enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
A l'ombre des filles affiche

Critique / « A l’ombre des filles » (2022) d’Etienne Comar

A l’ombre des filles est le second film d’Etienne Comar en immersion dans le milieu carcéral féminin. Le long métrage avec Alex Lutz et Agnès Jaoui est dans les salles de cinéma depuis le 13 avril 2022. La critique et l’avis sur le film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Luc (Alex Lutz) est un chanteur lyrique renommé. En pleine crise personnelle, il accepte d’animer un atelier de chant dans un centre de détention pour femmes. Il se trouve vite confronté aux tempéraments difficiles des détenues. Entre bonne conscience et quête personnelle, Luc va alors tenter d’offrir à ces femmes un semblant de liberté.

A l’ombre des filles, une approche très réaliste

Etienne Comar a résolument la passion de la musique. Après Django, son précédent film sur le célèbre guitariste de jazz, le réalisateur s’intéresse ici à la thématique de la réinsertion dans le milieu carcéral centrant son histoire sur les cours de chant donnés à des détenues féminines dans les prisons. Pour préparer son film, le réalisateur s’est d’ailleurs rendu en prison où il a rencontré un musicologue qui lui a inspiré ce scénario. Le tournage a également investi un centre pénitencier en Belgique, où les contraintes administratives de tournage sont moins contraignantes qu’en France.

Dans son pitch, A l’ombre des filles n’est pas sans rappeler la thématique abordée par Emmanuel Courcol, dans son film Un Triomphe, sorti l’année précédente dans lequel Kad Merad se rendait en prison pour monter une pièce de théâtre avec des détenus. Cependant, A l’ombre des filles a cette particularité d’avoir une approche beaucoup plus réaliste, en gommant l’aspect feel good movie du film avec Kad Merad.

Etienne Comar accentue ici les difficultés de vivre dans un tel milieu carcéral, conscient que les ateliers culturels ne sont pas une solution miracle pour une bonne réinsertion. Le réalisateur accentue dans son approche le fort taux d’échecs de ces initiatives en montrant la réticence de certaines résidentes à venir chanter.

A l'ombre des filles photo film
©Charles-Paulicevich

La pétillante Fatima Berriah

Le long-métrage, relativement exigeant, réunit un très beau casting, dont Alex Lutz, Agnès Jaoui et Hafsia Herzi, accompagnés par des actrices non-professionnelles non moins impressionnantes, dont la pétillante Fatima Berriah, véritable révélation du film dans un rôle de tête brulée au cœur tendre.

Tous les morceaux étant captés en direct avec les vraies voix des comédiens (à l’exception d’Alex Lutz qui est le seul acteur doublé pour un morceau d’opéra qui nécessitait une technique vocale professionnelle). L’absence de playback permet de donner au film un supplément d’âme à l’écoute de ces voix fragiles exprimant des émotions refoulées. Enfin le scénario choisit d’opérer une connexion intéressante entre les personnages d’Alex Lutz et Agnès Jaoui, duo connecté en quête d’une rédemption commune intérieure.

Notre avis ?

A l’ombre des filles est un film intimiste d’une grande tendresse qui montre encore une fois que la culture permet bien des évasions.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 13/04/2022
  • Distribution France : Ad Vitam
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.