enfr
Informations

Critique / « Boîte Noire » (2020) de Yann Gozlan

Après L’Homme idéal (2014), Yann Gozlan retrouve Pierre Niney dans Boîte Noire. Un nouveau thriller pour la paire dans le monde de l’aviation qui a, de ses propres dires, toujours fasciné le réalisateur. Des mondes peu explorés, des acteurs à l’ouïe fine, impossible de ne pas penser à l’excellent film d’Antonin Baudry, Le Chant du loup (2019). Mais faut-il vraiment les comparer ? La critique et l’avis de Bulles de Culture sur Boîte Noire

Synopsis :

Que s’est-il passé à bord du vol Dubaï-Paris avant son crash dans le massif alpin? Technicien au BEA, autorité responsable des enquêtes de sécurité dans l’aviation civile , Mathieu Vasseur (Pierre Niney)  est propulsé enquêteur en chef sur une catastrophe aérienne sans précédent. Erreur de pilotage? Défaillance technique? Acte terroriste? L’analyse minutieuse des boîtes noires va pousser Mathieu à mener en secret sa propre investigation. Il ignore encore où va le mener sa quête de la vérité…

Boîte Noire : Histoire d’ouïe

BOITE NOIRE_PHOTO film
© WY PRODUCTIONS24 25 FILMS

Alors oui, Mathieu Vasseur dans Boite noire et Chanteraide (François Civil) dans Le Chant du Loup décryptent tous les deux des sons qui échappent aux  autres. Oui, les deux films sont des thrillers qui nous font entrer dans des mondes méconnus. Oui (encore) les deux protagonistes sont jeunes et assez impétueux mais on peut raisonnablement arrêter là la recherche de similitudes, même si on ne peut empêcher les comparaisons.

Ainsi, alors que le don de Chanteraide est présenté comme un super-pouvoir, pour Mathieu Vasseur, il s’agirait presque d’un joker qui lui a permis de côtoyer un monde dont il ne pouvait faire complètement partie. C’est une particularité qui peut devenir une souffrance, un phénomène d’ailleurs déjà illustré par le réalisateur dans son court-métrage Écho (2006).

De plus, si les films sur les sous-marins n’étaient certes légion dans le cinéma français, entre À la Poursuite d’Octobre rouge, Abyss ou encore USS Alabama, on avait déjà de quoi provoquer (ou pas) des vocations. Boîte noire a cette particularité de nous faire découvrir cet objet étrange qu’est une…boîte noire!

Le mur du son

Si l’audition a une place importante dans l’histoire, outre le toujours impeccable Pierre Niney, le personnage le plus notable du film c’est le son, ou alors l’usage qu’en fait le réalisateur. En effet, c’est en jouant de ses fréquences que Yann Gozlan rythme le film. C’est en nous liant aux acouphènes de Mathieu qu’il nous fait entrer dans son univers. Ce sont les compositions du complice d’Ozon, Philippe Rombi, en ascension sonore vertigineuse, qui nous mènent au pic du suspense.

Mathieu Vasseur va ainsi (trop?) lentement mais sûrement, trouver la part de vérité que l’on veut noyer sous différents sons de cloche. Une quête qui va le pousser à l’extrême et titiller la patience de son entourage à son égard. Le brio du scénario consiste à nous emmener jusqu’au bout de chaque hypothèse. Tout comme Mathieu, on y croît et on s’effondre avec lui. On est totalement acquis à sa cause, on trouve des excuses à ses coups d’éclats.

Boîte noire doit donc beaucoup, non seulement au talent de Pierre Niney mais aussi au tout à fait justifié capital sympathie qu’il porte et/ou sait insuffler à ses personnages à l’écran. En face, Lou de Lâage tient la barre tout aussi haut et Sébastien Pouderoux est très juste, plein de très fines mais efficaces variations. Yann Gozlan a donc eu du nez, aussi bien dans le choix de ses acteurs que son final qui amène encore son film…ailleurs.

Notre avis ?

Une intrigue bien ficelée, un héros attachant, des rebondissements, le tout filmé sans agaçantes fioritures, une recette gagnante pour un excellent thriller. Et non, il ne faut pas comparer les deux films car chacun déclenche un un type différent d’adrénaline.

Et quelle ironie d’opposer les deux copains de Five (2016)! Yann Golzan a quant à lui fait jouer les deux acteurs et pour le moment, le score auprès de lui c’est: Pierre Niney: 2, François Civil: 1( Burn Out 2017). Affaire à suivre?

En savoir plus :

Fanny N.