enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Narcisse Mame Je te promets photo
© Carlotta Forsberg

Narcisse Mame : « Une saison 2 de ‘Je te promets’ déjà en préparation ? »

Dernière mise à jour : avril 8th, 2021 at 01:23

L’acteur Narcisse Mame a fait l’actualité télévisuelle ces dernières semaines en interprétant le rôle de Mathis dans l’adaptation française de la série This is Us, Je te promets. Le comédien revient sur son parcours, son expérience et une saison 2 de Je te promets déjà en développement. L’interview de Bulles de Culture. 

L’interview de Narcisse Mame, acteur de la série Je te promets

Bulles de Culture (BdC) : Comment avez-vous débuté votre carrière professionnelle en tant que comédien ? 

Narcisse Mame : Je n’avais pas de prétention particulière. Etant tout petit, ma mère m’envoyait faire des castings car elle avait très tôt décelé une fibre artistique chez moi. J’ai tourné jeune dans le film Elisa(1995) de Jean Becker avec Vanessa Paradis et Gérard Depardieu.

BdC : L’un de votre premier grand rôle est obtenu sur la saison 6 de la série Canal+ Engrenages...

Narcisse Mame : On me propose au départ le rôle du petit frère dans la série Engrenages, que je trouvais très bien. En ayant lu le scénario, j’ai demandé à passer le casting pour interpréter le grand frère. Derrière ce caïd, voyou de cité, qui contrôle tout ce qui se passe, l’intelligence de ce mec, qui a réussi à se créer un réseau avec les politiques, était hyper intéressant.

« Je suis un amoureux de musique »

BdC : Puis vous débarquez sur la série Netflix The Eddy dirigée par Damien Chazelle. Expliquez-nous comment vous êtes arrivé sur ce projet ? 

Narcisse Mame : J’étais alors en plein tournage de la série Trauma avec Guillaume Labbé qui joue aussi dans Je te promets. Mon agent me contacte pour une série Netflix sans m’en dire plus pour des questions de confidentialité. Je savais que Damien Chazelle était derrière la caméra. J’ai alors dit banco. Lors de la première lecture collective du scénario, je vois alors arriver dans la pièce Leila Bekthi, Tahar Rahim, Houda Benyamina. Je me dis alors « ah ok d’accord, c’est vraiment un projet de fou« .

C’était un honneur de partager l’affiche avec ces grands noms d’autant que je suis un amoureux de musique. En plus, la particularité de ce projet était que toutes les musiques étaient jouées en live. C’était une superbe expérience.

BdC : Puis on vous propose plus tard un rôle dans Je te promets. Le côté adaptation française de la série This is us ne vous fait pas peur au départ ? 

Narcisse Mame : J’étais l’un des derniers à arriver sur le projet. Je ne regardais pas la série originale. Je suis allé sur la pointe des pieds au casting car je me méfiais du côté « adaptation ». J’ai multiplié les rendez-vous avec l’équipe pour être sûr du projet. A la première lecture du scénario de Je te promets, j’ai été conquis. Les auteurs ont fait un travail exceptionnel pour proposer une vraie empreinte française.

BdC: Comment travaille-t-on à partir d’un personnage qui existe déjà ?

Narcisse Mame : Je suis quelqu’un de très instinctif quand je m’engage sur un projet. Dans Je te promets, j’ai refusé, même après avoir été choisi pour interpréter Mathis, de regarder la prestation de Sterling K. Brown, l’acteur américain. Je voulais garder une liberté de création totale et ne surtout pas singer la version américaine.

« Les productrices ont envie de porter le projet le plus loin possible »

BdC : As-tu une visibilité sur la suite de Je te promets après la saison 1 qui vient de terminer sa diffusion sur TF1 ?

Narcisse Mame : Les productrices ont, en tous cas, envie de porter le projet le plus loin possible, comme pour la version américaine. Au niveau du cast, tant qu’on garde cette énergie, on suivra.

BdC : Jean-Pascal Zadi est récemment intervenu sur la scène des César pour appeler à plus de diversité dans le cinéma français. Adhères-tu à ce mouvement de dénonciation des inégalités  ? 

Narcisse Mame : Je suis pour dénoncer les injustices, que ce soit par rapport aux minorités dans le cinéma, la différence de salaires entre acteurs et actrices, la représentation des femmes dans l’audiovisuel… Je suis totalement acquis à ces causes. Après, c’est bien de dénoncer, mais il faut chacun bouger, même à son petit niveau. Je suis plutôt à vouloir me retrousser les manches et à agir dans mon quotidien quand je vois une injustice, plutôt que de décrier ces inégalités dans les médias. Si chacun fait ainsi, je pense qu’on verra vite un progrès.

Interview réalisé le 18 mars 2021

En savoir plus :

  • Je te promets, saison 1 de 10×45 minutes de la série disponible sur Salto.fr
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.