Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Photo 1 Le chemin du bonheur
© Iris Productions – Iris Films – Tu Vas Voir – RTBF – Voo & BeTV

Critique / « Le chemin du bonheur » (2021) de Nicolas Steil

Dernière mise à jour : juillet 21st, 2022 at 11:58

Le chemin du bonheur a été présenté en compétition officielle au dernier Festival du film francophone d’Angoulême en août 2021. Le film de Nicolas Steil avec Simon Abkarian et Pascale Arbillot débarque dans les salles de cinéma le 15 juin 2022. L’avis et la critique du Bulles de Culture. 

Synopsis :

Enfant, Saül (Simon Abkarian) échappe à la Shoah grâce au kindertransport lui permettant de passer de Vienne à Bruxelles. Quarante ans plus tard, il y est propriétaire d’un restaurant delicatessen dédié au 7ème art où se croisent des personnages aux histoires singulières et joyeuses. Alors qu’il pense avoir surmonté ses traumatismes, il fait la rencontre d’Hannah et s’implique dans le projet cinématographique de l’un de ses amis ; deux événements qui le replongent dans son passé d’enfant caché et le confrontent à des souvenirs profondément enfouis.

Le chemin du bonheur, inspiré du récit autobiographique d’Henri Roanne-Rosenblatt

Le chemin du bonheur est librement inspiré du récit d’enfance passionnant de l’écrivain Henri Roanne-Rosenblatt tel que décrit dans son ouvrage autobiographique Le Cinéma de Saül Birnbaum. L’écrivain revient sur son enfance, où, en tant que juif, il vécut caché à Bruxelles chez des parents de substitution qui l’ont accueillis pour échapper à la barbarie nazie et à la déportation. Son récit est également nourri par la passion du cinéma de l’auteur, ou le protagoniste, devenu adulte, prend part à la production d’un film.

Le long métrage de Nicolas Steil est donc nourri de cette double thématique entre travail de mémoire et hommage au septième art à laquelle s’ajoute une histoire d’amour plutôt touchante entre les deux rôles principaux. Cependant, le réalisateur se prend les pieds dans ce parcours de vie en livrant une œuvre médiocre.

Photo 2 Le chemin du bonheur
© Iris Productions – Iris Films – Tu Vas Voir – RTBF – Voo & BeTV

Côté scénario, la dynamique de l’intrigue est coupée par des flashback grossiers sur l’enfance du personnage auxquels il est rajouté des péripéties complètement invraisemblables. L’aspect mélo de ce retour vers le passé est beaucoup trop appuyé tandis que le côté salvateur du cinéma pour guérir les blessures en devient trop caricatural.

La technique, en particulier le décor, n’est pas là pour remonter la qualité du projet. Le restaurant où se tourne la majorité des scènes dans une sorte de huis clos est une carcasse bigarrée qui rend le film suranné avant l’heure. Aucun soin n’est accordé à la reconstitution historique, dont on voit que la production a manqué d’astuces pour palier le manque de budget alloué au film.

Simon Abkarian et Pascale Arbillot semblent perdus sans direction d’acteur convaincante, si bien que leurs jeux sonnent faux.

Notre avis sur Le chemin du bonheur

On peut aisément se passer de ce film aux faux airs de La Vie est belle de Roberto Bénigni mais qui n’en prend malheureusement pas la qualité artistique.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 16/06/2022
  • Distribution France : Rezo Films
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.