Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Passage du Nord-Ouest du Groupe ToNNe photo spectacle
La pièce de théâtre "Passage du Nord-Ouest" du Groupe ToNNe © Luigi Lattuca / Bulles de Culture

Critique Aurillac 2022 / « Passage du Nord-Ouest » du Groupe ToNNe

Le Groupe ToNNe a décidé de raconter l’histoire de la traversée de Roald Amundsen en 1903. L’avis et la critique théâtre de Bulles de Culture sur la pièce Passage du Nord-Ouest, vue au Festival d’Aurillac 2022.

Synopsis :

Roald Amundsen a 31 ans lorsqu’en 1903 il est le premier à entreprendre la traversée du Passage Nord-Ouest. Il faudra trois ans à son équipage pour y parvenir. C’est l’histoire de l’aventure de ces sept hommes embarqués sur la Gjøa que relate le Groupe ToNNe dans Passage du Nord-Ouest.

En mars 2020, Maud Fumey, comédienne et Mathurin Gasparini, dramaturge et metteur en scène, sont allés au Nunavut dans le grand Nord Canadien. Ils sont montés sur le Vagabond, un bateau d’exploration polaire. Leur but : vivre 20 jours avec les habitants d’Arctic Bay.

Mais le Covid en a décidé autrement. En effet, la pandémie les a obligés à écourter leur séjour. Ils n’ont pu y rester qu’une semaine. Le projet a donc évolué.

Plutôt que d’écrire une pièce sur les Inuits, Le Groupe ToNNe a choisi de conter le Passage Nord-Ouest par Roald Amundsen. Ce collectif spécialisé dans le théâtre d’aventure pour places publiques, investit l’espace urbain et tourne autour du public, afin de hisser les voiles avec eux, direction le froid polaire.

Passage du Nord-Ouest : une épopée

Le spectacle Passage du Nord-Ouest commence sur une place publique où se déroule une cérémonie en l’hommage à l’explorateur Roald Amundsen, qui disparut en 1928 au large de l’île aux Ours. C’est à l’occasion de ce rassemblement, que l’équipage de la Gjøa embarque les spectateurs dans une traversée épique.

Et la magie du théâtre opère : trois cordes tendues et nous embarquons avec eux. La tempête de neige est marquante par son réalisme. De la farine soufflée pour la neige et surtout des bruitages en direct : cailloux dans un plateau en fer et notre imagination décolle ! Une brosse sur le micro et la neige craque sous les pieds des explorateurs.

Les musiciens jouent en direct : Olivier Germain-Noureux, Julien Grosjean, Thomas Ostermann sont aux trombone, percussions, triangle, trompette. Ils rythment les étapes de l’épopée.

La scénographie de Céline Carraud est mouvante. Le public est assis au cœur de la place, il imite les vagues avec ses bras et les comédiens se déplacent tout autour. Les praticables sont très ingénieux : il s’agit de 3 grandes caisses à roulettes qui permettent de passer d’étape en étape.

« Nous n’avons pas vu le soleil depuis 3 mois, il m’arrive de douter que des pays chauds existent encore », s’exclame un marin. Le public lui aussi a peur, a froid et à son tour claque des dents.

Un spectacle politique

A plusieurs reprises dans Passage du Nord-Ouest, les comédiens prennent du recul face à leur travail, ce qui est plaisant : « On est ridicule, là, j’ai l’impression d’être un nounours. » Posture à la fois drôle et nécessaire.

Mathurin Gasparini, loin d’en rester au défi des explorateurs d’antan, n’oublie pas de poser les bonnes questions. Ces fameux aventuriers n’ont-ils pas également dénaturé les civilisations originelles ? De quel droit ? A travers ce récit, le Groupe ToNNe pose la question des revendications des peuples autochtones.

Afin de rendre un hommage crédible au peuple des Esquimaux, le collectif a suivi un stage avec la spécialiste française du chant traditionnel Inuit. C’est une belle réussite sonore. Les comédiens nous proposent des sons proches d’un rituel tribal. Leurs voix résonnent dans le noir du Grand Nord canadien.

Au cœur de cette nuit polaire et au-delà d’un hommage à Roald Amundsen, des peuples autochtones ont souffert. On a tout fait pour les « désindianiser », dit un personnage. Personne ne doit oublier.

De plus, un autre combat est abordé par ce Passage du Nord-Ouest. Le texte, qui rappelle l’état de la calotte glacière au début XXe siècle, souligne la tragédie qui se joue actuellement au Groenland. La glace originelle connaît une fonte sans précédent. Qu’avons-nous fait des paysages gelés découverts en 1903 ?

Notre avis ?

Qu’est-ce que partir à l’aventure ? Cette « création pour places publiques » nous interroge. La pièce Passage du Nord-Ouest n’est-elle pas une métaphore de l’aventure qu’est le théâtre ? Les aventures des compagnons matelots ne peuvent-elle pas rappeler la vie des compagnies théâtrales, secouées par des tempêtes et des victoires ?

Cette quête du Passage du Nord-Ouest pousse chacun d’entre nous à combattre ses propres tempêtes. Mémoire d’un peuple oublié, fonte des glaces… à chacun de choisir son combat.

En savoir plus :

  • Passage du Nord-Ouest du Groupe ToNNe les 17, 18 et 19 août à 18h au Festival d’Aurillac 2022
  • Écriture et mise en scène : Mathurin Gasparini
  • Directrice d’acteur·trices : Laëtitia Madancos
  • Comédien·nes : Charlotte Bouillot, Maude Fumey, Brice Lagenèbre, Julie Romeuf
  • Musiciens-comédiens : Olivier Germain-Noureux, Julien Grosjean, Thomas Ostermann
  • Peintre-comédienne : Céline Carraud
  • Régisseur son : Basile Gaudé
  • Régisseuse générale : Léa Sabot
  • Écriture musicale : Olivier Germain-Noureux, Julien Grosjean, Thomas Ostermann.
  • Scénographe, costumière : Céline Carraud avec la complicité de David Frier et Isabelle Granier
  • Durée : 1h20
  • Spectacle à partir de 7 ans
  • Site officiel du Groupe ToNNe
Frédérique C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.