Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Habités film photo 2022 1
© Les Alchimistes

Critique / « Habités » (2022) de Séverine Mathieu

Habités est un documentaire de Séverine Mathieu. La cinéaste s’intéresse depuis plusieurs années à la psychiatrie au cinéma. Dans ce film, sorti en salle le 19 octobre, elle va au contact de patients afin de comprendre la manière dont ils gèrent la maladie au quotidien. La critique et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Séverine Mathieu part à la rencontre de quatre habitants de Marseille atteints d’une maladie psychiatrique. Ils sont considérés comme « fous » par la société. Ils essayent néanmoins de vivre plus ou moins dans la normalité. Habités fait rentrer le public dans leur quotidien et montre la manière dont il arrive à gérer leur maladie dans leur vie de tous les jours.

Habités : une plongée intime dans le quotidien de patients psychiatriques

Séverine Mathieu mène depuis plusieurs années un travail de cinéma en psychiatrie avec des ateliers réunissant patients et soignants. Habités est issu de ces recherches autour de la maladie psychiatrique. Cependant, dans sa démarche, la cinéaste choisit de suivre quatre protagonistes dans leur quotidien en s’intéressant non à la pathologie en elle-même, qui n’est d’ailleurs que peu évoquée, mais plutôt de la manière dont ces patients vivent au quotidien l’impact de leur déraison.

La mise en scène est particulièrement sobre essayant de capter ces témoignages sans aucun artifice. Pour autant, cette simplicité dans la façon de filmer ne gomme pas les trois années de processus d’écriture de la réalisatrice durant lesquelles elles étaient au contact d’usagers de la psychiatrie, patients comme personnels soignants, pour permettre de retranscrire le plus justement le challenge quotidien de ces patients pour intégrer à leur quotidien la maladie.

Séverine Mathieu pose à ces protagonistes une question ouverte : « comment tu la définis, ta folie ? ». Les personnages perçus « fous » réussissent à expliquer la logique dans laquelle ils sont, ouvrant la porte à une compréhension par le grand public des difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Par exemple, Roger vit seul avec son canari mais mentionne avoir peur de se laisser envahir par Jean, un mystérieux ami à lui qui vient trop chez lui. Nicolas est dicté par la voie de Dieu qui lui a expressément demandé d’élargir ses connaissances. Il suit donc des cours de mathématique à l’université. De son côté Wilfreed tombe en dépression face à la triste actualité internationale, et notamment l’élection de Bolsonaro au Brésil….

Autant de parcours passionnants qu’on écoute avec attention, non pour trouver une raison à leur mal-être mais pour essayer d’appréhender leur douleur. En cela, Habités est une œuvre totalement empathique qui emporte dans un univers où il faut oublier les codes de la raison mais s’ouvrir au sensitif.

Séverine Mathieu réussit un long métrage passionnant : fin, documenté et sans jugement.

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.