Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Festival Angoulême 2022 compétition
© Les Films Velvet/Baxter Films/Pierre Maïllis Laval et Lou Scamble

Focus Compétition Angoulême 2022 / « Les survivants » et « Noémie dit oui »

Le Festival du Film d’Angoulême 2022 a débuté hier soir avec la projection en avant-première du film Une belle course de Christian Carion. L’évènement dédié aux films francophones propose une une compétition de dix films concourant pour le Valois de Diamant. Bulles de Culture fait un point sur les deux premiers films de la compétition découverts lors de cette première journée : Les survivants et Noémie dit oui

Les survivants de Guillaume Renusson

Synopsis :

Samuel (Denis Ménochet) part s’isoler dans son chalet au cœur des Alpes italiennes. Une nuit, une jeune femme (Zar Amir Ebrahimi) se réfugie chez lui, piégée par la neige. Elle est afghane et veut traverser la montagne pour rejoindre la France. Samuel ne veut pas d’ennuis mais, devant sa détresse, décide de l’aider. Il est alors loin de se douter qu’au-delà de l’hostilité de la nature, c’est celle des hommes qu’ils devront affronter…

Les survivants est le premier long métrage de Guillaume Renusson. Tourné dans les Alpes italiennes en hiver 2020, le tournage a été interrompu à cause du confinement lié à la pandémie de COVID. A la fin des mesures restrictives, le paysage enneigé de la région avait disparu contraignant la production à attendre le retour des premiers flocons l’année suivante.

Cette traque sans merci fait écho aux années passées par le réalisateur dans le milieu associatif, où celui-ci constatait le rejet de certains individus pour les réfugiés. Son scénario s’en inspire et montre une véritable chasse à l’homme menée contre une réfugiée pour l’empêcher d’atteindre la France. Loin d’être une œuvre uniquement sociale, le metteur en scène filme également des images sublimes de massifs enneigés pour rappeler les grands espaces des westerns.

Denis Ménochet, vu récemment dans As Bestas, livre une prestation d’une étonnante bestialité. Son personnage est prêt à tout pour couvrir Chehreh dans sa fuite. Les péripéties va souder ce beau duo, dans un récit où entraide et survie sont les maitres mots.

Notre avis ?

Les survivants est un premier film puissant où règne une tension haletante autour d’une traque qui fait ressortir le plus mauvais instinct animal de l’homme.

https://twitter.com/welovecinemafr/status/1562371049462849537

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 04/01/2023
  • Distribution France : Ad Vitam

Noémie dit oui de Geneviève Albert

Synopsis :

Noémie (Kelly Depeault), 15 ans, vit dans un centre jeunesse depuis trois ans. Lorsqu’elle perd tout espoir d’être reprise par sa mère, Noémie fugue en quête de sens et de liberté. Elle va rejoindre son amie Léa, une ancienne du centre, qui l’introduit dans une bande de délinquants. Bientôt, elle y rencontre Zach qui lui propose rapidement d’être escorte le temps d’un week-end.

Avec ce premier long métrage, Geneviève Albert montre de façon très crue le nouveau visage de la prostitution juvénile. Alors que Noémie souffre d’un terrible manque d’affection lié au rejet de sa mère envers elle, elle s’amourache de Zach, un jeune délinquant malsain qui l’incite à se prostituer. Là voilà embarquée dans une spirale infernale, se faisant violer à longueur de journée par des clients sans tabou.

Le film montre d’abord l’importance du lien affectif dans la bonne construction d’un individu. Les premiers moments du film, où la mère refuse de reprendre son enfant, suggère que seule l’amour de celle-ci aurait suffit à éviter le pire pour sa progéniture. Noémie dit oui évoque également la complexité de la notion du consentement. La protagoniste consent bien à se prostituer pour faire plaisir à son copain. Cependant, peut-on parler d’un consentement éclairé quand une personne sous influence est pratiquement contrainte de dire « oui » ? La réponse illustrée de Geneviève Albert est évidemment négative d’autant plus que Noémie a dû profond dégoût pour ce que les autres font faire de son corps.

Noémie dit oui est un film difficile, aux nombreuses scènes de sexe insoutenables. Piégée dans un engrenage macabre, la protagoniste se détruit petit à petit à travers des rencontres qui se multiplient. Elles sont d’ailleurs décomptées à l’image. Le spectateur assiste à un cercle sans fin où l’horreur ne fait que se reproduire devant une télé allumée qui n’a de cesse de montrer les courses de F1.

Notre avis ?

Véritablement choc, Noémie dit oui fait vivre la prostitution de l’intérieur dans une démarche très réaliste. C’est dur, répétitif sur le plan narratif, mais essentiel pour dénoncer ce fléau.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 04/01/2023
  • Distribution France : Wayna Pitch

 

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.