enfr
Informations

Critique / « The Visit » (2015) de M. Night Shyamalan

Dernière mise à jour : juillet 13th, 2021 at 07:44

Après un premier succès fulgurant (Sixième Sens, 1999), le cinéaste  M. Night Shyamalan a réalisé des films de moins en moins surprenants. Après s’être essayé récemment à la série (Wayward Pines), le voilà qui se frotte au film d’angoisse à petit budget. La critique et l’avis film de Bulles de Culture sur The Visit.

Synopsis :

Un frère (Ed Oxenbould) et une soeur (Olivia DeJonge) vont passer une bien étrange semaine de vacances dans la ferme de leurs grand-parents en Pennsylvanie.

The Visit : un point de départ amusant

The Visit - image
© Universal Pictures

Il faut avouer que comme souvent chez M. Night Shyamalan, le point de départ du film The Visit est plutôt amusant : ici, une mère confie ses enfants à leurs grands-parents possédés.

Sur cette idée, l’auteur-réalisateur appuie son histoire sur les clichés du genre : interdiction d’aller au sous-sol, mystère autour d’une remise au fond du jardin, étranges bruits chaque nuit…. Et il y ajoute en plus le côté faux documentaire parfois utilisé dans le genre pour ancrer l’angoisse dans le quotidien (Le Projet Blair Witch, Paranormal Activity).

Côté personnages, M. Night Shyamalan nous propose deux personnages, armés d’une caméra chacun, plein de fraîcheur.

La grande soeur, interprétée par Olivia DeJonge, est le regard du film, l’apprentie réalisatrice en quête de vérité sur sa famille afin de comprendre pourquoi son père les a quittés.

De son côté, le petit frère, interprété par Ed Oxenbould, est la voix du film, le slammeur T. Diamond au langage très cru.

Face à eux, les deux grands-parents à l’apparence bienveillante, interprétés par Peter McRobbie et Deanna Dunagan, se révèlent au fur et à mesure de bien curieux papi et mamie.

Pari audacieux mais…

The Visit - image
© Universal Pictures

Scénariste, réalisateur et producteur de The Visit, M. Night Shyamalan s’est particulièrement impliqué dans ce film au budget et au casting beaucoup moins important que ces précédents longs métrages. Dans ce quasi huis-clos, il n’hésite pas citer ses influences (Shining, Psychose…) et à alterner moments de comédie et d’angoisse dans le film.

Mais si le pari est audacieux, le twist placé au 3/4 du film et qui explique au spectateur ce qu’il se passe fait vite retomber le soufflé. Ce moment-clé du film le sera aussi pour le spectateur.

En effet, le film jouait jusque-là sur une corde raide, entre comique et angoisse. Or, à partir du twist, deux réactions sont possibles pour le spectateur :

  • soit il basculera dans l’angoisse et frissonnera avec les personnages jusqu’au bout ;
  • soit il ne pourra s’empêcher de rire en découvrant ce qu’on lui cachait jusque-là.

Car hélas, comme souvent chez M. Night Shyamalan, le scénario déçoit fortement malgré une idée de départ plutôt originale.

Notre avis ?

Grand frisson ou gros fou rire, ce The Visit ne restera pas dans les annales.

En savoir plus :

Jean-Christophe Nurbel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.