enfr
Accueil / MUSIQUE / ALBUMS / EP / [Critique] « Réminiscences » (2019) : Jeanne Mas s’offre une autobiographie et un triple best-of
Jeanne Mas livre Reminiscences

[Critique] « Réminiscences » (2019) : Jeanne Mas s’offre une autobiographie et un triple best-of

L’artiste (car complète) Jeanne Mas s’apprête à marquer l’année 2019 de son empreinte rouge (et noire !). La sortie conjointe de Réminiscences en livre et en CD devance un passage au Stade de France pour Stars 80, un album de reprises, deux concerts solo à Paris… et une tournée théâtrale en province. L’avis et critique de Bulles de Culture sur Réminiscences, la biographie (artistique, insiste-elle) qui passe en revue ses souvenirs de carrière et le nouveau coffret contenant d’anciennes chansons.

Synopsis :

Toute première fois, l’Italie, l’insouciance, Johnny Johnny, le succès, le look, Cœur en stéréo, Daniel Balavoine, L’Olympia, le trac, les Victoires de la musique, En rouge et noir, le Palais des sports, Femmes d’aujourd’hui, les disques d’or, les tournées, le Top 50, Sauvez-moi, les clips, Les Crises de l’âme, les doutes, les cassures, la persévérance, Bercy, le rock, la presse, les rumeurs, les revers, les regrets, le départ…

2019 : année Jeanne Mas !

Jeanne Mas n’est jamais restée inactive. C’est le message principal de son autobiographie — une bio artistique car concentrée des années 80 à 2004, année où elle prend la décision de quitter la France — et elle compte encore bien le prouver en cette année 2019. Bulles de Culture vous avait prévenu : on va beaucoup la voir ! Profitant d’un passage en France pour promouvoir Réminiscences (ladite biographie), Jeanne Mas a rejoint des anciennes gloires des années 80 pour faire résonner plusieurs titres sur la scène du Stade de France le samedi 18 mai 2019… puis a remonté sur celle du Groupama Stadium de Lyon le 1er juin 2019 pour un nouveau concert Stars 80 (où elle a naturellement interprété En rouge et noir).

Après ça, elle est retournée dans l’Arizona, aux États-Unis, où elle vit. Mais du travail l’attend encore et d’autres répétitions.

Réminiscences : deux fois, c’est mieux

En attendant une pièce de théâtre, dont Bulles de Culture vous a déjà parlé — en tournée fin septembre mais sans date à Paris pour l’instant —, deux nouveaux concerts à L’Olympia — à Paris donc, la billetterie est ouverte depuis le 20 mai 2019 —, sont sortis une première autobiographie et un nouveau best-of liés par la même pochette de son photographe fétiche Bernard Mouillon (LE photographe des jeunes stars tels que Mylène Farmer et Axel Bauer  au début des années 80).

Le premier projet est Réminiscences version livre. Une aventure aussi passionnante que douloureuse, initiée lors d’un déjeuner parisien avec Aymeric Caron — lequel a présenté Jeanne aux éditions Flammarion. Toujours à la découverte de quelque chose, Jeanne Mas a redécouvert ses albums avant de prendre sa (jolie) plume. Chaque chapitre est titré de l’un de ses albums de 1984 à 2004, ceux que Parlophone (Warner) met en avant sur trois disques de 50 chansons, regroupées dans Réminiscences, un coffret pratique d’utilisation.

Y a des bons mais…

Là où le bat blesse, c’est dans la restauration inégale (si tant est qu’elle ait été effectuée) des titres. Sur le deuxième disque du coffret Réminiscences, cela s’entend spécialement sur Johnny Johnny plus forte en volume que Y a des bons… sorti pourtant quatre ans plus tard. Même chose pour les titres Désir d’insolence en 2000 et Les amants de Castille en 2003. Assez étonnant à l’heure où la musique se redécouvre en haute définition via Apple Music, Spotify, Deezer, les vinyls ou grâce encore aux pétitions de fans acharnés pour obtenir des versions restaurées de grandes icônes. La chanteuse avait pourtant sollicité ses fans via Twitter pour leur demander de leur envoyer leurs titres préférés pour les soumettre à Warner Music.

Jeanne Mas photo
© Christopher Mas

On apprécie néanmoins dans ce Réminiscences le mélange de toutes les périodes, donc d’un ordre non-chronologique, car nous trouvons que la carrière de l’artiste dévoile une belle homogénéité malgré des médias qui ont durant tant d’années essayé de faire penser le contraire.

Caméléon incompris

Dans le livre Réminiscences, Jeanne Mas parle énormément, en filigrane, des normes et des cases. Elle s’est réinventée tant de fois (17 disques !) et même en revenant aux synthés des années 80, elle a vu beaucoup de portes se fermer (dont celles de Canal+). Une lettre écrite au président de la République François Mitterand en septembre 1989 et des paroles plus dures sur l’actualité de cette époque déstabilisent également le grand public et les journalistes se mettent à… l’abattre ! En interprétant La Bête Libre deux ans plus tôt, Jeanne Mas n’avait que trop bien anticipé ce qu’elle allait devenir.

Réminiscences est ainsi l’ouvrage d’une artiste apaisée ayant pu compter sur sa propre volonté et sa grande positivité intérieure pour passer outre les critiques et les dénigrements inhérents au monde du show-business. Avec dignité et caractère, Jeanne Mas s’est respectée et elle peut en être fière.

En savoir plus :

  • Réminiscences, l’autobiographie artistique de Jeanne Mas, éditions Flammarion, 15 mai 2019, 272 pages, 19,90€
    La maison d’édition vous propose de feuilleter les 25 premières pages sur ce lien
  • Réminiscences, le triple best-of de 50 chansons lié à la biographie, est paru chez Warner Music France (label Parlophone) le 17 mai 2019
  • Goodbye Je reviendrai, un album de reprises signé Jeanne Mas est disponible à la vente depuis le 31 mai 2019 sur le label Rock and Movies
  • Jeanne Mas était le 25 mai 2019 au BHV Marais de Paris pour rencontrer ses lecteurs et dédicacer le livre Réminiscences
  • Concerts annoncés à L’Olympia (Paris 9e) par Cheyenne Productions les 8 et 9 avril 2020

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi
Luigi Lattuca

Un commentaire

  1. David de Montauban

    Magnifique article de Monsieur Lattuca concernant pour moi l’une des artistes les plus talentueuses (et aussi des plus incomprises) de la chanson française.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :