Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
François Boinay, l'orlogeur image artisan
François Boinay © Le Coincoin de Nicole / Bulles de Culture

Interview / François Boinay, l’orlogeur du Pays Horloger

C’est au cœur des montagnes du Jura, au milieu d’une nature préservée, que François Boinay passe ses journées dans l’atelier familial à réparer toutes sortes de montres, pendules et autres carillons. Passionné par son métier, cet horloger hors pair ne voit pas le temps passé. Interview Bulles de Culture.

3 questions à François Boinay, l’horlogeur du Doubs

Bulles de Culture : Pour un horloger, que représente le temps qui passe ?

François Boinay : Déjà, on est conscient que ce temps qui passe très vite, ne s’arrête jamais. Nous les horlogers, on sait qu’il est impossible de le stopper et, même si tous les hommes en rêvent, revenir en arrière ou accélérer le temps est irréalisable. Dans cette marche du temps, nous avons perdu la nécessité de vivre au rythme des saisons.

Bulles de Culture : D’où vous vient votre passion pour l’horlogerie ?

François Boinay : Cinquième génération d’une famille d’horlogers, j’ai passé toute mon enfance à observer mon père dans son atelier qui réparait toutes sortes de montres et de pendules. Très naturellement, après mes études où j’ai approfondis mes connaissances et appris les gestes avec précision, j’ai pris sa succession.

Bulles de Culture : Gardez-vous un souvenir particulier pour une horloge que vous avez réparée ?

François Boinay : Ce sont surtout les histoires liées à l’objet qui me touche, comme l’horloge dans laquelle j’ai trouvé, par hasard, la signature de mon grand-père, qui l’avait déjà réparée. Il m’arrive aussi d’être ému lorsque ce sont des gens que je connais qui me confie leur objet. Lorsque je démonte une horloge, je suis très sensible à son odeur et à toutes les traces microscopiques qu’elle contient.

Secrets de fabrication, anecdotes : le saviez-vous ?

  • En plus d’une collection d’horloges et de pendules, François Boinay a une forge au sein de son atelier. “Les premières horloges ont été fabriquées avec l’aide des forgerons, a-t-il expliqué à Bulles de Culture. Lorsqu’une horloge a été abîmée, il faut d’abord la chauffer dans la forge pour la remettre en forme. Pour redresser des pièces des grosses horloges qui sont dans les édifices, la forge est indispensable.”

En savoir plus :

Le Coincoin de Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.