Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
TORI ET LOKITA
© Christine Plenus

Critique / « Tori et Lokita » (2022) de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Tori et Lokita est le nouveau film des frères Dardenne. Toujours à fond dans le cinéma social, les Dardenne livrent un film sans grande surprise sur le plan de la thématique mais avec un rythme narratif singulier empruntant au thriller. La critique et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Lokita, adolescente africaine venue illégalement en Belgique, est auditionnée pour obtenir des papiers. Elle fait croire que Tori, un jeune garçon rencontré sur le bateau de la traversée, est son frère. Ils vivent ensemble dans un foyer d’accueil. Pour gagner leur vie, Tori et Lokita vendent de la drogue pour un dealeur, Betim. Leur invincible amitié va être une arme pour répondre aux difficiles conditions de leur exil.

Tori et Lokita : la veine sociale des Dardenne est intarissable

Tori et Lokita est le neuvième film des frères Dardenne à avoir été en compétition officielle du Festival de Cannes. L’évènement cannois, présidé cette année par Vincent Lindon, leur rend encore une fois un hommage avec ce film en lui attribuant le prix spécial du 75ème anniversaire. Le film est dans la veine sociale des deux réalisateurs doublement palmés puisqu’il aborde la thématique de la précarité des émigrés. Ce n’est pas la première fois que les metteurs en scène se lancent dans cette problématique, déjà rencontrée dans La Fille inconnue ou Le silence de Lorna

Le côté novateur de cette œuvre par rapport à la filmographie des réalisateur est son côté thriller, distillé à travers la longue quête des deux protagonistes pour échapper à leur condition, et surtout aux dealeurs qui les poursuivent. Les frères Dardenne ont fait appel à des acteurs non-professionnels pour incarner les deux personnages principaux : Pablo Schils et Joely Mbundu. Ils sont des atouts primordiaux pour le film car ils interprètent leur rôle avec beaucoup de justesse. Cependant, leur carrière débutante, ils ne peuvent totalement gommer les stigmates d’une interprétation qui manque parfois de spontanéité.

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.