enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Affiche - CRY MACHO film 2021 clint eastwood

Critique / « Cry Macho » (2021) de Clint Eastwood

Dernière mise à jour : novembre 11th, 2021 at 07:08

Cry Macho, adapté du roman de Nathan Richard Nusbaum, raconte les aventures d’un vieux cowboy envoyé au Mexique pour extirper un adolescent des mains de sa mère alcoolique. Le film de et avec Clint Eastwood renoue avec un genre que les amateurs du réalisateur connaissent bien, le western. La critique et l’avis film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Mike (Clint Eastwood), star déchue du rodéo, se voit confier une mission a priori impossible : se rendre au Mexique pour y trouver un adolescent turbulent (Eduardo Minett) et l’amener jusqu’au Texas. Il lui faudra pour cela affronter la pègre mexicaine, la police et son propre passé.

Cry Macho : un retour vers le passé plein de nostalgie

Il est loin le temps où Clint Eastwood tournait à ses débuts dans des westerns spaghettis dont certains sont devenus cultes. On pense évidemment à la trilogie de Sergio Leone initiée par le long métrage Pour une poignée de dollars, mais également à la saga de L’Inspecteur Harry ou encore de ses collaborations avec Don Siegel, notamment pour De L’or pour les braves et L’évadé d’Alcatraz.

Depuis le milieu des années 2000, l’acteur iconique, devenu réalisateur, prend conscience du temps qui passe et oriente sa filmographie autour de personnages en recherche de rédemption, tels que l’acariâtre républicain de Gran Torino ou le retraité passeur de drogues de La Mule.

Toujours politisés, ces films mettent aussi en avant des héros du quotidien qui s’évertuent, parfois malgré eux, à rendre le monde meilleur.

On peut notamment citer Le cas Richard Jewell qui, sur le sujet des attentats meurtriers des Jeux d’Atlanta, suit un agent de sécurité  d’abord mis sur un piédestal avant d’être ensuite soupçonné par les services secrets. Il en est de même avec Sully où le commandant de bord d’un avion sauve 155 passagers en le posant miraculeusement sur l’Hudson en 2009.

CRY MACHO avis critique photo
© 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved.
Photo Credit: Claire Folger

Avec Cry Macho, Clint Eastwood propose assurément un retour vers le passé en distillant dans ce film des éléments de son ancienne vie.

Dans une atmosphère de western, tourné au Nouveau Mexique, l’acteur de 91 ans chausse à nouveau ses étriers et remonte pour la première fois à cheval depuis Impitoyable, tourné il y a 30 ans.

Le réalisateur multi-récompensé ironise également sur son statut de séducteur en se façonnant l’image d’un personnage toujours capable de plaire à la gente féminine. Aussi, son idylle dans le film avec Marta, jouée par Natalia Traven, n’est pas sans rappeler celle de Sur La Route de Madison avec une femme seule et isolée, pendante de Meryl Streep dans Cry Macho, succombe déraisonnablement au charme de ce cowboy venu de nulle part et qui la sort de son quotidien.

Un passage de flambeau vers la jeune génération

Mais Clint Eastwood ne s’accroche pas du tout à sa gloire passée. Au contraire, la star américaine ironise beaucoup autour de son âge et ne cache pas le lourd poids laissé par les années à travers notamment des dialogues piquants :  « Que puis-je faire contre la vieillesse ?« , « Avant, j’ai été pas mal de choses« .

Le film s’oriente alors plus que jamais vers une passation de flambeau. A l’écran, l’ancienne star de rodéo et éleveur de chevaux usé jusqu’à la corde tente d’apprendre à son jeune compagnon à devenir un macho, un être au cœur vaillant, à l’esprit et à l’âme solides. Le trajet qu’ils font ensemble est une sorte de pèlerinage d’apprentissage durant lequel le premier transmet ce qu’il est pour que le second le devienne.

CRY MACHO avis critique photo
© 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved.
Photo Credit: Claire Folger

Derrière la caméra, on a l’impression que Cry Macho est un film de passage de flambeau. Clint Eastwood a  d’ailleurs choisi en conscience Eduardo Minett, un acteur dont c’est le premier film, comme pour indiquer qu’il faut désormais laisser place à la jeunesse.

Cela signifie-t-il que Cry Macho est le dernier film du réalisateur ?

Pas sûr que Clint Eastwood rende son révolver tout de suite mais sa vision est claire. Jugeant qu’il appartient au cinéma du passé, il laisse désormais place au futur. Or, c’est précisément avec cette philosophie que le film arrive particulièrement à toucher, démontrant plus que jamais que la star américaine est le cinéaste du présent.

Notre avis ?

Entre nostalgie et passage de relais, Cry Macho reflète la personnalité de Clint Eastwood qui a mis énormément de lui dans ce long métrage. Cette introspection rend ce long métrage singulier et très émouvant car il est un message d’avenir et d’espoir envers la jeune génération.

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.