Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
les colons photo film avis critique
Copyright Quijote Films

Critique / “Les colons” (2023) de Felipe Gálvez

Pour son premier long métrage en tant que réalisateur, Felipe Gálvez signe, avec Les Colons, un projet ambitieux en se plongeant dans les événements réels du génocide perpétré à l’égard des Indiens Selknam en Terre de Feu au Chili au profit d’une colonisation sanguinaire. La critique et l’avis sur le film sorti en vidéo en mai 2024.

Synopsis :

En 1901 en Terre de Feu au Chili, un grand propriétaire terrien, José Menendez, lance un mouvement génocidaire contre les populations locales mené par le lieutenant britannique MacLennan, un mercenaire américain et de Segundo, un jeune métis.

Cet article vous est proposé par le rédacteur Cédric Lépine

Les Colons : massacre au Chili

Nourri de multiples références historiques, Felipe Gálvez et sa coscénariste Antonia Girardi ont condensé leurs informations dans une mise en scène cinématographique dans une narration chapitrée qui vise à rendre compte du massacre, son impunité et ses enjeux au moment du centenaire de l’indépendance du Chili qui se veut officiellement une nation unie en occultant les massacres de la colonisation.

En intégrant à sa grammaire celle du western classique made in USA, Felipe Gálvez analyse et décortique le mythe fondateur de la « civilisation contre la barbarie » pour en démontrer son abjecte horreur. Cette politique de la colonisation génocidaire concerne de nombreuses puissances coloniales dans le monde et la présence de nombreuses nationalités dans ce récit convoque cette responsabilité plurielle dans les massacres perpétrés au nom du progrès de la civilisation avec l’appui de la religion et implicitement de l’État.

les colons photo film avis critique
Copyright Quijote Films

Pour ne pas suivre les récits qui partagent le regard de la victime pour dénoncer des massacres, Felipe Gálvez a choisi d’explorer plutôt l’inconfort de la position des génocidaires pour comprendre au plus près des choix personnels et politiques évacués des livres d’histoire alors que leurs noms continuent à l’heure actuelle à s’imposer au quotidien puisqu’on les retrouve dans des noms de rues comme de rivières, sans oublier la famille de José Menendez qui possède encore une grande partie des territoires en Terre de Feu.

Une démarche artistique éminemment politique

Plutôt que le Scope, le cinéaste choisit un format plus compressé, avec notamment une lumière plus sombre et austère, créant un climat d’étouffement latent : celui de la colonisation. L’odyssée génocidaire est particulièrement éprouvante jusqu’à son dénouement qui permet de recontextualiser le positionnement politique initié par la capitale dans une négociation dont les conséquences sont encore visibles dans le Chili d’aujourd’hui.

La mise en scène fait le choix de l’épure où quelques scènes suffisent à rendre compte de beaucoup d’autres, dans une logique où le génocide ne peut être frontalement représentable et qu’il est plus pertinent d’en comprendre les conditions qui l’ont rendu possible. C’est dans cette démarche artistique éminemment politique que s’inscrit Les Colons où la puissance de la mise en scène est sans cesse au service de son sujet.

En savoir plus :

Les Colons
Los Colonos
de Felipe Gálvez
Fiction
97 minutes. Chili, Argentine, France, Taïwan, Royaume-Uni, Danemark, Suède, Allemagne, 2023.

Avec : Camilo Arancibia (Segundo), Mark Stanley (Alexander MacLennan), Benjamin Westfall (Bill), Alfredo Castro (José Menéndez), Marcelo Alonso (Vicuña), Sam Spruell (le colonel Martin), Mishell Guaña (Kiepja), Adriana Stuven (Josefina Menéndez), Mariano Llinás (Francisco Moreno), Luis Machín (Monseñor), Agustín Rittano (Capitán Ambrosio), Heinz K. Krattiger (Samuel), Emily Orueta

Sortie en salles (France) : 20 décembre 2023
Sortie France du Blu-ray/DVD : 21 mai 2024
Format : 1,50 – Couleur
Langue : espagnol – Sous-titres : français.
Éditeur : Blaq Out

Bonus :
Entretien avec Felipe Gálvez Haberle et Antonia Girardi (27’)

Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s
Les derniers articles par Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.