Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
tromperie red rocket critique avis film

Critiques DVD / « Tromperie » et « Red Rocket » (2021) : l’homme dans tous ses états

Désormais disponibles en DVD/Bluray, deux films de la sélection officielle de Cannes 2021, Tromperie et Red Rocket. Deux films que tout semble opposer, et pourtant,  Arnaud Desplechin et Sean Baker donnent à voir, chacun à sa façon, la complexité du genre masculin. La critique et l’avis de Bulles de Culture sur ces deux longs métrages.

Tromperie et sa galerie de portraits

Synopsis :

Londres – 1987.

Philip (Denis Podalydès) est un écrivain américain célèbre exilé à Londres. Sa maîtresse (Léa Seydoux) vient régulièrement le retrouver dans son bureau, qui est le refuge des deux amants. Ils y font l’amour, se disputent, se retrouvent et parlent des heures durant ; des femmes qui jalonnent sa vie, de sexe, d’antisémitisme, de littérature, et de fidélité à soi-même…

Adaptation du roman Déception de Philip Roth, Tromperie donne un aperçu des multiples relations extra-conjugales d’un homme. Mais au-delà de son rapport particulier à sa religion, à sa famille, le film sort également ce type de relation des clichés auxquels on est habitués. Non, Philip ne trompe pas sa femme parce qu’il est complètement malheureux avec elle. Il semble seulement avoir un amour démesuré pour toutes ces femmes que sa célébrité met, plus facilement que pour d’autres, à sa portée. 

Au vu de la longévité de certaines de ses relations, il convient de dire que si le statut de vedette les attire, il n’est pas suffisant pour les faire rester. Il est alors intéressant de connaître l’essence de chacune de ses histoires. C’est en cela que Tromperie devient une galerie de portraits.

Donnant parfois au film des allures de documentaire, chacune de ses femmes va dévoiler ce qui la lie à Philip et les raisons sont aussi différentes que celles qui les racontent.

Denis Podalydès ne devient alors qu’une voix chaleureuse et dangereusement sexy qui enveloppe ces récits, Philip étant une figure aimante qui  accompagne ces femmes dans des moments de leur vie, comme une façon de justifier sa Tromperie. L’inévitable Léa Seydoux, Emmanuelle Devos, ou encore Anouk Grinberg aident à comprendre ce qui poussent les femmes à s’éprendre de l’homme d’une autre, faisant de Tromperie une ode à la complexité des rapports humains.

 

Red Rocket, histoire d’un attachiant looser

Synopsis :

Mikey Saber  (Simon Rex) revient dans sa ville natale du Texas après des années de carrière de pornstar à Los Angeles. Il n’y est pas vraiment le bienvenu. Sans argent, sans emploi, il doit retourner vivre chez son ex-femme et sa belle-mère. Pour payer son loyer, il reprend ses petites combines mais une rencontre va lui donner l’espoir d’un nouveau départ.

Fidèle à son habitude de mettre en lumière des personnages marginaux, Sean Becker met en image un ex-acteur porno comme héros de son nouveau film. Gueule amochée, peau couleur pain d’épice et yeux revolvers, lorsque Mikey descend du bus qui le ramène au bercail, le protagoniste est une version trash mais non moins séduisante d’un J.D (Brad Pitt) dans Thelma et Louise. Mais dans cette petite ville pauvre du Texas, pas de Thelma à dépouiller ! Il flotte quand même dans l’air une certaine naïveté, celle de Mikey qui, se servant de ses indiscutables atouts, pense entourlouper son petit monde.  

Durant deux (longues) heures, Red Rocket suit ce gentil looser à la recherche de son ticket retour pour la ville des anges. La photographie de Drew Daniels l’entoure de couleurs Bubble Gum quand il est à l’extérieur, puis le replonge dans des lumières plus ternes quand il se retrouve la maison de son ex-femme et sa belle-mère. Illustration parfaite de celui qui est toujours en représentation mais que la réalité finit pas rattraper. 

Red Rocket vaut d’ailleurs le détour pour la tchatche survitaminée de Simon Rex, bien entouré par la saisissante Suzanna Son ( Strawberry) et la troupe d’acteurs non professionnels qui tiennent bien haut le pavé.

Notre avis ?

Tromperie et Red Rocket sont particulièrement intéressants, surtout dans le contexte actuel. En effet, à l’heure où les droits des femmes sont en péril, Sean Baker et Arnaud Despleschin donnent à voir des visages différents de ceux qu’on désigne comme le sexe fort. Dans les deux films, la notion de fragilité et de pouvoir est finalement très diffuse, très conforme à la réalité, même si certains bien-pensants semblent s’acharner à vouloir la réguler….

En savoir plus :

  • Distribution France : Le Pacte
  • Tromperie est disponible en DVD/Blu-ray depuis le 04/05/2022
  • Red Rocket est disponible en DVD/Blu-ray depuis le 08/05/2022
Fanny N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.