture : Comment le politique va être perçue par le public après ce film à votre avis ? 

Naidra Ayadi : J’aimerais qu’on se dise en ayant vu le film que la politique devrait être davantage au service de l’ensemble et des citoyens. On comprend néanmoins que personne n’est libre de faire ce qu’il veut dans ce milieu. Les engagements sont compliqués à tenir car on est tenus par une hiérarchie et par des considérations qui sont plus lointaines que la simple strate locale. L’Etat met beaucoup de distance entre le politique et le citoyen.

Propos recueillis à Paris le vendredi 21 janvier 2022.

Les Promesses à l’affiche au cinéma : notre avis

Extrait de la critique de Bulles de Culture sur le long métrage Les Promesses lors de sa projection en compétition à Carcassonne : « On y suit avec passion les multiples rouages/ chantages inhérents à la vie de la municipalité grâce à une histoire très bien écrite et un rythme narratif puissant qui tient en haleine. ».

 

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.