enfr
Informations
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.

Critique / « Tako Tsubo » (2021) de L’Impératrice : un disque trop attendu ?

C’est avec une pochette qui fait penser à un manga japonais que le groupe musical L’Impératrice est revenu dans les bacs le 26 mars. Une image presque plus intéressante que le contenu de ce second disque qui, s’il ne renie absolument pas l’univers de l’artiste, ne réinvente finalement rien et suscite peu d’émotions. L’avis et la critique musique de Bulles de Culture sur l’album Tako Tsubo.

Tako Tsubo de L’Impératrice : de la cardiologie en musique

C’est le cœur qui est au centre du concept de l’album Tako Tsubo de L’Impératrice, nous annonce un documentaire de leur label. Lors des 48 minutes d’écoute du disque, le groupe promet en effet d’y explorer les ambivalences de l’amour.

Fortement attendu et précédé par la mise en vente de billets pour un concert prévu en janvier 2021 au Zénith Paris – La Villette mais finalement annulé, ce second album est désormais en écoute un peu partout… et même en intégralité et en continu sur la chaîne YouTube officielle du groupe.

Pas de doute, dès les premières secondes, on reconnaît leur style influencé par le disco entre mille !

Des mélodies candides avec des lignes de basse qui se marient tendrement avec de l’électro pour donner des grooves sensuels. Et il y a toujours des guitares funky et une utilisation légère de l’auto-tune, juste quand il faut.

Le titre Anomalie bleue est parfaite pour lancer le message que le groupe ne s’est absolument pas aventuré à produire autre chose que les sons de son premier disque, Matahari, véritable coup de cœur de notre rédaction.

Le single Hématome est une autre ritournelle de Tako Tsubo qui nous ramène vers les parfums du passé. Son clip évoque d’ailleurs les belles années du groupe Gorillaz.

Un disque attendu… dans tous les sens du terme

Dans Tako Tsubo, nous avançons et nous sommes dans des pantoufles confortables. Rien ne dépasse, le but est ici de clairement convaincre le même public que la dernière fois, en réaffirmant son identité fraîche, trendy et branché.

Après trois années passées sur un seul disque et une notoriété de plus en plus croissante, les six membres du groupe, Charles de Boisseguin, Hagni Gwon, Flore Benguigui, David Gaugué, Tom Daveau et Achille Trocellier, ressortent donc leurs boîtes à rythme dans un style plus lent et calme, mais aussi un peu plus rempli de couleurs, à l’image de leurs nouvelles photos.

L'IMPÉRATRICE album Tako Tsubo visuel musique
© Gabrielle Riouah

Le groupe attend maintenant de défendre ces 13 nouveaux morceaux sur scène.

En savoir plus :

Luigi Lattuca
Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.