Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
LA CONSOLATION image 2
© GUYON Nathalie

Critique & Interviews / « La Consolation » (2017) de Magaly Richard-Serrano

Dernière mise à jour : juillet 15th, 2020 at 10:49

La face sombre d’un artiste reconnu mondialement

J’ai essayé d’être à la fois très fidèle au livre et en même temps, de recréer une fiction à partir de cette base documentaire. Mais le film n’est pas un documentaire, j’ai vraiment voulu en faire un film de fiction avec un regard, un point de vue et me réapproprier un tout petit peu aussi l’objet livre.
Magaly Richard-Serrano

Coécrit par Magaly Richard-Serrano et Flavie Flament, qui s’est beaucoup impliqué dans ce projet, le téléfilm La Consolation diffère dans sa narration du livre d’origine puisque le parti pris de la réalisatrice a été de partir de l’histoire d’une animatrice de télévision qui craque et qui à partir de photos de son adolescence va se mettre à suivre une thérapie qui l’amènera par flashback jusqu’à la révélation de son évènement traumatique.

Ainsi, avant d’arriver à la scène-clé du film, le téléfilm La Consolation prend bien le temps de nous replacer dans le contexte d’une famille — « On a plus creuser dans le film le rapport de Flavie à sa mère, à sa position dans sa famille, à son passé. Ce qui ne justifie rien mais explique peut-être un peu les choses », nous a expliqué Flavie Flament —, dans le contexte d’une époque, les années 80, où les plages naturistes battaient leur plein au Cap d’Agde et où le talent du photographe britannique David Hamilton était connu et reconnu mondialement.

Nous est ainsi décrit l’adolescence d’une jeune fille innocente, entourée d’un père effacé et d’une mère à l’influence malsaine. Obsédée par l’apparence physique, celle-ci voulait vivre à travers sa fille une la vie qu’elle n’avait pas : « Tu sais, Flavie, je te souhaite de na pas avoir une vie de merde comme la mienne ». Un contexte familial troublé qui a poussé ainsi une jeune fille de 13 ans, prête à tout pour rendre heureuse sa mère, dans les griffes d’un prédateur sexuel.

Et c’est avec subtilité et « délicatesse » (dixit Flavie Flament) que la réalisatrice Magaly Richard-Serrano nous amène dans La Consolation jusqu’à la scène du viol que le pervers sexuel n’a pas oublié d’immortaliser par un Polaroid, captant ainsi sur le vif le regard de sa victime juste après l’acte. Et donnant bien sûr par contrecoup, une perception bien différente aux nombreux clichés photographiques d’adolescentes pris par lui et célébrés jusque-là partout dans le monde.

Jean-Christophe Nurbel

Un commentaire

  1. Ce film dont le titre est déjà peu original, a permis à France 3 d’obtenir -de peu- la meilleure audience TV le 07.11.2017. Le scandale fait toujours recette ! En effet, il est tiré du roman de Flavie Flament, jadis présentatrice de télévision, et qui raconte sa bien triste adolescence. En effet, sa mère était blasée par une vie monotone et sans saveur et avait fait un transfert de ses fantasmes sur sa fille : côtoyer les stars du show-biz. C’est ainsi que lors d’un voyage à Paris avec sa mère, Flavie n’avait pu voir de la capitale que les Champs- Elysées où l’on est sûr de encontrer du beau monde ! Et la mère immature de livrer sa fille en pâture aux célébrités dont certaines désaxées sexuellement…L’histoire paraît longue et on s’ennuie… Emilie Dequesne n’est pas au mieux de sa forme dans le rôle de Flavie adulte, mais à l’opposé Léa Drucker s’est merveilleusement bien glissée dans la peau de la mère immature et irresponsable, semblant même éprouver beaucoup de plaisir à jouer ce rôle. Très convaincante en tout cas ! Le film a le grave défaut d’être uniquement à charge. Quand on creuse un peu plus le sujet pour être objectif,, le frère de Flavie relate que sa soeur confond romance et réalité. La mère, elle, se fait le porte-parole de la famille pour souhaiter que Flavie trouve un bon psy…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.