enfr
Informations
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.

Critique / « L’homme qui dépeuplait les collines » d’Alain Lallemand

Journaliste au quotidien belge Le soir à Liège, Alain Lallemand exerça diverses fonctions dont celles de grand reporter, correspondant de guerre, et participa aux enquêtes relatives à certains leaks (fuites en français) d’informations dont Panama Papers, Football Leaks et autres sujets. Armé de solides références, il partage désormais son temps entre l’écriture de romans et l’enseignement à l’université. L’avis et la critique de L’homme qui dépeuplait les collines

Cet article vous est proposé par un rédacteur-invité, le chroniqueur Chris L..

L’homme qui dépeuplait les collines utilise intelligemment le matériau constitué durant plus de trente ans d’activité journalistique. Il plonge les lecteurs au cœur du Congo, dans l’exploitation minière dans le sud du pays, au Kivu, poche du Burundi et du Rwanda. A cela vient se greffer une enquête journalistique menée par un consortium international d’enquêteurs qui ont à leur disposition plus de 69 millions de documents relatifs à des transactions illicites relatives à l’Afrique. Totalement liées, ces deux histoires s’entremêlent et évoquent le monde tel qu’il est de nos jours où se côtoient corrupteurs, corrompus, exploiteurs et exploités, manipulateurs, barbouzes, mafieux, hackers, opérations opaques qui enrichissent certains protagonistes et appauvrissent un pays aux richesses minières exceptionnelles.

Décrypter la masse impressionnante d’informations en possession des journalistes de Mediapart, l’Espresso, El mundo, Spiegel, et autres medias se révèle être une une tâche colossale et fastidieuse. Il faut s’organiser et avant tout s’assurer que les documents sont bien valides, et pas truffés de fake news, car ce sont des contrats frauduleux, des escroqueries, à destination de paradis fiscaux, qui sont évoqués dans ces multiples fichiers.

« L’homme qui dépeuplait les collines utilise intelligemment le matériau constitué durant plus de trente ans d’activité journalistique »

Analyses, enquêtes, interviews se multiplient, se croisent, se recoupent pour permettre une publication irréprochable au terme de ces travaux. De rencontres en rencontres au sein de l’Europe, des certitudes vont émerger et des doutes subsister. La source à l’origine des fuites interroge en elle même, s’agissant de la Suisse à partir de données transférées depuis Belgrade. Ce cheminement très particulier laisse interrogateur certains journalistes qui demeurent vigilants, et qui doivent se montrer très professionnels dans leurs analyses pour ne pas se faire piéger, d’autant plus que le Président Kabila serait impliqué dans certaines malversations.

Au Congo, des orphelins, encore des enfants, creusent à ciel ouvert sur des zones minières non exploitées par une société canadienne, Baron mines. L’un d’eux, Jean de Dieu aurait trouvé un diamant, une véritable incongruité géologique sur une zone aurifère. De telles perspectives aiguisent néanmoins les appétits d’hommes d’affaires, le russe Musa et Boris le kirghize, très bien informés, très riches, proches des pouvoirs politiques, mais avant tout de véritables mafieux aux méthodes musclées, et aux pots de vins généreux versés à bon escient à quelques fonctionnaires et homme politiques congolais.

Les expropriations de populations pour mieux laminer les terres font exploser la misère, les souffrances et mauvais traitements. L’apparition de mercenaires, bien armés, cause peur et mort. Face à cela, seuls quelques rebelles légèrement armés, aidés de Xhara la militante active d’une ONG, d’un jeune ingénieur de la société canadienne d’exploitation minière, orphelin adopté au Burundi, font preuve de résistance.

Notre avis ?

L’homme qui dépeuplait les collines réserve beaucoup de surprises et de rebondissements, dont le trafic organisé d’enfants, déclarés orphelins même lorsqu’ils ont des parents. Très bien documenté, avec des personnages solidement campés et attachants, cette fiction est convaincante, habilement structurée, rendant un bel hommage aux journalistes d’investigation. Alain Lallemand utilise à la perfection ses expériences, se révélant un excellent auteur avec une plume déliée et percutante. « L’homme qui dépeuplait les collines » est d’une grande richesse, très captivant. Amitié et amour se rencontrent aussi bien en Afrique qu’en Europe, chez des individus que la vie a déjà cabossés, dans un monde où l’appât du gain et le pillage indu de certains pays continuent de s’exercer allègrement. Un livre traversé de beaucoup d’humanité, factuel et sans démonstration moralisatrice.

En savoir plus :

Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s