Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
OPJ saison 3 image série télé
Marielle KARABEU, Yaëlle TRULES et Nathan DELLEMME dans la série "OPJ" © Ronan Lechat / FTV / Terence Films

Critique & Interviews / « OPJ » saison 3 avec Lola Dewaere et Thomas Jouannet en guests

Dernière mise à jour : août 3rd, 2022 at 09:07

Présentée en avant-première au Festival TV de Luchon en 2022, la série OPJ est de retour sur France 3 à partir du jeudi 28 juillet. La critique et l’avis série de Bulles de Culture sur OPJ saison 3 ainsi que notre interview des producteurs Bertrand Cohen et Stéphane Meunier.

Synopsis :

Appelée à témoigner à un procès d’assises dans une affaire récemment résolue, la commandante Clarissa Hoarau (Yaëlle Trulès) est très vivement prise à partie par une avocate. Très à l’aise en public et devant les caméras, Sarah Clain (Lola Dewaere) entend démontrer que son client (Édouard Montoute) est victime d’une erreur judiciaire : sa seule faute a été d’être à la fois le psychologue de la victime — une jeune athlète de haut niveau — et son amant, ce qui aurait braqué les OPJ.

OPJ saison 3 avec des primes times et des guests

Avec des scénarios d’Eugénie Dard, Emmanuelle Dupuy, Juliette Gilot, Charlotte Joulia, Vinciane Mokry et Gauthier Plancquaert, des réalisations de François Bigrat, Florian Thomas, Stéphane Meunier et Elsa Blayau, la série policière OPJ est de retour pour une troisième saison. Celle-ci se décline sous la forme de 18 épisodes de 52 minutes, dont deux doubles premiers épisodes en prime time et quatorze autres dans l’après-midi.

Comme pour la saison 2, le tournage a eu lieu sur l’île de La Réunion.

Côté distribution, les membres de l’OPJ sont une nouvelle fois incarnés par Yaëlle Trulès, Antoine Stip, Nathan Dellemme et Marielle Karabeu. Et pour cette saison, Lola Dewaere, Édouard Montoute (épisodes 1 et 2 – Sarah Clain) et Thomas Jouannet (épisodes 3 et 4 – Angelo) et font également une apparition.

Interview de Bertrand Cohen et Stéphane Meunier : « Cette saison est fun »

OPJ saison 3 image série télé
Nathan DELLEMME et Yaëlle TRULES dans la série « OPJ » © Ronan Lechat / FTV / Terence Films

Rencontre Bulles de Culture avec le créateur et producteur Bertrand Cohen et le producteur et réalisateur Stéphane Meunier pour cette troisième saison de la série OPJ.

Bulles de Culture : On sent un vrai plaisir de réalisation dans le premier épisode quand les enquêteurs mettent tout en œuvre pour retrouver l’avocate Sarah Clain et que nous nous trouvons à la fois sur le lac du Grand étang et dans la brume de la Plaine des Cafres…

Bertrand Cohen : Oui, cette saison est fun. On a essayé qu’il y ait de l’action, des sentiments, de l’humour et que ce soit vivant.

Et le fait que le premier épisode soit en deux parties de 52 minutes nous laisse le temps de définir des personnages.

Bulles de Culture : Les quatre premiers épisodes proposés sur deux soirées sont-ils différents des épisodes suivants diffusés en journée ?

Bertrand Cohen : Oui, les primes sont construits autour d’un guest, qui va avoir une trajectoire. Pour les daytimes, les héros seront les membres de l’OPJ.

Stéphane Meunier : Les épisodes en journée sont plus centrés sur les personnages récurrents et leurs liens. Ils vont se déchirer sur des problèmes habituels mais s’expliquer aussi sur leurs origines respectives. Mais cette explication ne sera ni explicative ni démonstrative. Cela permettra juste au spectateur de percevoir la complexité, la diversité et la multiplicité de la France.

Bulles de Culture : Y a-t-il un lien entre primes et daytimes ?

Bertrand Cohen : Les daytimes sont feuilletonnant sur les intrigues personnelles alors que les primes sont des épisodes bouclés. Le ton et la réalisation restent par contre les mêmes.

