enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
Une Histoire d'Amour affiche théâtre critique avis

Critique / « Une Histoire d’Amour » (2020) d’Alexis Michalik

Une Histoire d’Amour, la nouvelle pièce d’Alexis Michalik, est lancée initialement en février dernier dans la nouvelle salle parisienne de la Scala. Après un bref triomphe et un Molière de la mise en scène 2020, les représentations reprennent jusqu’en novembre 2020 avec un succès qui ne se dément pas. La critique théâtre et l’avis de Bulles de Culture de cette douce prouesse sous la signature Michalik. 

Synopsis :

Katia et Justine se rencontrent autour d’un verre. Alors que la première semble uniquement intéressée par les garçons, les deux jeunes femmes tombent amoureuses l’une de l’autre. La promesse est de s’aimer passionnément toute une vie. Quelques mois plus tard, alors qu’elles se sont installées ensemble, le couple de jeune mariées souhaite un enfant. Au cours de deux inséminations artificielles simultanées, seule Katia tombe enceinte. Justine s’éloigne peu à peu laissant la future maman seule. Douze ans plus tard, cette dernière est sur le point de mourir. Elle cherche un tuteur pour s’occuper de sa fille, Jeanne. Son frère William, écrivain alcoolique, serait un choix par dépit…. 

Une Histoire d’Amour remporte déjà tous les suffrages

Le metteur en scène prodige enchaîne depuis plusieurs années les succès à travers des pièces telles que Edmond, Le Porteur d’Histoire ou Intra Muros qui se jouent à guichet fermé durant plusieurs années dans les théâtre parisiens. 

Avec Une Histoire d’Amour, titre banal mais plein de sens, il remporte encore une fois les suffrages du public et de la profession avec déjà un Molière de la mise en scène 2020 en poche. 

Quand on évoque Alexis Michalik, on pense tout de suite à ses histoires dans le temps avec une narration tortueuse sur plusieurs années. Dans Une Histoire D’amour, les lignes dramatiques sont linéaires et simples, adoptant néanmoins de multiples sauts temporels permettant de dresser une histoire qui s’étale sur une dizaine d’années. Il est donc possible de suivre une réelle évolution des personnages où les comédiens, parfaitement dirigés, doivent à la fois se transformer physiquement et évoluer psychologiquement. 

En cela, la comédienne Juliette Delacroix, tête d’affiche ce soir là, est bluffante dans le rôle de Katia. D’une jeune femme insouciante et dragueuse, celle-ci se devient en quelques années une mère meurtrie ayant la charge solitaire d’une enfant brillante. On le voit au gré des évolution de costumes qui se font sur scène, l’actrice perd ses cheveux en retirant sa perruque et adopte un style vestimentaire beaucoup plus noir, témoin d’une passion qui semble partie avec le temps. 

Une liberté de ton

La mise en espace ne cache rien aux spectateurs. Les décors sur roulettes sont mouvants permettant un changement de lieu aussi rapide que dynamique entre deux scènes. On passe en un claquement de doigts d’un salon dérangé, entre kitchenette et canapé, à l’austérité d’un bureau d’hôpital. 

Belle adaptabilité également parmi les comédiens de la troupe qui, en plus de leurs propres rôles principaux, incarnent des rôles secondaires. Par exemple, Alexis Michalik, en plus de ce frère alcoolique, se retrouve aussi livreur de meubles. 

Le charme d’Une Histoire d’Amour se retrouve surtout dans cette liberté de ton. Le mélodrame use de cynisme et de dérision donnant à cette tragédie des touches de comédie. Cette rupture avec les genres fait ici la force de l’écriture d’Alexis Michalik qui s’appuie également sur une playlist éclectique, composée notamment de Rihanna, Elton John ou Adèle.

L’auteur, inspiré de sa propre rupture amoureuse, choisit l’humour pour se confronter aux thématiques les plus dures. Il rit de la mort prochaine de sa protagoniste à travers le trublion frangin, désaxé, alcoolique qui cache sa douleur à travers son humour noir. 

Derrière Une Histoire d’Amour, il y a surtout la thématique des promesses sincères qu’on fait mais qu’on ne tiendra pas. C’est le personnage de Justine qui incarne le plus fidèlement cet adage à travers sa douceur, ses regrets. L’idylle de Michalik est ici grandement inspirante. Encore une fois, le réalisateur d’Edmond réussit une prouesse.  

En savoir plus  :

  • Une Histoire d’Amour d’Alexis Michalik à la Scala (Paris, France) jusqu’au 15 novembre 2020 à 15h.
  • Durée : 1 h 25.
  • avec Pauline Bression, Juliette Delacroix, Alexis Michalik, Marie-Camille Soyer,  et en alternance Lior Chabbat, Leontine d’OncieuViolette Guillon et Amélia Lacquemant
     
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page