enfr
Sur Bulles de Culture, art, cinéma, littérature, musique, spectacles, télévision... chaque jour, la culture sort de sa bulle.
A Young Doctor's Notebook saisons 1 et 2 sur Artetv image série télé
© CAPTURE D'ECRAN / ARTE.tv

♥ Critique / « A Young Doctor’s Notebook » saisons 1 et 2

Dernière mise à jour article : 5 octobre 2020 à 18:16

ARTE prévoit cet automne 2020 une offre renouvelée de séries disponibles en ligne sur son site. Parmi celles-ci, Bulles de Culture a découvert A Young Doctor’s Notebook (A Young Doctor’s Notebook & Other Stories en V.O.), une série britannique coup de coeur inspirée des Récits d’un jeune médecin de Mikhaïl Boulgakov. Dans la peau du jeune docteur, Daniel Radcliffe (le visage au cinéma d’Harry Potter), et dans celle de son double plus âgé, Jon Hamm (que l’on connaît pour Mad Men). Notre avis et notre critique série de Bulles de Culture.

Synopsis :

Le Docteur Vladimir Bomgrad (Jon Hamm), médecin d’âge mûr, est interpellé par les services secrets soviétiques. Alors que son bureau est fouillé, il retrouve le carnet qu’il rédigeait dans sa jeunesse. Jeune médecin, il (Daniel Radcliffe) est envoyé à la direction du petit hôpital de Mourievo, au fin fond de la campagne russe. Il tente d’aider du mieux qu’il peut les paysan-ne-s qu’il doit soigner, souvent dépassé par les situations à affronter, et, pour tromper l’ennui, batifole avec l’une des sages-femmes qui l’assiste Pélagie (Rosie Cavaliero).

A Young Doctor’s Notebook : un format court tout à fait mordant

A Young Doctor's Notebook image série télé
© Big Talk Productions BSKYB Jay Brooks

Deux saisons de quatre épisodes chacune. 22 minutes par épisodes. C’est en somme le format court qu’épousent les auteurs (Mark Chappel, Alan Connor et Shaun Pye) et les réalisateurs (Alex Hardcastle et Robert McKillop) pour la série A Young Doctor’s Notebook. La forme qu’ils ont choisi parvient à un très bel équilibre entre l’anecdote, la satire des événements médicaux épisodiques et le fil narratif continu. Ce choix convient d’ailleurs parfaitement à l’adaptation des textes courts de Mikhaïl Boulgakov et  transpose magnifiquement le style serré et dense de sa nouvelle.

Reprenant la dimension ironique et amusée du texte russe, les scénaristes noircissent le trait de la satire, grossissent les traits d’humour, accentuent le grotesque et le caustique. Et cela fonctionne à merveille ! Il faut dire que Daniel Radcliffe (le jeune médecin), Rosie Cavaliero (Pélagie, la sage-femme stagiaire), Adam Godley (Demyan, le barbier), et Vicki Pepperdine (Anna, la sage-femme) excellent tous dans leur rôle, mariant superbement le sarcastique et le touchant.

On plonge dans cette Russie arriérée du début du XXe siècle avec plaisir, d’autant que l’humour — très british pour le coup — ne manque jamais de dédramatiser les appréhensions, les doutes et les questions existentielles de notre brave médecin !

Des dangers de la morphine…

A Young Doctor's Notebook image série télé
© Big Talk Productions BSKYB Jay Brooks

Ce sont trois textes de Mikhaïl Boulgakov que la série A Young Doctor’s Notebook reprend : « Récits d’un jeune médecin », « La Morphine » et « Les Aventures singulières d’un Docteur ».

L’adaptation qui en est faite est tout à fait intelligente : les « Récits d’un jeune médecin », texte le plus romanesque, forme la colonne vertébrale de la série. On ajoute la dimension politique avec la mention de la révolution russe trouvée dans « Les Aventures singulières d’un Docteur », qui allonge l’histoire de la première nouvelle et la prolonge. Sur ce fil narratif, on va venir superposer les éléments pris dans la nouvelle « La Morphine » pour qu’ils enrichissent la trame principale.

L’effet est des plus réussis, et la morphine devient, comme dans la nouvelle de l’auteur russe, un personnage à part entière. C’est sur ce point particulier de l’addiction à la morphine que la noirceur du cynisme ambiant est la plus porteuse. On observe la dépendance croissante au précieux médicament avec une distanciation ironique qui fait froid dans le dos et dont le réalisme scabreux est brillamment mis en valeur.

Un personnage double fascinant

A Young Doctor's Notebook image série télé
© Big Talk Productions BSKYB Jay Brooks

L’une des plus jolies trouvailles de A Young Doctor’s Notebook, c’est sans nul doute de faire du personnage du médecin un personnage double : jeune, naïf et se durcissant vite avec Daniel Radcliffe d’une part ; mûr, désabusé et doté d’un recul critique avec Jon Hamm d’autre part.

Faire alterner 1917 et 1934, c’est une chose déjà porteuse en elle-même — même si la trame principale du récit tourne autour de 1917 surtout —, mais faire dialoguer l’homme mûr et le jeune homme dans la trame de 1917, voilà qui est encore plus fort.

L’on voit s’inscrire ainsi en filigrane d’abord le spectre de la morphine, avec un jugement dur de la part du jeune homme. Puis, les choses s’inversent, et l’homme mûr et sevré regarde le jeune imbécile prétentieux qu’il a été avec tendresse et dureté. L’acuité de ce double regard donne au drame de la profondeur, de l’intensité et de la perspicacité.

A Young Doctor’s Notebook est en somme une série plaisante et porteuse, non chronophage, qui a emballé le coeur de Bulles de Culture. Nous vous recommandons cette série coup de coeur !

En savoir plus :

  • A Young Doctor’s Notebook saisons 1 et 2 sont disponibles en streaming sur Arte.tv du samedi 3 octobre au jeudi 31 décembre 2020
  • La série comporte deux saisons de quatre épisodes de 22 minutes
Morgane P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You cannot copy content of this page