enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique Avignon OFF 2019] « Nous étions debout et nous ne le savions pas » par Pierre Lambert
Nous étions debout et nous ne le savions pas du Théâtre de l'Espoir - Compagnie Pierre Lambert image théâtre
© Emilie Gaudry

[Critique Avignon OFF 2019] « Nous étions debout et nous ne le savions pas » par Pierre Lambert

Sur un texte de Catherine Zambon, Pierre Lambert et la Compagnie du Théâtre de l’Espoir font monter au Festival OFF d’Avignon 2019 la problématique écologique sur scène à travers le prisme de la révolte. L’avis et la critique théâtre de Bulles de Culture sur Nous étions debout et nous ne le savions pas.

Synopsis :

Elles et ils sont de tout âge, de tout horizon ; ils et elles ont un point commun : le choix qu’elles et ils ont fait un jour d’écouter la colère, la tristesse que le monde faisait grandir dans leur chair et leur tête. Un jour, ils et elles se sont levé-e-s et ont dit non, ont pris la parole en public, fait du porte à porte, bousculé les limites dans lesquelles elles et ils avaient espéré trouver la sécurité.

Nous étions debout et nous ne le savions pas : un chœur de résistant-e-s au Festival OFF d’Avignon 2019

Ce sont des voix diverses que Nous étions debout et nous ne le savions pas laisse à entendre, d’hommes et de femmes qui se sont opposé-e-s à un élevage massif de bovins, à un élevage industriel de cochons, qui ont rejoint la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui ont fait partie des faucheurs volontaires de champs d’OGM ou encore ont refusé l’enfouissement de déchets radioactifs.

Ce sont leurs discours entrecoupés, leurs bribes de récit que le texte de Catherine Zambon met en avant, insistant sur les éléments de déclic, le moment où tout se fige et où le cours ordinaire des choses ne peut plus reprendre, où l’emprise des habitudes explose. La diversité des parcours, des profils est d’autant plus forte que la mise en scène de Pierre Lambert insiste sur le morcellement, la fragmentation des lieux et des histoires.

C’est dans le cadre de récit informel et spontané que se pose la question de la façon dont ces individus lambdas se perçoivent. Pas opposants, pas révoltés, ni insurgés. Résistance est le terme qui revient, en le défaisant de sa tonalité historique. Et il est vrai que le non consentement au rejet des migrants, aux violences policières excessives, aux projets politiques qui vont contre tout bon sens écologique a quelque chose de la résistance en ce qu’elle traduit en décisions et en actes une indignation.

Échos d’espoir, fragments de fraternité

Nous étions debout et nous ne le savions pas du Théâtre de l'Espoir - Compagnie Pierre Lambert image théâtre
© Emilie Gaudry

Ce qui est le plus sensible dans le texte de Catherine Zambon et que Pierre Lambert montre à merveille, c’est la déconcertante et paradoxale facilité du choix qui est fait par ces hommes et ces femmes à un instant T. Cette simplicité désarçonne les idées reçues, dérange en un sens aussi. Le bon sens qui se fait voix paraît d’une telle évidence…

Ce que l’énergie de l’équipe de comédien-ne-s met encore en exergue, c’est le prix inestimable de la fraternité retrouvée, de liens humains qui se retissent. On comprend le partage, l’entraide, la reconnaissance aussi. On comprend tout ce qu’il y a à questionner du monde qu’on a construit et de celui que l’on détruit.

L’écueil que frôle tout de même Nous étions debout et nous ne le savions pas, c’est celui du manichéisme, qui affleure par moment dans le propos de la pièce. Pierre Lambert réussit toutefois une approche simple et inventive dans sa mise en scène à la fois minimaliste et précise, qui permet de rendre accessible la problématique complexe de notre rapport au monde face au changement climatique et à ses enjeux.

En savoir plus :

  • Nous étions debout et nous ne le savions pas est au Festival Avignon Le Off 2019, à Présence Pasteur, du 7 au 27 juillet à 12h20
  • Tournée 2019 : 14 septembre 2019 à Beauregard ; 28 septembre 2019 à Rampoux
  • Tournée 2020 : 10 janvier à l’Espace Roguet (Toulouse) ; 27 mars au Carré Sam (Boulogne-sur-Mer) ; 8 avril 2020 aux Rencontres Théâtrales Collèges et Lycées (Villeneuve de Marsan)
  • Site officiel du Théâtre de l’Espoir – Compagnie Pierre Lambert
  • Durée du spectacle : 1h30

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.