Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Yurt de Nehir Tuna affiche film cinéma
Affiche du film "Yurt"

Critique / “Yurt” (2023) de Nehir Tuna

Auréolé de plusieurs récompenses, Yurt est le premier long métrage du réalisateur turque Nehir Tuna. L’avis et la critique film de Bulles de Culture sur ce drame, actuellement au cinéma.

Synopsis :

Turquie, 1996. Ahmet (Doğa Karakaş), 14 ans, est dévasté lorsque sa famille l’envoie dans un pensionnat religieux (Yurt).

Pour son père (Tansu Biçer) récemment converti, c’est un chemin vers la rédemption et la pureté.

Pour lui, c’est un cauchemar. Le jour, il fréquente une école privée laïque et nationaliste ; le soir, il retrouve son dortoir surpeuplé, les longues heures d’études coraniques et les brimades.

Mais grâce à son amitié avec un autre pensionnaire (Can Bartu Aslan), Ahmet défie les règles strictes de ce système, qui ne vise qu’à embrigader la jeunesse.

Yurt : questionnements adolescents

Yurt de Nehir Tuna image film cinéma
Le film “Yurt” © Dulac Distribution

Turquie, 1996. Ahmet (Doğa Karakaş), élève externe de jour d’un lycée d’État et interne de nuit d’un établissement coranique, se retrouve désorienté par une évolution politico-idéologique qui ne le concerne pas.

Dans le film Yurt, l’affection d’une mère (Didem Ellialti), l’admiration d’un père (Tansu Biçer) et sa quête de rédemption, les prémices amoureux et la complicité d’un autre pensionnaire (Can Bartu Aslan) dans un environnement de brimades soutiennent des illusions adolescentes qui, à l’image de la nation turque, vont se dégrader au fil d’un affrontement entre laïcité nationaliste et radicalité religieuse, où seul l’épanouissement humain en pâtira.

Dans Yurt, le jeu subtil du jeune héros illumine le superbe noir & blanc des images qui illustre sa quête intime. Les apparitions soudaines de la couleur reflètent, elles, la violence extérieure, le dédoublement symbolique du récit d’apprentissage et l’embrigadement de la jeunesse par la conquête islamiste de la Turquie.

Notre avis ?

Primé au Festival international du film de Marrakech 2023 (Prix d’interprétation masculine pour Doğa Karakaş), au Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz 2023 (Prix de la mise en scène et Prix du Syndicat Français de la Critique du Cinéma) et au Festival du Premier Film d’Annonay 2024 (Grand prix du jury), Yurt est un premier film à l’esthétisme et à l’engagement liés. Au travers du cinéma, il décrit un combat intime pour se libérer.

En savoir plus :

francine v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.