Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
GUEDIGUIAN ROBERT
© Stephan Vanfleteren

Cinémondes 2022 / « Gloria Mundi » (2021) : carte blanche à Robert Guédiguian

Dernière mise à jour : novembre 12th, 2022 at 11:03

Le Festival Cinémondes 2022, dédié aux films indépendants, avait lieu à Berck-sur-Mer du 7 au 12 octobre. Parmi les moments phares, l’évènement proposait une carte blanche au réalisateur Robert Guédiguian. Notre envoyé spécial a assisté à la projection de Gloria Mundi. La critique et l’avis sur le film. 

Synopsis :

Autour de la naissance de Gloria, chaque membre de la famille se démène comme il peut pour lutter contre la précarité économique sous le soleil de Marseille.

Cet article vous est proposé par le chroniqueur Cédric Lépine.

Gloria Mundi : une nouvelle génération d’acteurs

Fort de la fidélité de son lien à son public et à sa troupe/famille d’acteurs et d’actrices, Robert Guédiguian livre son nouveau témoignage consacré à la réalité sordide d’une société individualiste désenchantée. Pour ce faire, sa mise en scène s’éloigne de deux pas de sa coutumière théâtralité romantique pour s’approcher du réalisme brut propre à Ken Loach dont il partage ici de nombreux points de vue, notamment en ce qui concerne l’ubérisation de la société, le triomphe du néolibéralisme machiavélique macronien, etc.

Seul Gérard Meylan, qui joue un homme qui a passé plus de trente ans à prison, et qui à présent découvre qu’il est grand-père de sa fille qu’il n’a pas pu élever, dans un Marseille qui a énormément changé, porte la mélancolie poétique de l’âme marseillaise passée, qu’il singularise avec la sagesse de l’écriture de ses haïkus.

En revanche, l’empreinte de son texte initial est toujours très forte, empêchant ses personnages de s’émanciper d’une trajectoire préalablement définie, vouée à la tragédie. Le film débute avec l’espoir de l’ouverture au monde d’une naissance pour s’enfermer dans la description pessimiste d’un monde sans solidarité. La mécanique est d’autant plus terrible, que le cinéaste montre que dans le dernier repli communautaire qui existe, la famille, il n’y a plus d’amour, d’affection et d’estime, rien que des mensonges et des manipulations de toutes sortes. Et la nouvelle génération se révèle encore plus désenchantée, notamment lorsqu’elle fonce aveuglément dans le discours macronien du « premier de cordée » qui construit un violent mépris de l’autre, qu’il s’agisse de ses employés réduits à l’esclavage, de clients en situation précaire méprisés, etc.

Le constat est foncièrement sombre, mis en scène avec un réel savoir-faire par Robert Guédiguian. Il a l’intelligence de proposer un nouvel équilibre en mettant en avant la nouvelle génération d’acteurs qui est entrée dans la famille Guédiguian et qui s’intègrent parfaitement dans ses problématiques.

En savoir plus :

  • Gloria mundi (sic transit)
    de Robert Guédiguian
    Avec : Ariane Ascaride (Sylvie), Jean-Pierre Darroussin (Richard), Gérard Meylan (Daniel), Anaïs Demoustier (Mathilda), Robinson Stévenin (Nicolas), Lola Naymark (Aurore), Grégoire Leprince-Ringuet (Bruno), Diouc Koma (Jackie), Pascal Rénéric (le premier homme), Yann Trégouët (l’homme urgence), Adrien Jolivet (le patron de l’entreprise de nettoyage), Maximilien Fussen (Hassoun), Géraldine Loup (l’assistante sociale), Alice Lombard (la jeune femme voilée)
    France – 2019.
    Durée : 103 min
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.