enfr
Informations

Séries Mania 2021 : bilan des « Dialogues de Lille »

« L’audiovisuel au cœur de la relance européenne » : voilà le fil rouge des Dialogues de Lille, un forum de conversation qui a eu lieu le mardi 31 août, veille de la rentrée et donc de nouvelles saisons de fictions à venir pour les grands producteurs de fiction. Bulles de Culture a pris place à Lille Grand Palais pour écouter les CEO de TF1, Disney+, ARTE et autres plateformes tentant de se faire une place au soleil. Notre compte-rendu de l’évènement au cœur du festival Séries Mania 2021. 

Les Dialogues de Lille : un sommet international attendu à Séries Mania 2021

Les plateformes d’aujourd’hui sont-elles prêtes à devenir des créatrices de contenus européens ?

Cette journée de réflexion et d’échanges dans le cadre des Dialogues de Lille a réuni à Séries Mania 2021 ceux et celles qui président aux destinées de la fiction mondiale : décideurs, scénaristes, producteurs, diffuseurs… afin de leur demander si leurs écosystèmes entendaient profiter du vivier de talents européens. Les lignes se complexifient mais c’est un excellent terrain de jeu pour la création.

Les débats et les discussions sur l’avenir ont plutôt été légers par rapport au programme ambitieux de départ… mais ils ont quand même donné l’impression que les choses bougent et se précisent. En gros, le message est clair : l’audace est permise !

La culture européenne inclusive célébrée

La journée du 31 août a d’abord donné la parole au directeur de Séries Mania, Rodolphe Belmer qui s’est d’abord félicité du succès de l’édition 2021 de Séries Mania : « Un public nombreux et passionné, 2000 professionnels. Nous pouvons être satisfaits et dire que c’est un grand succès malgré le contexte sanitaire et les dates de rentrée. La culture est une communion ! ».

Ensuite, entrée dans le vif du sujet avec la culture européenne qualifiée de « diverse et inclusive pour fonder l’union, au-delà du paradigme économique qui présida à sa création ».

Mais nos écosystèmes sont-ils encore trop nationaux ? Quel impact a eu le contexte sanitaire sur l’accélération du développement des grandes plateformes audiovisuelles mondiales ?

La fiction a donc été au cœur du sujet. Elle a en effet été notre imaginaire collectif durant les confinements liés à la pandémie de Covid-19.

L’Europe à l’ère du streaming

Le public présent sur Les Dialogues de Lille à Séries Mania 2021 — mélange de journalistes accrédités et de passionné·es ne payant pas car le festival se veut gratuit — a de son côté d’abord eu rendez-vous avec la vice-présidente de Viaplay, une plateforme SVOD nordique qui connaît un grand succès en Europe.

Ensuite, « Comment faire de la transition digitale une opportunité pour les contenus européens ? » a été une sorte de table-ronde réunissant :

  • Bruno Patino – Président, ARTE France
  • Superna Kalle – Président, International Digital Network, Starz, États-Unis
  • Olivier Jollet – Directeur Général de Pluto TV, ViacomCBS Networks International, États-Unis
  • Andrea Scrosati – COO, Fremantle, Royaume-Uni

Un constat : le développement rapide du marché et les collaborations rapides entre les pays — ViamcomCBS a cité La Paramount, des chaînes italiennes, etc.

ARTE a parlé, elle, du phénomène de fatigue : « Il sera là, avoue son président, mais les gens veulent pouvoir choisir. Le public cherche cela. La concurrence ne sera pas seulement au niveau quantité mais aussi sur la qualité, le soin de notre ligne éditoriale. Nous avons chez ARTEune offre publique donc nous devons être présents partout, et avec du contenu spécifique ».

Et oui, il existe sur ce marché une possibilité importante pour la création de séries européennes, et ainsi s’imposer face aux séries américaines. Un projet à la fois politique et éditorial. Les voix européennes sont donc appelées à se faire entendre !

Reste à savoir si les différentes plateformes présentes ne verront pas trop d’obstacles sur leurs chemins et soutiendront ces opérations créatives. Différents politiques étaient d’ailleurs invité·es, dans l’après-midi, à donner leur opinion en matière de réglementation et de quotas.

Enfin, pour conclure, des discours remplis de vœux pieux : réunir les peuples, potentiel énorme si la règlementation le permet…

« Et la collaboration avec le Royaume-Uni suite au Brexit ? », demande la modératrice. Danger sur les financements ? Rien de clair n’est ressorti vraiment.

