enfr
© Les Conquérants

Critique / « Les Cinq Sens » : une pièce pétillante de Rémi de Vos dans une mise en scène de Basile Pouthé

La pièce Les Cinq Sens restitue « les Violences des premiers désirs ! La Solitude de 6 jeunes (3 filles, 3 garçons) qui nous font revivre « leur première fois ». L’avis et la critique de la pièce de théâtre par Bulles de Culture. 

Synopsis :

C’est une succession de six monologues répartis en cinq saynètes. Certaines sont comiques, d’autres moins mais toutes sont plus insolites les unes que les autres. Chacun des monologues traite de la découverte sexuelle et / ou amoureuse des différents personnages. On voyage d’abord chez les cht’is au pays du Maroille et du Brognet, puis en Bretagne, puis en forêt de Tronçais, etc … Les jeunes femmes affichent leur appétit sexuel, qui parfois les entraine dans des situations compliquées… On est assez loin du romantisme de « Autant en emporte le vent ». Mais l’ambition n’est pas de provoquer la larme à l’oeil, mais de faire rire, voire d’émoustiller.

Les Cinq Sens : Emois, émois et moi

Il y a près de 50 ans, Jacques Dutronc chantait « 500 millions de chinois, et moi, et moi, et moi ». Aujourd’hui les chinois sont près de 2 milliards et les jeunes, filles ou garçons, sont portés par une même pulsion : « Emois, émois, et moi ! ». La toute première fois est souvent une découverte, une curiosité, un passage obligé, une épreuve, parfois un épanouissement ou au contraire une déception… elle n’en demeure pas moins marquante.

“Premier baiser, échangé, sur une plage en été. Premier amour, un beau jour, qui vient vous emporter. Ça ne s’oublie pas, quand c’est la première fois.” L’image est elle éculée en ce début de XXIe siècle, siècle de l’émancipation féminine où la femme est chaque année, un peu plus, l’avenir de l’homme ?

Les Cinq Sens critique avis théâtre photo 2
© Les Conquérants

La toute première fois

Point n’est besoin de trouver une morale ou une philosophie dans ces histoires, mais le thème de la « toute première fois » y est abordé avec énergie dans une mise en scène « rythmée et moderne » ! Comme le souligne la psychologue Aurore Le Moing, le premier amour se définit surtout par le contexte dans lequel il prend naissance, à savoir la tumultueuse période de l’adolescence. “On se rend compte que l’on développe des sentiments vis-à-vis d’autres personnes et l’attirance sexuelle physique, sexuelle se met en place. De ce fait, nos émotions sont à ce moment d’autant plus fortes. Notre premier amour se trouve chargé de cette envie d’exister à part entière, cristallisant à lui seules toutes nos autres désirs et volontés existentiels.”

Jeanne Mas a elle aussi écrit sur « la toute première fois : « Ah lèvres séchées, gorge nouée, tes mains ne servent qu’à fumer, ah que d’insolence, dans le silence. Qui trouble ton innocence : Un jeu mêlé de souffrance. »

Dans cette pièce, les comédiens s’amusent beaucoup, nous aussi, notamment quand ils nous proposent un ballet digne de « La Cage aux folles ». C’est, en effet, un privilège de l’acteur de se permettre sur scène des choses qu’on n’oserait jamais faire dans la vie. C’est aussi pour nous sortir de notre quotidien que l’on vient le voir.

Pour les acteurs de la pièce Les Cinq Sens, « la première fois » est une souffrance, mais aussi un plaisir. Une pièce pétillante et pleine de vivacité !!!

En savoir plus :

  • Les Cinq Sens au Théâtre Pixel (Paris, France) les vendredis 15, 22 et 29 octobre à 21h30, puis au Théâtre de la Croisée des Chemins les vendredis et samedis du 21 janvier au 12 mars 2022.
  • Auteur : Rémi de Vos
    Artistes : Dionéa Daboville, Marie de Dinechin, Marion Limosin, Matteo Perez, Basile Pouthé, Paul Villeminot
    Metteur en scène : Basile Pouthé
Claude Versein

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.