enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
drunk-mads-mikkelsen-photo-by-henrik-ohsten
© henrik ohsten

Critique / « Drunk » (2020) de Thomas Vinterberg

Drunk est le nouveau film de Thomas Vinterberg. Le long métrage avec Mads Mikkelsen applique une théorie norvégienne selon laquelle l’homme devrait toujours avoir 0.5g d’alcool dans le sang. La critique et l’avis de Bulles de Culture de ce film, labellisé Cannes 2020, dans les salles de cinéma depuis le 14 octobre 2020.  

Synopsis :

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

Drunk échappe au discours moralisateur

drunk-mads-mikkelsen-photo-henrik-ohsten
© henrik ohsten

Depuis ces débuts avec Les Héros, Thomas Vinterberg sonde les travers de l’être humain à travers le poids de l’emprise sociale. Dans Drunk, c’est l’alcool qui est vice de dépendance qui anime les protagonistes. Quatre collègues, la version danoise de la troupe de Very Bad Trip, décident de tester la théorie d’un psychologue norvégien persuadé que l’individu doit toujours vivre avec 0,5g dans le sang pour améliorer son bien être, sa créativité et sa joie de vivre. Si tout commence par une blague, les tribulations de ces adultes attardés vont rapidement tourner en chaos de déchéance. 

Pourtant, Drunk échappe au discours moralisateur sur les méfaits de l’alcool. C’est d’ailleurs l’atout principal du long métrage qui ne censure pas les atouts de la boisson. Thomas Vinterberg ouvre d’ailleurs son film par une scène de liesse où des jeunes étudiants bourrés dansent joyeusement dans le métro. Plus tard, le cinéaste revient largement sur le positivismes des longues soirées festives alcoolisées qui permettent aux protagonistes de passer d’excellents moments dans un sentiment de liesse. 

L’alcool, un personnage du film

drunk-mads-thomas-magnus-lars-photo-by-henrik-ohsten
© henrik ohsten

L’alcool devient un personnage à part entière du film qui interagit avec les testeurs. La mise en scène joue de personnification quand elle montre la préparation des cocktails. La mise au point est fixée sur la bouteille contenant le précieux breuvage. On le voit avec précision être transvasé dans un verre glacé sortant du congélateur en y ajoutant un zeste d’orange sur les rebords en cristal. 

Avec cette expérience, la déchéance des personnages arrive inévitablement. Quand l’un, incapable de s’occuper de ses enfants, régresse en faisant pipi au lit, l’autre se noie dans la maladie de l’alcoolisme. Mais le portrait de ses hommes est dressé de manière beaucoup plus fine que de simples soulards en perdition. Là encore, Thomas Vinterberg s’emploie à décrire des situations chaotiques en utilisant l’alcool, non comme une cause des maux, mais comme un révélateur des faiblesses de chacun. Mads Mikkelsen interprète en cela un homme à la situation familiale brisée. Toujours dans la retenue, l’acteur de La Chasse permet d’alterner sourire et émotions. 

Drunk confirme les talents du realisateur de Kursk pour aborder l’humain dans sa plus grande complexité. Loin d’être moralisateur, ce drame social témoigne de l’attractivité de la perte de contrôle provisoire, tout en étant dans la bienveillance envers ceux qui ont perdu pied en y étant sombré.   

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 14/10/2020
  • Distribution France : Haut et Court
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page