Les travailleurs de chez Disney fiers comme des paons !

Disney Plus Dialogues Lille
© Alexandra Henry

Chez Disney, on s’est félicité à Séries Mania 2021 du travail effectué pour accoucher de la plateforme Disney+ qui consolide la marque.

Jan Koeppen, président de The Walt Disney Company – Europe, Middle East & Africa, a souhaité axer son discours sur l’histoire européenne de Disney et la force des récits nés sur ce continent : « Cendrillon, Blanche-Neige et les Sept Nains, Pinocchio ou Le Bossu de Notre-Dame ont eu un vrai impact sur le monde. Les grandes histoires européennes voyagent partout dans le monde ».

Ces récits ont été injectés dans Disney+, qui se targue de proposer tout le catalogue de la société Disney et qui vient de dépasser le chiffre des 116 millions d’abonné·es. La technologie a rendu Disney+ possible mais nous voulions surtout une forte narration, commente Jan Koeppen. Personne à la télé ou au cinéma ne raconte les histoires comme Disney ».

Et c’est pourquoi le credo de la marque est clair : plus de contenus, plus de divertissements, plus d’histoires. Pour preuve, la dernière section ajoutée sur la plateforme de SVOD : Star qui fait le plein de séries produites par Disney telles que Grey’s Anatomy, Desperate Housewives, Ugly Betty, Lost et tellement d’autres à venir !

16 séries originales Disney+ produites localement en Europe ont été annoncées dans un avenir plus ou moins proche. « Nous sommes en phase de dépasser la soixantaine de productions originales européennes à présent. Des budgets importants pour du contenu de qualité, c’est une aubaine pour l’Europe qui entre certainement dans un âge d’or ! Elle va avoir un écho dans le monde entier, et nous sommes fiers de cela. Star ouvre la porte à de la créativité locale européenne. » 

Que voir sur Disney+ à l’avenir ?

Jan Koeppen ne pouvait partir sans donner un avant goût illustré de ce qu’il portait aux nues. C’est ainsi que le public a pu voir à Séries Mania 2021 et sur grand écran des images de :

  • Sultan City : un Breaking Bad au féminin autour de la communauté turquo-allemande;
  • Oussekine : dans le Paris des années 80, Malik, un Algérien meurt à cause de violences policières. Basé sur une histoire vraie.
  • Sam – A Saxon : une histoire allemande sur le premier officier noir d’Allemagne de l’Est accusé d’être ennemi de l’Etat.
  • Kaiser Karl : Paris encore, mais cette fois en pleine décennie 70 pour se concentrer sur la rivalité entre Karl Lagerfeld et Pierre Bergé.

Une mini-interview du créateur de Oussekine a même été diffusée pour montrer son enthousiaste autour de l’apparition des plateformes de streaming car « elles permettent à plus de séries d’auteurs d’exister et de rendre plus poreuse la frontière entre télé et cinéma ».

« TF1 a opéré sa mue pour mieux se consolider »

series-mania TF1
© Christophe Candellier

Les Dialogues de Lille de Séries Mania 2021 ont offert surtout des tribunes de 40 minutes aux intervenant·es. Un vrai débat n’était pas possible. La surprise est toutefois venue de la générosité des confidences de Gilles Pélisson, le président-directeur général du groupe TF1.

Sa formule sur la mue de son groupe s’est accompagné d’une réjouissance : « Non, la télé n’est pas morte. Pour preuve, la série HPI avec Audrey Fleurot a dépassé les dix millions de téléspectateurs et ce résultat est le fruit de tout un travail de prémiumisation. La télé reste un médium social qui rassemble. Et SALTO consolide notre relation avec le téléspectateur. »

ICI TOUT COMMENCE image feuilleton télé
© THOMAS BRAUT / ITC / TF1

Qui dit nouveaux espaces de diffusion dit aussi nouveaux partenariats et cela, Gilles Pélisson en avait bien conscience à Lille : « Notre groupe doit investir dans des partenariats, notamment avec Newen Studios qui produisait déjà Plus belle la vie, et qui nous a livré Demain nous appartient et Ici tout commence. »

Deux feuilletons dont le succès a, bien évidemment réjouit la première chaîne d’Europe qui avait fait, il y a pile un an, le pari de se faire succéder deux feuilletons en access prime time.

