Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Affiche Jurassic World le monde d'après film 2022
© Universal Pictures

Critique / « Jurassic World : Le monde d’après » (2022) : nostalgie et surenchRex

Jurassic World : Le monde d’après (Jurassic World: Dominion) débarque au cinéma le 8 juin 2022. Le blockbuster est la conclusion de la nouvelle trilogie d’une saga lancée il y a plus de trente ans. La critique et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Quatre ans après la destruction de Isla Nublar. Les dinosaures font désormais partie du quotidien de l’humanité entière. Un équilibre fragile qui va remettre en question la domination de l’espèce humaine maintenant qu’elle doit partager son espace avec les créatures les plus féroces que l’histoire ait jamais connues.

Jurassic World : Le monde d’après, changement de paradigme

Affublé d’un sous titre qu’on a beaucoup entendu ces derniers temps en politique Le monde d’après, ce qui s’annonce comme le dernier Jurassic World, nouvelle trilogie adaptée de Jurassic Park et lancée en 2015 par Colin Trevorrow annonce un changement de paradigme. Pour la première fois de l’histoire de la saga, hormis la toute fin du film Le Monde Perdu, les dinosaures n’évoluent plus seulement au sein d’une île. Ces animaux jurassiques se mélangent au monde d’aujourd’hui.

D’ailleurs, le fonctionnement de nos sociétés actuelles montre que ces ancêtres de l’oiseau sont davantage des proies pour la population contemporaine que l’inverse. Les dinosaures sont en effet exploités par l’homme, soit dans des élevages clandestins, soit comme armes de guerre revendues au marché noir.

Partis de ce postulat d’introduire les dinosaures dans notre environnement actuel, il est dommage que les scénaristes, Michael Crichton et Colin Trevorrow, n’aillent pas au bout de leur idée initiale. On s’attend notamment à voir évoluer un T-Rex au milieu des rues, arrachant tout sur son passage. Au contraire, l’histoire se délite de cette thématique de liberté en parquant à nouveau  la narration dans un milieu clos, au sein d’une base gérée par l’entreprise pharmaceutique Biosign, dont la moralité des dirigeants pêche en jouant trop avec les hybridations génétiques.

Jurassic world le monde d'après photo film 2022 critique avis
© Universal Pictures

Un mélange de générations

La bonne idée de ce dernier opus est de mélanger les générations. Jurassic World : Le monde d’après fait souffler un vent de nostalgie avec le grand retour des trois protagonistes du film initial, Alan Grant (Sam Neil), Ellie Sattler (Laura Dern) et  Ian Malcolm (Jeff Goldblum), qui se réunissent à nouveau pour la première fois depuis le film de 1992. Colin Trevorrow multiplie également les références au film de Steven Spielberg, on retrouve notamment le très charmant Dilophausorus dont l’apparition des crêtes signifie qu’il va lâcher son venin acide sur sa proie.

Pas question pour autant de se passer de Chris Pratt et de Bryce Dallas Howard pour ces retrouvailles au sommet, faisant de Jurassic World : Le monde d’après une conclusion intergénérationnelle. Il est pourtant dommage que les deux générations de personnages ne se rencontrent pas plus tôt, le scénario préférant leur faire suivre chacun deux trajectoires différentes pendant la majeure partie du film.

Une surenchère au détriment de la crédibilité

Toujours plus grosse, toujours plus impressionnante, la nurserie de dinosaures a considérablement évolué. Le T-Rex, autrefois star des carnivores, est détrôné grâce à de nouvelles créations génétiquement modifiées qui rendent ces bestioles encore plus dangereuses pour les personnages, mais malheureusement moins crédibles pour le spectateur.

La surenchère est d’ailleurs la bête noire de ce Jurassic World : Le monde d’après préférant miser sur les scènes d’action que sur une histoire travaillée.  Comme bon nombre de blockbusters, la dimension écologique est désormais intégrée à l’intrigue, de manière un peu poussive ici, faisant de la menace des temps modernes, non le gentil vélociraptor domestiqué qui évolue tranquillement dans la forêt, mais plutôt le banc de sauterelles géantes prêtes à manger les récoltes de blé.

Jurassic world le monde d'après photo film 2022 critique avis
© Universal Pictures

Notre avis sur Jurassic World : Le monde d’après ?

Peu importe la légèreté de l’écriture, le plaisir de voir le retour des anciens aux côtés des héros actuels prime pour les fans de la première heure qui verront dans Jurassic World : Le monde d’après un bel élan de nostalgie. Néanmoins, il est temps de conclure cette saga qui, pour rester intact, doit suivre les propres conseils prodiguer dans les personnages du film : laisser désormais un peu de répit à ces dinosaures sur-exploités.

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.