enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
être cary grant critique livre avis

Critique / « Être Cary Grant  » (2021) de Martine Reid

Dernière mise à jour : octobre 17th, 2021 at 12:21

Peu de biographies ont été écrites sur Cary Grant, Martine Reid s’essaie à l’exercice de percer la face cachée de l’élégant et facétieux acteur avec le livre Être Cary Grant.Rien ne prédestinait cette professeure de littérature française spécialisée dans les œuvres des femmes, à s’intéresser au destin de Cary Grant, sinon peut être sa fréquentation des ciné-clubs qui ont vu naître sa passion pour le cinéma hollywoodien lorsqu’elle enseignait aux Etats Unis. La critique et l’avis sur l’ouvrage sorti chez Gallimard en mai 2021.

Cet article vous est proposé par une rédactrice-invitée, Judith M.

« Tout le monde veut être Cary Grant. Même moi, je veux être Cary Grant »

Qui est vraiment Cary Grant ? L’acteur avec l’humour et l’ironie qui le caractérisent, tente de nous dire que lui-même a essayé de ressembler à son avatar hollywoodien.

L’une des œuvres les plus marquantes de l’histoire du cinéma et de la filmographie de Cary Grant pourrait être l’allégorie de sa vie. Dans la Mort aux trousses (1959) d’Alfred Hitchcock, Roger Thornhill (interprété par Cary Grant), héros malgré lui, est pris pour un espion, George Kaplan, un leurre créé de toutes pièces par le FBI.

La vie de Cary Grant tient en effet à cet insondable mystère entre son identité de naissance, un jeune anglais de classe modeste, Archibald Leach, né en 1885 à Bristol, au lourd passé familial et l’icône, Cary Grant, parfaite construction des studios hollywoodiens, « Cette identité première dont on ne sait pas si elle est l’ombre de la seconde ou inversement. » nous dit l’autrice.

Le jeune Archibald dont le père a déserté le domicile conjugal, se retrouve à l’âge de dix ans, sans mère, son père lui faisant croire au décès de celle-ci après l’avoir fait interner.

Archibald, placé chez son oncle, commence à prendre des chemins de traverse et rejoint, après son renvoi de l’école, le théâtre de Bristol où il commence une carrière d’acrobate dont l’une des tournées va lui ouvrir les cieux de l’Amérique.

Arrivé à New York en 1920 à l’âge de seize ans, Cary Grant y exercera tous les métiers, monteur d’échasses, homme sandwich et même escort pour les femmes en mal de compagnie, avant d’être repéré par un agent de la Paramount moins pour ses talents de comédien que pour son physique et sa forte présence à l’écran.

Parti à vingt-huit ans à la conquête d’Hollywood, Archibald Leach change de nom, il devient Cary Grant où il s’installe avec un roomate, Randolph Scott, acteur de films de série B, au physique athlétique, double blond de Cary Grant.

La Paramount veille toutefois à entretenir la fiction d’un Cary Grant hétérosexuel afin de préserver sa réputation d’élégant séducteur dans les comédies sentimentales qui lance sa carrière.

Après un premier mariage d’une longue série, avec une jeune actrice qui tournera court au bout d’un an, celle-ci confesse aux tabloïds le caractère obsessionnel et violent de l’acteur.

Cary Grant, au sourire placide, est en réalité un être perfectionniste, anxieux, et tourmenté, sujet à la dépression et aux addictions.

Les studios veillent toutefois à dissimuler cette face sombre pour les besoins d’une filmographie qui la dément parfaitement.

Cary Grant enchaine en effet les comédies dans lesquelles il construit son personnage de cinéma, une savante composition d’humour, de légèreté, d’aisance et de détermination.

Un livre entre l’essai et la biographie

Entre l’essai et la biographie, dans une analyse fine et documentée, Martine Reid ponctue le déroulement chronologique de la vie et de la filmographie de Cary Grant, d’incursions dans son enfance et dans son histoire familiale, qui rendent la narration dynamique.

Martine Reid jette des ponts entre son passé et son présent, entre ses rôles, entre les différents épisodes de sa vie privée, dévoile les rouages et secrets de fabrication de la machine Hollywoodienne, pour analyser l’une de ses plus belles constructions et tenter comprendre ce que c’est « d’Être Cary Grant ».

Il demeure néanmoins une impression de rester à la surface de cet être tant il s’est employé à se cacher derrière son leurre de cinéma.

Le mystère demeure et la fascination aussi, Cary Grant a-t-il réussi à effacer Archibald Leach ? De l’aveu même de l’acteur, il confessera : “I have spent the greater part of my life fluctuating between Archie Leach and Cary Grant, unsure of each, suspecting each” (“J’ai passé la plus grande partie de ma vie à osciller entre Archie Leach et Cary Grant, doutant de l’un et l’autre, soupçonnant chacun »).

En savoir plus :

  • Être Cary Grant, Martine Reid, Gallimard, mai 2021, 160 pages, 16 € (11€ édition numérique)
Bulles de Culture - Les rédacteur.rice.s invité.e.s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.