Demain nous appartient image feuilleton télé
DEMAIN NOUS APPARTIENT © Thomas Braut / TelSete / TF1

Un rebooting pour DNA (l’abréviation désormais connue de la série-mère) a même été lancée avec un nouveau format d’images (apparition de bandes noires), un tout nouveau générique écrit, composé et interprété par Vianney, ainsi que de nouvelles têtes (Victoria Abril, Xavier Deluc, Emmanuel Moire, Charlotte Gaccio, Jennifer Lauret) présentes sur l’affiche ci-dessus.

Normal, la série doit se renouveler pour perdurer. Elle vient en effet de fêter son 1000e épisode !

TF1 : plus de 200 millions d’euros par an pour la fiction et les séries

Les exemples de belles images qui viendront occuper nos écrans dans les prochains mois n’ont pas manqué à Séries Mania 2021.

Après ses deux séries quotidiennes, Gilles Pélisson a évoqué un autre partenariat de TF1, celui avec la plateforme Apple TV+ pour la toute première production française de celle-ci et intitulée Liaison. Elle verra jouer ensemble Vincent Cassel et Eva Green.

La série-phénomène HPI connaîtra, elle, les honneurs du prime-time sur Rai 1 en Italie et a été vendue dans une quinzaine d’autres pays.

A quoi s’attendre d’autre ?

  • Une affaire française avec Gérard Jugnot sur « l’affaire du petit Grégory » dès le lundi 20 septembre 2021
  • Une si longue nuit avec Mathilde Seignier
  • Fugueuse qui parlera de prostitution à l’adolescence avec Fanny Cottençon, Michaël Youn, Julie Depardieu et Sylvie Testud
  • Il est elle sur le changement de sexe d’un ado avec Odile Vuillemin
  • Les Combattantes avec le trio de la mini-série Le Bazar de la Charité (à retrouver sur Netflix) qui accueillera aussi cette fois Sofia Essaïdi

Après donc Le Bazar de la Charité, HPI et Mensonges dès ce jeudi 2 septembre, TF1 ne lâche plus la belle Audrey Fleurot qui sera en tête de gondole dans Les Combattantes.

LES COMBATTANTES image série télé
LES COMBATTANTES © Caroline Dubois / Quad Drama / TF1

Et à la vue des thématiques présentées, on a senti les envies de coller à ce qui fait aujourd’hui société. Gilles Pélisson a reconnu à Séries Mania 2021 une volonté d’exister de ce côté-là et de porter certains sujets dans les salons des téléspectateurs : « Nous faisons presque du service public car je dis que le logo de TF1 porte les mêmes couleurs que le drapeau français. Nous voulons donc porter des débats de société. ».

Un petit mot aussi sur la shortcom à venir de la petite sœur TFX : Sisbro avec des amis et des galères, histoire de draguer les cibles jeunes.

Les ambitions du groupe TF1 : chronologie des médias et fictions avec M6

« Les lignes institutionnelles ont bougé mais nous avons encore ce déséquilibre par rapport aux plateformes, avoue Gilles Pélisson. En tout cas, nous réfléchissons à une chronologie des médias avec les films que nous produisons pour le cinéma pour permettre aux personnes le désirant d’obtenir une offre linéaire. » En résumé, la récente stratégie de Disney+ pour Cruella.

Mais ce n’est pas tant le sujet qui fâche concernant TF1 en ce moment. L’animatrice de ces Dialogues de Lille a bel et bien abordé la concentration entre TF1 et M6 dans un même groupe, celui de Bouygues Telecom.

« C’est une pépite, ça, une dynamique de succès ! se réjouit Gilles Pélisson. Nous serons un groupe multi-chaînes actif qui soutient la fiction française. Bouygues, notre actionnaire, croit au futur de ce média qu’est la télé. Mais notre position n’était pas gagnée d’avance. Nous porterons ainsi l’ambition française encore plus fortement. Nous pouvons, en plus, jouer un rôle très intéressant en France sur le marché de la data et du streaming. On a pas le milliard par an de Netflix à investir dans la techno, mais on peut constituer une alternative intéressante. »

Tout cela laisse augurer des observations intéressantes dans les prochaines années en tout cas. Et, de manière tout à fait cynique, impertinente et moqueuse, nous nous ne pouvons nous empêcher de poser la question : aura-t-on besoin d’autres confinements pour visionner la masse de fictions à venir ? Nous ne l’espérons pas.

En savoir plus :

  • Les Dialogues de Lille ont eu lieu les 30 et 31 août 2021 à l’auditorium Pasteur de Lille Grand Palais dans le cadre du festival Series Mania 2021
  • Site officiel de Séries Mania
Luigi Lattuca
Follow me