Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Piaf, je me fous du passé affiche théâtre musical
Affiche du spectacle "Piaf, je me fous du passé" au Théâtre La Luna

♥ Critique Avignon / “Piaf, je me fous du passé” de Victor Guéroult

Dernière mise à jour : juin 26th, 2024 at 10:22 pm

Deux Piaf pour le prix d’une, c’est l’offre alléchante de la Compagnie Mascarade dans Piaf, je me fous du passé. Victor Guéroul, nous propose une fiction où se mêlent deux destins : celui de la vraie Édith, vieillissante et en fin de carrière, et celui de Thérèse, jeune chanteuse des rues qui rêve de devenir célèbre. L’avis et la critique de Bulles de Culture sur ce spectacle coup de cœur.

Synopsis :

Paris, 1937. En pleine gloire, Édith Piaf (Béatrice Bonnadeau) tombe malade. De son côté, Thérèse (Léa Tavarès), chanteuse des rues, gagne sa vie chez un malfrat véreux (Gérald Cesbron) qui la fait passer pour la vraie Môme : « Tu vas nous les emballer comme à Noël ! » Mais lorsqu’Édith, épuisée par les mélanges de morphine et d’alcool, n’est plus capable de monter sur scène, le producteur propose à Thérèse de devenir Édith pour de bon.

Sur fond des chansons vibrantes de Piaf, nous parcourons l’histoire des années 30 aux années 60. Piaf, je me fous du passé ou chanter à tout prix ! Un récit poignant, où les voix de deux comédiennes, font résonner les mythiques chansons de la Môme.

Une idole fragile

Piaf, je me fous du passé image théâtre musical
Le spectacle “Piaf, je me fous du passé image” © CCPO / Ludovic Boucard

Béatrice Bonnaudeau incarne avec passion une Piaf fatiguée, fragile, telle un petit oiseau. Les tours de chants et les excès l’ont rongée. Elle ne veut surtout pas décevoir SON public. Mais elle est malade, alcoolique et ne tient sur scène qu’à coup de piqûres de morphine.

Gérald Cesbron incarne à merveille le producteur rapace prêt à sacrifier sa vedette sur l’autel de la célébrité. Il tourne la manivelle de l’engrenage qui tue sa santé à petit feu. Ce piège écrase la chanteuse et touche au cœur les spectateurs que nous sommes.

Qui se cachait derrière la voix puissante de La vie en rose ? C’est ce que nous dévoile la mise en scène efficace de Loïc Fieffé dans la pièce Piaf, je me fous du passé.

Piaf, je me fous du passé au Festival OFF Avignon : un voyage dans l’histoire

Piaf, je me fous du passé image théâtre musical
Le spectacle “Piaf, je me fous du passé image” © Philippe Escalier

Dans Piaf, je me fous du passé, c’est tout un pan de notre histoire de France que nous parcourons au rythme des mélodies d’Édith Piaf.

“Padam Padam Padam”… Le Paris des cabarets d’avant-guerre : Belleville, Pigalle… Le Paris des music-halls : L’Olympia et Bruno Coquatrix. La France occupée pendant la guerre… Loïc Fieffé a inséré dans sa mise en scène, pure et sur fond noir, de très courtes vidéos en noir et blanc, archives de l’époque. Elles ponctuent les scènes et plongent le spectateur dans l’ambiance surannée des années 50.

Toutes les étapes de la vie et de la carrière de la Môme sont évoquées avec subtilité : de 1915 à 1963. Ses succès (La Foule, L’hymne à l’amour), ses amants (Montand, Aznavour, Bécaud), ses bonheurs (Bobino, Les Compagnons de la Chanson), et ses nombreux malheurs comme la perte du boxeur Marcel Cerdan.

Grâce à la Compagnie Mascarade, les plus jeunes découvrent une époque et les plus anciens goûtent à la nostalgie.

Des voix saisissantes

Piaf, je me fous du passé image théâtre musical
Le spectacle “Piaf, je me fous du passé image” © Philippe Escalier

Elles sont épatantes. Les 2 Piaf sont complémentaires et aussi touchantes l’une que l’autre.

Béatrice Bonnaudeau interprète la chanteuse plus âgée. Sa voix vibrante nous fait frémir. Quel bonheur d’entendre les incontournables de Piaf !

Quant à la jeune Piaf, Léa Tavarès, une vraie pépite ! Comment une telle voix si puissante et modulée peut-elle sortir d’un si petit corps ?

Le public est bouleversé, bercé par La vie en rose, et découvre des chansons beaucoup moins connues du répertoire de la chanteuse. Les transformations physiques des deux comédiennes sont bluffantes : une petite croix en or, une petite robe noire, les mains sur les hanches, et Piaf prend vie.

De la joie à la douce tristesse, du rire au tragique, le tourbillon de vie de la chanteuse nous captive. Les comédiennes rendent l’emblème de la France qu’est Piaf attachant, émouvant.

Notre avis ?

La Môme peut être fière. « Non, rien de rien », elle n’a rien à regretter. La Compagnie Mascarde avec Piaf, je me fous du passé lui rend un hommage ensorcelant. Une vie de star, et le revers de la médaille. Jusqu’où peut-on aller ?

Piaf chantait : « Mon cœur est au coin d’une rue ». En sortant de ce spectacle coup de cœur Bulles de Culture, notre palpitant bat éternellement pour Édith Piaf !

En savoir plus :

  • Piaf, je me fous du passé au Festival OFF Avignon 2024, à l’Essaïon Avignon du 3 au 21 juillet à 20h25. Relâche les 9, 16 juillet
  • Piaf, je me fous du passé au Festival OFF Avignon 2023,  au Théâtre La Luna du 7 au 29 juillet 2023 à 19h35. Relâches les 13, 20, 27 juillet
  • Mise en scène : Loïc Fieffé
  • Interprètes : Béatrice Bonnaudeau, Léa Tavarès, Gérald Cesbron, Franck Jazédé, Lionel Losada, Noé Pflieger
  • Durée : 1h25
  • Spectacle à partir de 10 ans
Frédérique C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.