Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Paris Briançon de Philippe Besson image couverture livre
Couverture du livre "Paris Briançon" de Philippe Besson

Critique / « Paris-Briançon » (2022) de Philippe Besson : un voyage au cœur d’une nuit tragique

Dans Paris-Briançon de Philippe Besson, le trajet du lecteur se calque sur celui du train : il est cahoté, chahuté, bringuebalé dans des histoires naissantes qui mourront au petit matin. L’avis et la critique livre de Bulles de Culture.

Synopsis :

Le temps d’une nuit à bord d’un train-couchettes, une dizaine de passagers, qui n’auraient jamais dû se rencontrer, font connaissance, sans se douter que certains n’arriveront jamais à destination.

Rien ne relie les passagers montés à bord du train de nuit no 5789. À la faveur d’un huis clos imposé, tandis qu’ils sillonnent des territoires endormis, ils sont une dizaine à nouer des liens, laissant l’intimité et la confiance naître, les mots s’échanger, et les secrets aussi.

Paris-Briançon, une aventure humaine

Une dizaine de personnages divers et variés sont obligés de partager leur intimité et les onze heures du trajet Paris-Briançon. Suivant le rythme et les arrêts du train, des liens se tissent, des histoires se créent. L’insomnie relie les personnages et leurs histoires.

Le lecteur ne voit rien des paysages : il fait nuit, il est lui aussi embarqué à bord du train. L’attention est focus sur les actions, les paroles et les pensées.

De l’humain, de l’humanité dans ce qu’elle a de bon, et si certains des personnages mourront, d’autres se révéleront. Peu importe d’où ils viennent, peu importe où ils vont, l’important est le trajet.

Philippe Besson, le rythme de la vie

Le temps est long pour le voyage Paris-Briançon mais court pour la lecture. Ce roman aurait mérité de se poursuivre ou d’être davantage développé.

L’écriture légère et vivante de Philippe Besson, passant d’un personnage à l’autre comme un traveling allant de cabine en cabine, fait naitre l’émotion au détour de petites phrases, de discrètes indications et d’indiscrètes révélations.

Notre avis ?

La lecture de ce huis clos, Paris-Briançon, si éreintante soit-elle le temps d’une nuit blanche, bouleverse par le message délivré : la vie est fragile alors sautons vite dans un train de nuit découvrir le monde et les autres !

En savoir plus :

  • Philippe Besson, Paris-Briançon, éditions Julliard, 6 janvier 2022, 208 pages, à partir de 12.99 euros
Esther L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.