Stéphane Meunier : Sur l’écriture, la différence entre primes et daytimes pour Eugénie Dard, qui est la directrice de collection, c’est qu’elle a eu plus de place sur les seconds pour exprimer des trajectoires personnelles.

Sur les primes, avec un guest en plus, c’est plus resserré et il faut trouver un moyen de conserver les trajectoires personnelles et l’humour des personnages.

Bulles de Culture : Pourquoi avez-vous choisi Lola Dewaere et Thomas Jouannet comme guests mis en avant pour cette nouvelle saison d’OPJ ?

Stéphane Meunier : On essaie de proposer des rôles à des personnes pour qui cela va être nouveau. Comme on est une petite production et qu’il faut leur faire prendre l’avion, que le tournage est loin, il faut leur proposer quelque chose qui soit un peu excitant pour eux.

Pour Lola Dewaere, son personnage est une avocate et a une faille assez forte. Lola n’a jamais joué ce genre de rôle et elle a aimé ce personnage.

Tout comme Thomas Jouannet. Cela lui plaisait de montrer une autre facette de lui, de montrer quelque chose de plus sombre intérieurement. On ne sait pas si son personnage est un salaud ou non. Cela l’intéressait d’être sur cette faille et d’être potentiellement le « mauvais ».

« Il n’y a pas une seule et unique tonalité dans la série »

Bulles de Culture : Y a-t-il eu une scène particulièrement marquante pour vous à tourner ?

Stéphane Meunier : Oui, il y a eu une scène d’émotion très forte entre Gaspard Watson, joué par Antoine Stip, et Kelly Kwaté, interprété par Marielle Karabeu. Cette séquence correspond au parcours personnel de Kelly avec ses origines, avec le fait qu’elle ait été abandonnée par sa mère et avec le fait qu’elle se rend compte que Gaspard l’a trahie.

C’était très fort entre ces deux personnages expatriés mais aussi entre les deux acteurs. En effet, Antoine Stip, qui a une grosse carrière, s’est retrouvé à jouer face à une actrice qu’il a vu grandir, évoluer et qui a quelque chose de différent dans son rapport aux choses et à l’autre car elle n’a jamais tourné en métropole.

Bulles de Culture : Concernant la musique, il n’y pas de compositeur sur la série. Comment s’opère vos choix ?

Stéphane Meunier : C’est instinctif. On l’a choisie si elle est ou non dans les codes de la série, si elle fonctionne ou pas. On n’a pas les moyens d’avoir un compositeur et on aime pouvoir jouer avec l’illustration et l’accompagnement musical.

Bertrand Cohen : Cela donne du coup une grande liberté aux monteurs, qui peuvent faire des propositions.

Stéphane Meunier : Il n’y a pas une seule et unique tonalité dans la série. On a par exemple acheté les droits d’un chanteur réunionnais [NDLR : le titre 2 saisons de Pix’L], qui chante en créole, mais on a pu aussi utiliser un thème électro plus contemporain et moderne.

Bulles de Culture : Pour conclure, y aura-t-il un OPJ saison 4 ?

Bertrand Cohen : Oui avec 18 épisodes de 52 minutes et 4 primes, et toujours à la Réunion [NDLR : débutée le mercredi 18 mai, le tournage de cette prochaine saison devrait se terminer le mardi 9 août].

Propos recueillis au Festival TV de Luchon 2022 le samedi 12 février.

Notre avis ?

S’ouvrant sur une intrigue rythmée, une réalisation soignée, un bon casting et des paysages volcaniques à couper le souffle, OPJ saison 3 est une série policière sympathique et exotique qui devrait une nouvelle fois plaire à ces nombreux fans — le premier prime de la série diffusé sur France 3 avait été un vrai succès. 4,2 millions de téléspectateurs en moyenne étaient en effet devant leur écran en juillet 2021.

En savoir plus :

  • OPJ saison 3 est diffusé sur France 3 les jeudi 28 juillet 2022 (épisodes 1 et 2) et jeudi 4 août 2022 (épisodes 3 et 4) à 21h10 ainsi qu’à partir du lundi 2 août 2022 à 14h15 (épisodes 1 à 14)
  • La série est également proposée en streaming et en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.