enfr
Informations

Critique / « Reminiscence » (2021) : les souvenirs sont brouillés

Lisa Joy, scénariste, réalisatrice et productrice notamment de la série HBO Westworld, signe son premier long métrage, Réminiscence, un thriller d’action interprété par Hugh Jackman, Rebecca Ferguson et Thandie Newton. Le film noir qui fait revivre aux protagonistes  leurs souvenirs sort dans les salles de cinéma ce 25 août 2021. La critique et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Dans un futur proche, Miami a été submergé par les flots, suite aux effets du changement climatique. Un enquêteur privé, Nick Bannister (Hugh Jackman), est engagé par des clients afin de retrouver leurs précieux souvenirs. Au cours de sa dernière affaire, il tombe éperdument amoureux de sa cliente (Rebecca Ferguson). A sa disparition, le détective est désemparé et se lance à sa recherche. Il se retrouve alors perdu dans une boucle temporelle et découvre des aspects de sa personnalité qu’il ne connaissait pas auparavant.

Réminiscence, film noir au message écologique

C’est la grande mode actuellement à Hollywood, Réminiscence ne passe pas à travers cette nouvelle conscience écologique donnée aux blockbusters du moment, dont la production n’affiche pourtant pas un bilan carbone exemplaire. Premières images de ce long métrage d’anticipation, Miami est en partie sous les eaux. Les moins riches vivent sur les hauteurs des constructions partiellement immergés, vestiges d’un temps pré-guerre. A l’inverse, de riches individus, appelés les bailleurs, ont les pieds bien au sec derrière des digues précaires qui les protègent de l’inondation. La Terre a pris quelques degrés. La vie en journée est devenue trop étouffante et la population vit donc entièrement la nuit, de quoi dérégler quelques horloges biologiques habituées à la lumière du jour. Voilà, l’univers très sombre de Réminiscence est planté en référence à la misère sociale traitée par Christopher Nolan notamment dans sa saga The Dark Knight à Gotham City, écrit avec son frère Jonathan Nolan, également à la production de Réminiscence.

REMINISCENCE photo film 2021 1
© Warner

Les manettes de ce Réminisence sont laissées à la collaboratrice de ce dernier, Lisa Joy, également coautrice de la série Westworld. Celle qui a cofondé avec Jonathan Nolan la société de production Kilter Films est réputée pour ses scénarios à tiroirs qui tiennent en haleine un spectateur en recherche constante de clés cachés. Avec cette première réalisation, la scénariste n’arrive cependant pas à élaborer une histoire digne de ses précédentes créations.

Film noir inspiré par les mythiques Blade Runner, Minority Report ou encore Chinatown, Réminiscence met très vite de côté les ficelles de son univers fantastique au détriment d’une histoire d’amour télescopée dans laquelle ni Hugh Jackman, ni Rebecca Ferguson apparaissent convainquant. Alors que le génie de Lisa Joy passe généralement par sa capacité à la suggestion, la voix off du film, omniprésente, est sans arrêt dans la description de ce qui est déjà vu à l’image, de quoi faire pâlir les grands cinéastes qui préfèrent raconter une histoire « plus par l’image que par les mots » selon une citation de Sam Mendes.

Il reste alors à Réminiscence quelques décors noirs futuristes qui méritent le coup d’oeil, dont une séquence aquatique dans un théâtre inondé tournée très habillement.

Notre avis ?

De la grande épopée annoncée au thématique très semblable de celles abordés par Christopher Nolan (les rêves, les sauts spatio-temporels), il ne reste dans Réminiscence que des vagues vestiges d’une romance banale dans un monde néo-futuriste aux potentiels largement sous-exploités.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 25/08/2021
  • Distribution France : Warner Bros.
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.