Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Loup et chien affiche film

Critique / « Loup et chien » (2022) de Cláudia Varejão

Loup et chien de Cláudia Varejão, premier long métrage de fiction, a reçu le Prix Erasmus+ lors de la compétition long métrage de la 11e édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux 2022 qui s’est déroulé du 12 au 17 octobre dernier. Le film sera dans les salles du cinéma le 8 mars 2023. La critique et l’avis sur le film. 

Synopsis :

Sur une île du Portugal, l’adolescente Ana évolue entre un milieu traditionnel où la religion est omniprésente et la communauté queer dans l’effervescence de son ouverture au monde.

Cet article vous est proposé par le chroniqueur Cédric Lépine.

Loup et chien aux inspirations documentaire

Sur l’île de São Miguel, dans l’archipel des Açores, plusieurs mondes cohabitent et une adolescente à la veille de rejoindre le continent pour réaliser son propre chemin de vie, navigue entre différentes sources de valeurs et de racines, avec un grand sens de l’observation nourri de tendresse et de bienveillance. Ici se trouve à la fois le regard de la jeune protagoniste au cœur de l’histoire mais aussi celui de la réalisatrice Cláudia Varejão dont l’inspiration documentaire côtoie à plusieurs reprises des échappées oniriques, comme autant de parenthèses enchantées.

Des racines locales portées par des processions religieuses, l’intégration dans le quotidien du prêtre-confesseur dans les questions individuelles à la communauté queer qui élargit le sens de la famille et du soin de l’autre, Cláudia Varejão saisit ces différentes réalités sociales au cœur de cette île comme des mondes qui ne sont pas condamnés à s’opposer mais à partager le plaisir de construire du vivre ensemble, de manière intelligente et créative. La description est aussi douce que bienveillante et seul le commerce clandestin de stupéfiants touchant en priorité les jeunes hommes vient apporter son ombre au tableau ainsi qu’une scène d’intolérance violente d’un père à l’égard de son fils gender fluid.

Le récit s’inscrit dans la chronique adolescente qui s’ouvre avec douceur à la diversité du monde comme à sa propre diversité sans passer par la violence de l’opposition et de la fracture nécessaire, le tout sur les tons résolument anti exotiques où l’intensité solaire estival des Açores disparaît à la faveur d’une ambiance bleutée crépusculaire entre chien et loup.

En savoir plus :

Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.