enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Deux fils » (2019) de Félix Moati

[Critique] « Deux fils » (2019) de Félix Moati

Deux fils de Félix Moati, sur les péripéties d’une famille composée de trois hommes, est sorti dans les salles de cinéma le 13 février 2019. L’avis et critique film de Bulles de Culture sur cette oeuvre avec Vincent Lacoste et Benoit Poelvoorde.

Synopsis :

Joseph (Benoit Poelvoorde) et ses deux fils, Joachim (Vincent Lacoste) et Ivan (Mathieu Capella), formaient une famille très soudée. Mais Ivan, le plus jeune, collégien hors norme en pleine crise mystique, est en colère contre ses deux modèles qu’il voit s’effondrer. Car son grand frère Joachim ressasse inlassablement sa dernière rupture amoureuse, au prix de mettre en péril ses études de psychiatrie. Et son père a décidé de troquer sa carrière réussie de médecin pour celle d’écrivain raté. Pourtant, ces trois hommes ne cessent de veiller les uns sur les autres et de rechercher, non sans une certaine maladresse, de l’amour…

Deux fils : premier film touchant pour Félix Moati

Deux fils critique film avis Photo Benoît Poelvoorde, Mathieu Capella, Vincent Lacoste
© Nord Ouest Films / Victor Moati

Félix Moati livre un premier film en tant que réalisateur touchant et simple. Dans Deux Fils, la part belle est faite au mélange entre drame et comédie. A l’instar de la scène d’ouverture où l’on voit Benoit Poelvoorde plein de pitreries tester un cercueil. Le film aborde principalement le thème de l’absence. Le manque d’une figure maternelle, un amour déchu, la course vers l’estime de soi, voilà autant de sujets qui rythment la vie des protagonistes. Leurs manques vont créer un attachement particulier pour ces êtres bourrus mais fragiles. 

Deux fils a également le souci de la transgression. La construction du personnage d’Ivan est l’occasion pour le réalisateur de jouer avec les interdit. Le jeune collégien boit, fume. Il est même pris d’une crise religieuse existentialiste. La transgression est pourtant admise dans cette famille iconoclaste aux tolérances exacerbée. Les dialogues très soutenus sont le reflet d’une écriture intelligente, à laquelle la désinvolture de Vincent Lacoste se marie à la perfection. L’acteur devient au fil du temps la nouvelle icône moderne du cinéma d’auteur, digne successeur d’un Louis Garell

La caméra se ballade dans les quartiers de Paris avec allégresse. Félix Moati y capte ainsi une atmosphère, à la manière d’un jeune artiste de la nouvelle Nouvelle vague. On peut cependant reprocher à Deux fils ce manque de consistance. Certes, l’histoire n’a pas forcément de fond puisqu’elle raconte un pan de vie. Cependant, il s’agit plus de se laisser bercer par ce tendre récit individuel que d’en tirer une étude sociologique sur les fratries d’aujourd’hui. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 13/02/2019
  • Distribution France : Le Pacte
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.