enfr
Informations

Critique / « True Mothers » : 2 mamans (et 1 papa)

Parmi la liste de la sélection officielle du Festival de Cannes 2020, True Mothers est au cinéma depuis le 28 juillet 2021. Le nouveau film de Naomi Kawase (Vers la Lumière, Les Délices de Tokyo) évoque la thématique de l’adoption au Japon. La critique et l’avis sur le film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Satoko (Hiromi Nagasaku) et son mari (Arata Iura) sont liés pour toujours à Hikari (Aju Makita), la jeune fille de 14 ans qui a donné naissance à Asato, leur fils adoptif. Aujourd’hui, Asato (Taketo Tanaka) a 6 ans et la famille vit heureuse à Tokyo. Mais Hikari souhaite reprendre le contact avec la famille, elle va alors provoquer une rencontre…

True Mothers : le parcours tortueux de l’adoption

Naomi Kawase suit le parcours singulier de l’adoption à travers deux histoires parallèles qui finissent par s’entremêlées avec d’une part la mère biologique qui tombe enceinte au cours d’une amourette d’adolescents et d’autre part la mère adoptive confrontée au retour inopiné de cette jeune femme qui souhaite récupérer son enfant. A travers des cassures dans sa ligne narrative, la réalisatrice aborde le poids de la tradition japonaise dans laquelle la maternité hors mariage, et qui plus est précoce, est une honte pour la famille. L’opprobre est si grande que les parents de cette future jeune maman envoient celle-ci dans une maison de convalescence pour y effectuer sa grossesse isolée de la collectivité. L’accouchement se fera dans le plus grand secret pour la maman, se séparant sous contrainte de cet enfant de la honte quelques jours après la naissance.

La cinéaste des Délices de Tokyo filme ce lieu de réclusion à la façon d’un documentaire où les résidentes témoignent face caméra de leur états d’âme. Qu’elles aient été violées ou que l’enfant soit venu suite à un accident, ces mères garderont à tout jamais trace de ces neufs mois de grossesse, durant lesquels se forment un lien indéfectible avec leur progéniture. Le second pan de l’histoire de True Mothers est l’illustration même de ce lien puisque Hikari va souhaiter à tout prix récupérer son enfant auprès de sa famille d’adoption, malgré l’aberration juridique que peut constituer sa demande.

True Mothers affiche une certaine singularité dans la filmographie de Naomi Kawase. L’artiste japonaise habituée du Festival de Cannes n’a jamais autant donnant force à sa narration à travers  un scénario élaboré qui joue sur les temporalités à travers de multiples flashbacks. L’émotion visuelle, fruit d’une mise en scène sensitive classiquement adoptée par la réalisatrice, reste au rendez-vous sur certains plans urbains contemplatifs aux lumières blanchâtres travaillés.

Notre avis ?

True Mothers devient de fait plus accessible que les précédents films de Naomi Kawase mais perd le côté ésotérique généralement très marqué dans les mises en scène de cette figure cannoise.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 28/07/2021
  • Distribution France : Haut et Court
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.