Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Interview / Julie Navarro pour "Quelques jours pas plus" 1 image

Interview / Julie Navarro pour “Quelques jours pas plus”

Avec « Quelques jours pas plus », Julie Navarro signe un premier film réussi, abordant une thématique sociale complexe, mais avec humour et émotion. Benjamin Biolay y incarne Arthur Berthier, un critique rock désabusé qui, après être tombé sous le charme de Mathilde (Camille Cottin), la responsable de l’association Solidarité Exilés, accepte d’héberger Daoud, un jeune Afghan, pour quelques jours croit-il. La réalisatrice revient sur la création de ce projet très personnel, en salles le 3 avril.

Quel était votre parcours avant de réaliser ce premier long métrage ?

Julie Navarro : J’ai longuement travaillé sur les plateaux de tournage, d’abord comme assistante à la mise en scène puis comme directrice de casting car, après des études théâtrales, je savais appréhender la collaboration avec les comédiens. Je nourrissais depuis toujours un besoin de raconter des histoires mais mon envie de me lancer dans la réalisation n’est venue qu’ultérieurement. En l’occurrence lorsque j’ai découvert le livre De l’influence du lancer de minibar sur l’engagement humanitaire, écrit par mon compagnon Marc Salbert.

C’est donc le roman de votre conjoint qui est devenu votre film. Ce n’est pas rien…

Julie Navarro : C’est probablement l’aventure la plus folle à vivre pour un couple. Déjà, beaucoup pensent qu’il est plus facile d’adapter une œuvre existante que de créer une histoire originale. C’est faux. Adapter, c’est trahir. Nous avons donc trahi son livre ensemble, main dans la main. À la lecture, j’étais touchée par le personnage d’Arthur Berthier, ce critique de Rock désabusé. Mais je tenais à l’amener vers quelque chose qui me tenait plus à cœur, en l’occurrence le milieu associatif. Tout en respectant l’humour et le côté décalé du roman. J’avais besoin d’y mettre ma patte, notamment en créant de toute pièce le personnage de Mathilde, cette femme engagée dans la protection des migrants et qui va inciter Arthur à s’ouvrir davantage au monde.

Julie Navarro “J’aime autant le cinéma social de Ken Loach que les comédies romantiques de Richard Curtis

Le film mélange habilement les codes du film social à ceux de la comédie romantique. C’était votre intention ?

Julie Navarro : Je suis très attachée au fil de la rom com. J’aime autant le cinéma social de Ken Loach que les comédies romantiques de Richard Curtis. Et je tenais à mêler ces deux univers, le réalisme et le lyrisme, en utilisant notamment des chansons de Jean-Jacques Goldman.

Il est rare de voir un humour si subtil imprégner une histoire portée sur un sujet aussi grave et complexe que l’accueil de réfugiés…

Julie Navarro : Dans un film social, le fait d’être trop didactique ou donneur de leçon amène un côté trop plombant qu’il convient de désamorcer en faisant un pas de côté par l’humour. Cela n’empêche pas d’aborder la migration avec gravité, en flirtant avec le drame. Ici, le personnage d’Arthur Berthier n’est pas un militant et devient un héros malgré lui. Je pense que le film parle aussi des familles qu’on s’invente. Tous ces personnages se rencontrent vraiment. Un lien fort et véritable se construit entre eux.

quelques jours pas plus photo avis critique
Bac Films

Comment avez-vous pensé à Benjamin Biolay pour incarner Arthur Berthier ?

Julie Navarro : Je le connaissais dans son image de chanteur un peu sombre et jouant souvent des hommes toxiques. Mais je tenais à ce que nous tordions cette image et que nous construisions ensemble ce personnage. Benjamin est un grand acteur, qui sait lâcher prise et faire preuve de beaucoup d’autodérision. Cela rend son personnage d’autant plus touchant. De plus, le dispositif de tournage était particulier puisqu’il faisait face à un personnage de réfugié afghan, joué par Amrullah Safi qui n’avait jamais connu d’expérience sur un plateau de cinéma. Mais il m’a fait confiance et s’est complètement abandonné.

Camille est une actrice exceptionnelle que je pensais inaccessible

Et que pouvez-vous nous dire sur Amrullah Safi et Camille Cottin qui interprète Mathilde ?

Julie Navarro : J’ai été immédiatement happé par la présence d’Amrullah, par son regard, ses yeux. Il démontrait une belle intériorité et avait enduré un parcours similaire à son personnage. À tel point qu’il était très important pour lui de faire ce film. De son côté, Camille est une actrice exceptionnelle que je pensais inaccessible puisqu’elle a récemment tourné pour Kenneth Branagh ou Ridley Scott mais sa sœur, très engagée, l’a incité à accepter de nous rejoindre. Bien que le tournage ait été plusieurs fois repoussé, faute de financement et de Covid, elle n’a jamais renoncé à ce projet. Elle porte l’engagement total de son personnage et, en même temps, sa fatigue avec une extrême justesse.

Votre film aborde évidemment la question de l’engagement, où certains personnages reprochent aux autres de ne jamais en faire assez. Ce qui peut amener à pense que tant que l’on ne donne pas tout, on ne donne rien. Qu’avez vous à dire par rapport à cela ?

Julie Navarro : Qu’il faut que chacun se déculpabilise. C’est pour cela que je tenais à ce que le personnage de Mathilde éprouve une certaine fatigue en raison de son engagement militant. La crise migratoire semble sans fin. Il est donc nécessaire que ceux et celles qui s’engagent passent le relais à d’autres. Chacun fait ce qu’il peut. Les militants que j’ai pu rencontrer s’engagent environ dix mois. Une jeune militante m’a dit un jour qu’elle avait la sensation de soigner une hémorragie avec un pansement. Résultat : elle s’est retrouvée en burn out à 22 ans. Elle se sentait trop en décalage par rapport à ses amis qui partageaient des soirées Netflix. Désormais, elle a compris l’importance de préserver son équilibre de vie. Pour autant, je tenais à montrer combien il y a des liens forts qui se créent dans les associations, malgré la fatigue accumulée et les engueulades qu’elle peut engendrer. On y croise des individus très différents qui ne se seraient jamais rencontrer dans un autre contexte. C’est un endroit rare.

je voulais surtout réaliser un film centré sur l’humain

Et souhaitiez-vous entrer en résonnance avec les débats autour de la loi immigration ?

Julie Navarro : Si on ne peut éviter d’être confronté à l’actualité, je voulais surtout réaliser un film centré sur l’humain, où un homme sort de sa bulle. Je m’inscris surtout dans la rencontre de cet homme avec un afghan et un collectif associatif. On peut parler de la loi immigration mais ce n’est pas mon propos. Ce ne sont pas mes convictions politiques qui priment ici, mais cet homme qui laisse entrer peu à peu la lumière dans sa vie. Sans oublier la mise en avant du collectif et de ceux qui prennent le temps d’aider les autres.

Propos recueillis par Nicolas Colle

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 03/04/2024
  • Distribution France : BAC Films
Bulles de Culture - La Rédaction
Follow us
Les derniers articles par Bulles de Culture - La Rédaction (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.