enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Tu mérites un amour » (2019) de Hafsia Herzi

[Critique] « Tu mérites un amour » (2019) de Hafsia Herzi

Tu mérites un amour est le premier long métrage d’Hafsia Herzi en tant que réalisatrice. Le film, sélectionné à la Semaine de la Critique 2019, avec Anthony Bajon et Djanis Bouzyani est dans les salles de cinéma depuis le 11 septembre 2019. Découvrez la critique et l’avis de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Suite à l’infidélité de Rémi (Jérémie Laheurte), Lila (Hafsia Herzi) qui l’aimait plus que tout vit difficilement la rupture. Un jour, il lui annonce qu’il part seul en Bolivie pour se retrouver face à lui-même et essayer de comprendre ses erreurs. Là-bas, il lui laisse entendre que leur histoire n’est pas finie… Entre discussions, réconforts et encouragement à la folie amoureuse, Lila s’égare…

Tu mérites un amour : portrait trop autocentré de la réalisatrice

L’actrice, césarisée jeune espoir pour La Graine et Le Mulet (Abdellatif Kechiche, 2007), passe pour la première fois derrière la caméra. Elle décide pour cela de se mettre en scène, racontant les difficultés de mener à bien une histoire d’amour. Tu mérites un amour est une sorte de journal intime qu’on ouvre et dans lequel la réalisatrice va sonder ses états d’âmes. Portrait touchant d’une jeune fille perdue, les introspections de Hafsia Herzi, poussées souvent à l’excès, vont être au coeur de ce premier film.

Cette première oeuvre porte en effet les travers d’un autocentrisme trop affirmé. La réalisatrice se filme constamment sous toutes les coutures, ne faisant pas l’économie des plans rapprochés. Les dialogues sont une occasion de plus pour parler d’elle : « J’aime pas mes dents« , « Je savais que tu m’aimais« . L’histoire va même jusqu’à faire raconter comment Lila va se faire prendre en photo par un étudiant (Anthony Bajon) pour un projet d’art. La protégée d’Abdellatif Kechiche a quelque peu le syndrome de la mégalomanie pour un message central relativement banal : l’amour, c’est compliqué. On ne le savait déjà !

Djanis Bouzyani, révélation d’un acteur prometteur

Pourtant, en avançant dans sa construction, il se dégage de cette proposition cinématographique une certaine profondeur du fait notamment de ses multiples allusions au poème éponyme de Frida Kahlo, avec laquelle Hafsia Herzi possède une ressemblance physique indéniable. « Tu mérites un amour qui balayerait les mensonges et t’apporterait le rêve, le café et la poésie » disait le texte. C’est ce parfum féérique qui embaume une fin de film beaucoup plus réussie dans un climat doux et touchant, emprunté du texte original. 

Tu mérites un amour signe aussi la révélation d’un jeune acteur très prometteur, Djanis Bouzyani. Il fût la coqueluche du dernier Festival du Film Francophone d’Angoulême. Le jury lui remet d’ailleurs une mention spéciale pour son rôle du meilleur ami gay, non sans ressemblance avec le personnage de Dodo (Lakdhar Dridi) dans le récent Une fille facile (Rebecca Zlotowski). L’acteur est terriblement émouvant dans la manière dont il aborde son personnage. Censé remonter le moral de sa meilleure pote, ce dernier a aussi ses propres incertitudes autour du sentiment amoureux après des relations tumultueuses avec des hommes beaucoup plus vieux que lui. Ce garçon décomplexé débite des punchlines monumentaux, tous écrits par Hafsia Herzi, montrant que la réalisatrice a les atouts d’une très bonne dialoguiste (« quand le pot de miel est fermé, alors comment veux-tu qu’une abeille rentre dedans« ). 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 11/09/2019
  • Distribution France : Rezo Films

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.