enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / SERIES / Wei or Die (2015), les nouvelles écritures au service d’une fiction interactive enthousiasmante
WeiorDie-affiche

Wei or Die (2015), les nouvelles écritures au service d’une fiction interactive enthousiasmante

Le weekend d’intégration
comme arène parfaite
   

WeiorDie-image-BIZUTAGE
Weekend de beuverie, jusqu’où va la fête ?
© D.R.

    
Interrogé sur le choix du weekend d’intégration comme toile de fond de leur histoire, Simon Bouisson justifie « le WEI est un accélérateur social, en deux jours, il se passe autant de choses qu’en un an et les enjeux individuels et collectifs sont très forts ».

En effet, à court terme, il faut paraître « cool » pour s’intégrer dans l’école. Mais l’enjeu est également valable pour du plus long terme car un étudiant fêtard s’intègrera mieux dans son (futur) réseau professionnel. Le weekend d’intégration permet donc d’exploiter cette tension latente. On s’attache également aux personnages et à comprendre qui va accepter les humiliations et jusqu’où, qui va devancer les désirs des bizuteurs, qui va fixer les limites et s’y tenir. « Le WEI permet de développer un point de vue sur le rapport de prédation à l’ère néolibérale », explique Olivier Demangel, co-auteur du projet.
    

WeiorDie-image-_BIZUTAGE_LEILA
Jusqu’où va l’humiliation ?
© D.R.

      
Pendant ce drôle de rite initiatique, certains vont passer du statut de gentil à celui de prédateur, entrant ainsi de plein pied dans la communauté des étudiants de l’école. C’est le cas de JB, le gentil premier de la classe lorsqu’il a l’opportunité de prendre sa revanche. On le sent basculer dès qu’il est mis en position de force.
     

WeiorDie-image-LEILA_JB_FARINE
Xavier Lacaille (JB) et Jade Hénot (Leïla) impeccables premiers de la classe
© D.R.

        
« Alors pourquoi t’es venu ?
Pour pas être le petit merdeux qu’est pas venu ».
JB

Dès lors, on peut s’interroger : jusqu’où peut aller ce rite initiatique ? Jusqu’à la mort ? Il est intéressant d’observer les sentiments que cela va faire naître chez les protagonistes. En l’occurrence, la culpabilité y est totalement absente.

« Notre pire ennemi, c’est le pomme X. »
Olivier Demangel

Marjolaine Gaudard

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Passionnée de séries, de web séries, de romans (notamment les polars), de BD et de littérature jeunesse.

Top 3 BD : Tout Manu Larcenet, "Peter Pan" de Loisel, "IRS"
Top 3 LITTERATURE : les livres de Lars Kepler, "L’écume des jours"
Top 3 TV : "Mr Robot", "Engrenages", "Utopia"
Marjolaine Gaudard

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.