enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Normal People saison 1 affiche STARZPLAY

Critique / « Normal People » saison 1

Adaptée du best-seller éponyme de Sally Rooney, la série Normal People (douze épisodes de trente minutes) avec Daisy Edgar-Jones et Paul Mescal suit l’histoire d’amitié et d’amour compliquée de deux adolescents dans l’Irlande actuelle, de leurs années lycée à leurs premiers pas dans la vie adulte. La critique et l’avis série de Bulles de Culture sur cette mini-série disponible en streaming sur STARZPLAY depuis le jeudi 16 juillet 2020.

Synopsis 

Dans un lycée d’une petite ville de l’ouest de l’Irlande, Connell (Paul Mescal) est un joueur de football apprécié, beau et athlétique. Marianne (Daisy Edgar-Jones) est une lycéenne fière, intimidante et solitaire qui évite activement ses camarades de classe et remet en question l’autorité de ses enseignants. Les parents de Marianne sont les employeurs de la mère de Connell (Sarah Greene, vue dans la série Dublin Murders), femme de ménage.
Mais lorsque ce dernier vient chercher sa mère sur son lieu de travail, une connexion étrange et indélébile se développe entre les deux adolescents – une relation qu’ils sont déterminés à cacher.
Histoire d’amour moderne et compulsive, Normal People suit cette relation sur plusieurs années et explore à quel point l’intimité et l’amour peuvent être compliqués.

Normal People : l’adaptation d’un best-seller 

Normal People saison 1 image série télé
© ELEMENT PICTURES / ENDA BOWE

Normal People est adapté du roman de Sally Rooney, qui a créé un véritable raz-de-marée à sa sortie en 2018, se faisant une place dans le classement des 100 meilleurs livres du 21e siècle du Guardian. La romancière a d’ailleurs co-écrit six des douze épisodes de trente minutes de la série aux côtés de la scénariste Alice Birch.

Tout commence dans un lycée d’une petite ville irlandaise lorsque Connell (Paul Mescal) croise Marianne (Daisy Edgar-Jones, également vue dans la série La Guerre des mondes sur Canal+) chez elle où la mère de Connell (Sarah Greene) travaille comme femme de ménage. Marianne est une jeune fille intelligente, solitaire, insolente et qui se fait harceler par ses camarades au lycée. Connell est populaire, souriant, et tout aussi perspicace — mais lui par contre a une bande de copains. Au lycée, ils ne s’adressent pas la parole, ne se regardent pas et Connell ne prend pas parti lorsque ses amis prennent Marianne en grippe.

Loin de rejouer l’éternelle romance entre le quaterback et la jeune première, la série Normal People est plus subtile et dépeint un portrait plutôt fin de ses protagonistes et de leurs émotions. La faute originelle de Connell qui n’a pas assumé sa relation avec Marianne publiquement au lycée va parsemer leurs liens alors qu’ils grandissent, et toute la série repose sur ces mouvements de retrouvailles et d’éloignement entre les deux personnages.

L’attraction entre Connell et Marianne est en effet spéciale et immédiate et ce dès le premier épisode. On suit ensuite les deux personnages au fil de leur vie, de leurs années lycées aux années de fac, entre incertitudes amoureuses, personnelles et professionnelles.

L’équilibre entre les deux va vite se renverser lorsque Marianne trouve sa place au Trinity College de Dublin et que Connell, dans la même fac, peine à retrouver ses repères.

La finesse des émotions

Normal People saison 1 image série télé
© ELEMENT PICTURES / ENDA BOWE

L’apprentissage de l’émotion est très touchant dans cette série, tout comme la découverte de l’amitié et les interrogations autour de l’authenticité des liens amicaux. Beaucoup de scènes reposent sur des non-dits et les difficultés que rencontrent dans leur relation Connell et Marianne sont souvent dues à un manque de parole, ou à une parole qui manque sa cible. Cette importance des conversations et des tensions tues parcourt la série et permet à chacun de se reconnaître dans des situations très justes, tout en explorant avec précision l’intimité et la sexualité de nos deux personnages.

Normal People repose aussi sur une belle alchimie entre les deux acteurs. Mais le personnage de la mère sort également du lot. Lumineuse et positive alors qu’elle assiste aux hauts et bas de la relation entre Connell et Marianne, elle n’hésite pas à disputer son fils lorsqu’il la traite mal. Dépeignant un autre visage de la masculinité, celui-ci montre sa vulnérabilité, ses doutes et apprend également à se confier autrement.

Cette série est donc un écrin d’émotions, et l’on espère que l’adaptation du deuxième roman de Sally Rooney, Conversations with friends, récemment annoncée par Hulu continuera sur cette lancée…

En attendant cette suite, vous pouvez retrouver ci-dessous Connell et Marianne 40 ans plus tard dans des épisodes spéciaux, intitulés Older Normal People, diffusés sur la chaîne irlandaise RTÉ pour le Comic Relief (téléthon annuel pour aider des organisations caritatives).

En savoir plus :

  • Normal People est disponible en streaming et en intégralité sur STARZPLAY depuis le jeudi 16 juillet 2020
Cécile G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page