enfr
Informations
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
© Jean-Philippe BALTEL / FTV / ELOA PROD

Critique / « Les sandales blanches » (2020) avec Amel Bent

Inspirée de l’histoire vraie de la mezzo-soprano Malika Bellaribi, Les sandales blanches est un téléfilm de Christian Faure avec Amel Bent, Naidra Ayadi et Anaïs Taggueb. L’avis et la critique de Bulles de Culture sur cette fiction unitaire à revoir en streaming et en replay sur France 2.

Synopsis :

Tout commence au début des années 60, dans le bidonville algérien de Nanterre.
Malika (Anaïs Taggueb) a 5 ans. Sa mère (Naidra Ayadi) vient de lui acheter une paire de sandales neuves. Des sandales si blanches que la fillette ne les quitte pas des yeux et ne voit pas le camion qui recule.
C’est le début d’années d’hôpital, d’opérations à répétition, de souffrance et de lutte. Des années loin des siens durant lesquels la petite musulmane, aux mains de bonnes sœurs et d’infirmières catholiques, va, à la messe, découvrir la musique et le chant…

Les sandales blanches : d’après une histoire vraie

Les sandales blanches de Christian Faure image téléfilm
© Jean-Philippe BALTEL / FTV / ELOA PROD

Avec un tournage en régions Ile-de-France et Hauts-de-France, un scénario de Mikaël Ollivier et Christian Faure, une image de Pascal Gennesseaux, un montage d‘Emmanuèle Labbé, une musique d’Armand Amar et une réalisation de Christian Faure, le téléfilm Les sandales blanches est donc l’adaptation télévisuelle du livre éponyme de la chanteuse d’opéra Malika Bellaribi, publié aux éditions Calmann-Lévy en 2008.

De la vie en banlieue pendant la guerre d’Algérie à aujourd’hui, cette fiction unitaire raconte la belle histoire de Malika, une petite fille d’origine algérienne vivant dans les bidonvilles de Nanterre, qui après un terrible accident, va se passionner pour le chant et la musique d’église, grâce notamment à une infirmière interprétée par Laurence Joseph.

Mais avec un père disparu trop tôt, une mère peu aimante et les préjugés d’une époque, elle va devoir se battre pour réaliser son rêve de chanteuse lyrique et devenir la « diva des quartiers », qui partagera son expérience avec les habitants des quartiers populaires.

Une histoire touchante et exemplaire

Les sandales blanches de Christian Faure image téléfilm
© Rémy Grandroques / FTV

Côté distribution, la petite Malika au caractère fort et déterminé est campée dans le film Les sandales blanches par Amel Bent à l’âge adulte — doublée par Malika Bellaribi elle-même pour le chant — et par la petite Anaïs Taggueb — une jolie révélation ! — enfant.

Le reste de la distribution comprend Mhamed Arezki dans le rôle de son père disparu trop tôt, Naidra Ayadi dans celui de sa mère traditionaliste et distante, Théo Frilet dans celui de son premier mari, Stéphane Rideau (vu dans le long métrage Les Roseaux sauvages et le téléfilm Brassens, la mauvaise réputation) dans celui de son ami bistrotier et Delphine Grandsart (Trophée de la meilleure interprète féminine pour Louise WEBER dite LA GOULUE aux Trophées de la comédie musicale en 2018) dans le rôle de sa prof de chant très exigeante.

Notre avis ?

Malgré un scénario convenu et une réalisation peu inspirée, le téléfilm Les sandales blanches propose une histoire touchante et exemplaire.

En savoir plus :

  • Les sandales blanches a été diffusé sur France 2 le lundi 25 janvier 2021 à 21h05. Le téléfilm est disponible en streaming et en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel

4 Commentaires

  1. j ai adore le film et la prestation d Amel ben qui est tres bien dans ce rôle un tres bon film l histoire tres belle aussi .ce qui prouve quand on persiste que l on peut réussir ses rêves et aboutir a ce que l on souhaite. BRAVO A LA CHANTEUSE

  2. très bon film j’ai adoré Amel Bent elle est super dans ce rôle, j’adore cette femme j’ai été surprise cette une excellente artiste aussi bien en tant que chanteuse que comédienne.
    BRAVO est surtout bravo à france 2 les films ne sont pas coupé toutes les demi heure par de la pub les autre chaines devraient bien en faire autant.

  3. film trop caricatural, Amel Bent est une bonne chanteuse sans doute, pour ce qui est du jeu d’acteur elle ne m’a pas convaincue. Caricature des arabes de banlieue, même si cela peut parfois y ressembler, je déplore que dans le film est un concentré de tout ce qui a de plus négatif, il y a aussi de jolies lumières dans les banlieues, tout n’est pas sombre….

  4. Décue. Le scénario se tient mais vraiment caricatural
    Amel Bent ne m a pas convaincue. Pas de surprise elle joue selon la personnalité qu on lui connaît.
    Je la préfère dans son registre de chanteuse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.