enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
DUNE_affiche film critique 2021

Critique / « Dune » (2020) de Denis Villeneuve

Dernière mise à jour : décembre 8th, 2021 at 12:17

Après un report qui n’a fait qu’ajouter à l’odeur de souffre associée à cette adaptation, Denis Villeneuve nous livre enfin sa version du l’œuvre mythique de Franck Herbert, Dune. Une odeur de souffre due aux fans très exigeants du roman qui n’ont pas été tendres avec David Lynch. Si on y ajoute la casting annoncé, ce n’est pas exagéré de dire que Dune avec Timothée Chalamet est un des films les plus attendus de l’année, dans les salles de cinéma le 15 septembre 2021. Une attente largement récompensée ! La critique et l’avis sur le film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Paul Atreides (Timothée Chalamet), jeune homme aussi doué que brillant est voué à un destin hors du commun qui le dépasse totalement. S’il veut préserver l’avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète la plus dangereuse de l’univers, la seule à fournir la ressource la plus précieuse au monde, capable de décupler la puissance de l’humanité. Tandis que des forces maléfiques se disputent le contrôle de cette planète, seuls ceux qui parviennent à dominer leur peur pourront survivre.

Dune : Denis le magnifique

Dune photo film 2021 1
© Warner

Il fallait se remettre de l’accueil mitigé réservé par le Box-office à Blade Runner 2049 (2017). Il fallait prendre une fois encore le risque de s’attaquer à une œuvre culte, avec un budget mirobolant et un casting tout aussi clinquant. Il faut croire que Denis Villeneuve a fait preuve de suffisamment de talent pour qu’on lui refasse confiance, et d’un mental d’acier pour replonger.

Au vu de la ferveur qu’il a suscité dans le monde entier, nul doute que le roman de Franck Herbert contient tous les ingrédients nécessaires à une histoire captivante. Restait donc à transférer ce capital inestimable sur grand écran. Dans une époque où les sagas sont légions, quand on voit le Dune de Denis Villeneuve, on a envie de parler de riche sobriété/austérité.  Sans rien leur enlever, à l’opposé, les autres mondes connus de Science-fiction deviennent juste de gros splashs de techniques et de couleurs déployés à foison.

Cela s’explique sans doute par le lieu où se déroule l’action du roman. Le réalisateur a su en effet utiliser le pouvoir de désert. Il restitue à celui-ci une certaine mystique, en fait un élément à la fois menaçant et inexplicablement chaleureux. Les armées qui se préparent au combat sont souvent des points dans une immensité, tels des grains de sable que Denis Villeneuve semble inviter jusque dans sa caméra. Malgré l’intensité du l’histoire, le réalisateur tisse un cocon enchanteur autour du spectateur. Dune c’est une ambiance intimiste magnifiée par la musique lancinante/envoutante de Hans Zimmer et la richesse du jeu de ses acteurs.

Timothée Chalamet à jamais

Dune photo film 2021 1
© Warner

Choisi pour incarner Paul Atreides, l’acteur qu’on ne présente plus est un enfant de la balle, tout comme sa camarade, l’inévitable Zendaya. Les précédentes performances de Timothée Chalamet sont clairement notables, et cependant, le face-à-face avec une Charlotte Rampling voilée fait office de confirmation, sorte de démonstration pour les derniers récalcitrants. L’intensité de cette scène à elle toute seule, la gamme d’émotions déployée sur ses traits ciselés tels un héros d’animé japonais, justifie largement ce choix.  Alors même qu’il semble parfois rattrapé par l’apparente fragilité de son physique, on a bien la sensation, comme dans le roman, d’assister à la génèse d’un géant. Ce qui prouve qu’il a su illustrer de façon organique les différentes nuances de son personnage.

Bien au-delà de l’engouement des adolescentes qu’il suscite, on est dans la lignée d’un certain Léonardo Dicaprio et on lui souhaite de continuer avec autant de brio. Il faut dire qu’il est fort bien encadré. Rebecca Fergusson en mère courage, Oscar Isaac en souverain et père et aimant, chacun des acteurs de ce casting flamboyant est en effet excellent, y compris Stellan Skarsgård, qui ne laisse même pas un tas de gras entraver son talent.

Notre avis ?

Dune de Denis Villeneuve s’arrête sur une promesse. Si le tournage de la suite est tenu au succès du film, peu de doutes devraient subsister devant cette véritable claque émotionnelle et visuelle. Le décor est donc magnifiquement posé, il s’agit maintenant de ne pas se louper. D’après ce qu’il a déjà déjà montré, le réalisateur devrait normalement dérouler et nous, pauvres spectateurs, ne pouvons malheureusement plus que patienter…

En savoir plus :

Fanny N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.