enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Abdel Raouf Dafri Qu'un sang impur...
© Roger Arpajou

Interview / « Alger confidentiel » (2022) : rencontre avec Abdel Raouf Dafri, le scénariste de la série

Dernière mise à jour : février 18th, 2022 at 08:19

Arte diffuse ce jeudi 17 février 2022 à partir de 21h Alger confidentiel. La série franco-allemande, adaptée du livre Paix à leurs armes d’Oliver Bottini est un thriller géopolitique autour d’un contrat de ventes d’armes entre l’Algérie et l’Allemagne. A l’occasion de la diffusion de la série réalisée par Frédéric Jardin, Bulles de Culture a rencontré son scénariste, Abdel Raouf Dafri, qui a par ailleurs écrit Un prophète de Jacques Audiard et le diptyque sur Mesrine.

Alger confidentiel, adaptation du livre Paix à leurs armes

« mon ADN d’algérien ne croit pas à l’espoir« 

Bulles de Culture : La série Alger confidentiel est-elle votre premier scénario adapté d’un livre ?

Abdel Raouf Dafri : Non, le dytique de Jean-François Richet sur Mesrine était déjà une adaptation. Quand j’ai reçu le livre Paix à leurs armes, je ne connaissais pas son auteur, Oliver Bottini. Le livre m’avait été conseillé par mon agent, Lionel Amant, aujourd’hui disparu. J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer l’auteur du livre. Je ne voulais pas travailler de façon arbitraire sans parler à Olivier. Il fallait que je lui expose ce que j’allais raconter de son livre, mais surtout ce que j’allais écarter. En effet, tout ne pouvait pas rentrer dans les quatre épisodes commandés par la chaine Arte.

Quand j’ai rencontré Oliver. J’ai tout de suite trouvé que c’était un type formidable. Il a adoré la proposition que j’ai faite sur Alger confidentiel. Il m’a simplement dit : « dans ta version, il n’y a pas beaucoup d’espoir ». Je comprends ce qu’il veut dire. Les allemands ont été portés par l’espoir. Ils ont survécu au nazisme, à la séparation de leur pays en deux. Les algériens ne peuvent eux pas compter sur cet espoir. Ce peuple fait preuve de résilience, de fatalisme, mais mon ADN d’algérien ne croit pas à l’espoir.

« Les détails de l’Algérie post islamiste sont hallucinants dans Alger confidentiel »

Bulles de Culture : Qu’est-ce qui vous a inspiré dans Paix à leurs armes ?

Abdel Raouf Dafri : L’intrigue ! Les détails de l’Algérie post islamiste sont hallucinants. Il n’y a aucune caricature dans les personnages algériens. C’est un allemand qui a compris ce qu’était le mental des algériens.

Alger confidentiel (1/4)
Hammou Graïa (General Ibrahim Soudan) et Dali Benssalah (Abderrahmane Toumi), Episode 1, série « Alger confidentiel » de Frédéric Jardin

Bulles de Culture : Vous décrivez dans la série la corruption des élites algériennes…

Abdel Raouf Dafri : J’aime là où il y a des corrompus et des corrupteurs car cela fait une bonne dramaturgie ! La série dit que l’Algérie est en train de sombrer. C’est un peuple honorable et d’une très grande classe qui mérite bien plus que le gouvernement qu’il a actuellement. Le pays est sous la coupe d’une jungle militaire qui saigne le pays à blanc.

« l’Algérie a acheté pour 22,5 milliards d’euros d’armes à l’Allemagne entre 2017 et 2021« 

Bulles de Culture : et vous montrez bien que L’Europe cautionne…

Abdel Raouf Dafri : En 1988, le président algérien, Chadli Bendjedid, ordonne de tirer à l’arme lourde sur des jeunes algériens qui ne faisaient que réclamer à manger et un avenir. Quelques années plus tard, en 1992, Chadli Bendjedid démissionne mais des généraux janviéristes, qu’il a désigné, prennent le pouvoir et interrompent le processus électoral. C’est donc un coup d’état.

L’affaire a fait grand bruit car la France s’est émue de cette démission. Le président Mitterand a accusé l’arrêt du processus électoral. En vérité, c’est la France qui a demandé l’arrêt du processus électoral pour éviter que les islamistes arrivent au pouvoir. La France s’est toujours mêlée de la politique algérienne. Alors oui, l’Europe cautionne ce qu’il se passe en Algérie ! La bienveillance décrite dans Alger confidentiel est une bienveillance économique avec l’Allemagne. Rendez-vous compte que l’Algérie a acheté pour 22,5 milliards d’euros d’armes à l’Allemagne entre 2017 et 2021 alors que le peuple meurt de faim.

Alger confidentiel (1/4)
Hania Amar (Amel Samraou) et Ken Duken (Ralf Eley), Episode 1, série « Alger confidentiel » de Frédéric Jardin

Bulles de Culture : Il y a aussi un amour entre un allemand et une algérienne dans la série. Sur quelles bases reposent cet amour ?

Abdel Raouf Dafri : Elles sont indescriptibles. Amel est tombée amoureuse de la plus mauvaise personne au plus mauvais endroit. Une algérienne musulmane, nièce d’un général corrompu, qui tombe amoureuse d’un non musulman agent allemand, c’est forcément très compliqué. Son amour la dévore. C’est une forme de trahison par rapport à ses origines.

Le couple est alors coincé par les sentiments, mais aussi par la menace des terroristes et des corrompus.

Bulles de Culture : Vous avez avec le réalisateur d’Alger confidentiel, Frédéric Jardin, la série Braquo en commun. C’était une volonté de collaborer à nouveau ensemble ?

Abdel Raouf Dafri : Frédéric est un garçon que je respecte et que j’admire. Il est arrivé sur la saison 3 de Braquo. Il a fait un travail exceptionnel. C’est un type formidable très direct. Sur Alger confidentiel, on n’avait pas beaucoup d’argent. Le résultat final est exceptionnel.

En savoir plus :

  • Alger confidentiel : 4 épisodes diffusés sur Arte à 21h et disponible sur arte.tv à partir du 17 février 2022
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.