//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / LITTERATURE / [CRITIQUE] « Sans elles » (2017) : Un second roman incisivement érotique de Stéphane Jouanny
Sans elles Stéphane Jouanny image couverture

[CRITIQUE] « Sans elles » (2017) : Un second roman incisivement érotique de Stéphane Jouanny

Titulaire d’un master de psychologie, Stéphane Jouanny n’en a pas pour autant abandonné l’écriture. Il vient de publier Sans elles, un formidable second roman positivement étouffant. On vous dit tout dans notre critique.

Synopsis :

Très épris d’une de ses patientes nommées Lola, de son corps ou de ce qu’elle lui rappelle, Jules partage avec nous ses réflexions moites, intenses et psychologistes.

Sans elles, une fuite en avant

 

Sans elles Stéphane Jouanny image première et quatrième de couverture

 

Pourquoi écrit-on ?

Chaque écrivain vous répondra un peu différemment mais il est évident que la description du quotidien, pour mieux le dompter, fait partie des préoccupations majeurs de ceux qui vivent (ou aimeraient vivre) de leur plume. Stéphane Jouanny (30 ans) le confesse sur son site officiel : « Ce qui me brûle les lignes de la main, c’est le quotidien ».

Logique donc que le héros de Sans elles soit un cérébral. Énergique, d’une efficacité saisissante, Sans elles nous happe tout de suite pour nous faire ressentir ce que Jules éprouve : le besoin d’une fuite en avant.

Mais que cache-t-il ? Ou plutôt que lui cache la vie ?

Héros tourmentés et proches de nous

 

Sans elles photo Stéphane Jouanny
© D.R.

 

On aurait aimé que l’avant-fin soit un tout petit peu moins comateuse par rapport au reste mais les ultimes pages du livre relancent bien le plaisir du début. Tout allait même dans ce sens. Car les pages de Sans elles abritent des héros tourmentés, fugaces, sentimentaux et authentiques.

Le roman, d’excellente facture, est vibrant et très incarné. On a l’impression de palper la chair des héros, tout cela grâce au talent de l’auteur. Stéphane Jouanny joue avec les mots et régale tous nos sens. L’envie d’écrire ou de souligner des lignes entières était beaucoup trop forte durant toute notre lecture !

Orfèvrerie romantique et érotique

 

La luxure, présente ici en arme de résistance, rend le roman encore plus attirant et glamour tant l’auteur sait manier les mots. L’érotisme, au sens de l’affection des sens, est la nature de la relation des deux héros mais est aussi présent de manière naturelle à chaque page du style sensuel de Stéphane Jouanny. Sa plume en est habitée.

C’est avec une grande lucidité et une précision d’écorché que l’auteur décrit – notamment à travers le sexe – les peurs, les angoisses, les souffrances rédemptrices et l’importance de l’amour. Dépouillé, clair, fort et en même temps orfèvre de la langue pour servir deux héros fracassés par le destin.

A conseiller à tous les romantiques.

 

En savoir plus  :

  • Sans elles de Stéphane Jouanny, Éditions Auteurs d’Aujourd’hui (Ed2A),  22 septembre 2016, 17 euros.

Check Also

Le Magicien sur la passerelle Ming-yi Wu couverture livre

♥ [CRITIQUE] « Le Magicien sur la passerelle » : Un entre-deux envoûtant entre roman et nouvelle

La maison d’édition L’Asiathèque vous propose une enquête sur les traces d’un mystérieux illusionniste dans …

Taipei, Histoires au coin de la rue

[CRITIQUE] « Tapei, histoires au coin de la rue » : Des nouvelles captivantes

La maison d’édition L’Asiathèque propose, avec Tapei, histoires au coin de la rue, un recueil …

Laisser un commentaire