Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
La Ferme des Bertrand
Laurent Cousin

Critique / “La Ferme des Bertrand ” (2023) de Gilles Perret

Avec La Ferme des Bertrand, Gilles Perret poursuit le portrait qu’il avait réalisé de ses voisins en Haute-Savoie et de leur ferme 25 ans plus tôt et entrecroise les époques pour témoigner de l’évolution du monde agricole. Le film est disponible en vidéo depuis le 4 juin 2024. La critique et l’avis sur le documentaire. 

Synopsis :

50 ans dans la vie d’une ferme… Haute Savoie, 1972 : la ferme des Bertrand, exploitation laitière d’une centaine de bêtes tenue par trois frères célibataires, est filmée pour la première fois. En voisin, le réalisateur Gilles Perret leur consacre en 1997 son premier film, alors que les trois agriculteurs sont en train de transmettre la ferme à leur neveu Patrick et sa femme Hélène. Aujourd’hui, 25 ans plus tard, le réalisateur-voisin reprend la caméra pour accompagner Hélène qui, à son tour, va passer la main. A travers la parole et les gestes des personnes qui se sont succédé, le film dévoile des parcours de vie bouleversants où travail et transmission occupent une place centrale : une histoire à la fois intime, sociale et économique de notre monde paysan.

Cet article vous est proposé par le rédacteur Cédric Lépine

La Ferme des Bertrand : la mise en avant du monde agricole

Si le monde paysan fait partie d’une longue histoire du cinéma français impliquant Georges Rouquier avec Farrebique (1946) et Biquefarre (1983) mais aussi la trilogie de Raymond Depardon avec Profils paysans : L’Approche (2001), Le Quotidien (2005) et La Vie moderne (2008), Gilles Perret qui tout au long de ses réalisations n’a cessé de s’interroger au monde du travail, intègre en un même film trois films d’époques distinctes autour d’une même famille : les Bertrand.

Le montage fait ainsi dialoguer le temps le plus récent avec 25 ans plus tôt Trois frères pour une vie (1997) alors qu’il utilisait pour la première fois une caméra, ainsi que le film de 26 minutes de Marcel Trillat réalisé en 16 mm en Noir & Blanc pour la télévision au début des années 1970.

La Ferme des Bertrand photo film
Laurent Cousin

Gilles Perret s’intéresse ainsi autant à mettre en valeur une famille agricole que ces deux films courts qui sont devenus des documents d’archives particulièrement précieux pour documenter un monde en mouvement.

Il s’agit aussi pour lui de témoigner d’une évolution d’une famille autour de son implication au travail assumant l’évolution du temps où la modernisation de la mécanisation des activités est questionnée dans un enracinement de pratiques qui fait fi des débats idéologiques.

Il ne s’agit plus ici de filmer l’utopie du maraîchage bio en micro exploitation et encore moins de se rendre complice des exploitations agricoles intensives à la production aveugle dopée par l’agrochimie, mais de comprendre les enjeux agricoles à partir des choix d’une famille de fermier sur trois générations.

Notre avis ?

Bien qu’il n’apparaisse jamais devant sa propre caméra, Gilles Perret ne cache pas la proximité qu’il a avec les membres de la famille Bertrand qui sont ses voisins, dans une compréhension respective de ce que signifie habiter un territoire sur le long terme. La caméra se focalise alors autant sur le travail à l’œuvre que sur la captation d’une réflexion sur ledit travail qui repose sur un dévouement et un sacrifice pas toujours consenti.

La Ferme des Bertrand photo film
Laurent Cousin

En savoir plus :

  • Date de sortie salle France : 31/01/2024
  • Distribution France : Jour2Fête
  • Disponible en vidéo chez Jour2Fête depuis le 4 juin 2024
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s
Les derniers articles par Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.