enfr
Accueil / MUSIQUE / ALBUMS / EP / [Critique] Mylène Farmer fait sa « Désobéissance » (2018) : Déroutant et inabouti
Mylène Farmer image album de musique Désobéissance

[Critique] Mylène Farmer fait sa « Désobéissance » (2018) : Déroutant et inabouti

L’icône française, aujourd’hui affublée de tous les superlatifs, a teasé cet album dès la fin de l’hiver dernier. Après deux passages au journal de TF1 en à peine six mois, le public a désormais dans les oreilles ce Désobéissance, réalisé avec le DJ Feder et la chanteuse LP. L’avis et critique musique mitigée de Bulles de Culture.

Désobéissance… mais toujours les mêmes thèmes

Mylène Farmer, plus besoin de la présenter. Après tout, ses renouvellements musicaux ne séduisent plus qu’une petite poignée de jeunes gens. Sa future résidence à Paris La Défense Arena de Nanterre dès le 7 juin 2019 — dont la mise en vente a fait beaucoup parler pour ses quelques 120.000 places vendues sur un week-end — est donc surtout pour un public composé de fans de 30 à 60 ans. Un public qui permet à l’album Désobéissance, onzième effort studio de la libertine produit à 70% par le DJ français Feder, de se placer directement n°1 des ventes sur iTunes. Le disque est sorti pile pour le début de l’automne et c’est tant mieux car Mylène Farmer y souffre encore, retrouve sa mélancolie d’antan sur un électro passe-partout.

Crise de l’âge ou crise d’une artiste embourgeoisée qui ne fait que se répéter — au risque de devenir tiède, son pire cauchemar voici des années — depuis trop de disques et pour qui l’important, c’est d’aimer ?

Des habitudes non gommées

Le titre éponyme Désobéissance, que RFM — futur partenaire des concerts 2019 de la rouquine — a annoncé dans Le Meilleur des Réveils le mardi 2 octobre 2018 comme le troisième single officiel de l’album, n’est pas un énième hymne lancinant à Désenchantée (1991) ou… à Dégénération (2008) puisque Mylène Farmer parle elle-même de trilogie. Oui, car elle en a fait la promotion déjà mais dans ses médias habituels, attention !

Même si la communication de l’artiste évolue — grâce notamment à une signature chez #NP, le nouveau label de son ami Pascal Nègre avec le groupe M6 — qui a aussi signé Zazie, Mylène Farmer reste dans ses habitudes et c’est bien ça que nous lui reprochons aujourd’hui après déjà trois écoutes de ce Désobéissance pour écrire cette chronique. Elle doit piquer les yeux des ultra fans et même si nous n’irons pas jusqu’à dire que Désobéissance est un mauvais disque (la liste des qualités est à suivre), il faut reconnaître qu’une partie de lui nous a ennuyés…

Histoires de fesses pour une guerrière de papier

Mylène Farmer semble dégueuler sur les puissants : les hommes politiques, les hommes des médias qui font et défont les réputations… sur Histoires de fesses. Un titre osé dans l’album Désobéissance — où elle se mouille un peu enfin ! — qui est presque un clin d’œil après ses premiers succès et ses premiers clips. L’un des rares, un peu ovni à la Porno-Graphique, à rester dans l’oreille et à posséder le « + » intéressant. Il semble même s’inspirer de la discographie de Stromae ! Lui succède un décousu Get Up Girl, pas du tout sur le mouvement #MeToo comme certains le prédisaient sur le net mais plutôt un titre où elle parle de son plâtre d’il y a trois ans — en pleine écriture du précédent disque, le plus poétique Interstellaires, où elle n’y faisait pourtant aucune allusion !

Serait-elle devenue commune ? Un peu, on sent que son personnage lui pèse… ou elle l’aime et s’y blottit chaudement. Pourtant, elle dit vouloir combattre à tout prix l’ennui — « et dans ma prison de verre ». Or, ce sont les Madame Bovary oisives qui parlent généralement comme ça. Donc, dans Désobéissance, Mylène Farmer bouscule car on ne sait comment prendre le projet. Feder disait qu’elle avait envie de dire de nouvelles choses. Nous nous permettrons donc de le contredire : les « putains de mélancolie », « oublier la vie » et « rêver trop fort » sont là pour montrer le non-renouvellement du champ lexical.

Pourtant, la pochette semblait donner le ton. Superbe en guerrière romantique façon Libertine, la chanteuse pose pour Jean-Baptiste Mondino… qui a lui-même insufflé cette idée. Sur le plateau du Journal de 20h de TF1 le dimanche 30 septembre 2018, Mylène Farmer a semblé néanmoins avoir été passive dans ce shooting. Énième déception venant d’une artiste qui semble trop gâter… et même très triste. Au point de faire la publicité depuis des mois de l’album, par sa voix ou celle de collaborateurs, comme d’un produit « dark et sexy ». Désobéissance nous a plutôt foutu un peu le bourdon, quel dommage !

Posture de bourgeoise

En résumé : l’album Désobéissance bénéficie d’une écriture plus simple, plus dépouillée mais toujours auto-centrée. Vraiment dommage de la part d’une artiste qu’on sent pourtant plus intelligente et fine. Sa façon de croquer le monde doit valoir le détour, mais trop enfermée dans une posture de bourgeoise, Mylène Farmer déçoit et va, comme toujours, certainement se rattraper sur scène.

En savoir plus :

  • Désobéissance de Mylène Farmer est disponible depuis le 28 septembre 2018 sur le label #NP et en distribution chez Sony Music Entertainment
  • Mylène Farmer sera en concert partir du 7 juin 2019 pour huit dates actuellement annoncées sur la scène de Paris La Défense Arena de Nanterre

Produits disponibles sur Amazon.fr

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    17 Commentaires

    1. Qu’est-ce que vous appelez une « posture de bourgeoise » ??? David Gilmour, Mick Jagger, feu Serge Gainsbourg et David Bowie sont-ils ou étaient-ils des « bourgeois » pour avoir réussi leur carrière ? Ce terme appliqué à des artistes n’a aucun sens.

    2. Critique qui manque un peu de sérieux et qui ne se résume qu’à des attaques simplistes. Qu’on puisse ne pas aimer ce disque, c’est tout à fait normal, il est déroutant mais très abouti néanmoins ! Son meilleur album depuis Avant que l’ombre. Feder redonne un goût nouveau au son Farmer qui commençait à dater même si Interstellaire avait déjà réhaussé le niveau. De l’originalité il y en a : Get Up Girl qui n’est pas du tout décousu et dont l’air lancinant nous hypnotise, le mystérieux et surprenant Prière qui parle du cancer, Histoire de fesses, je ne le présente pas, Rolling Stone, qui a divisé les fans mais qui annonçait cette nouvelle ère, Sentimentale qui rappelle un peu Indochine et qui traite, peut-être, du suicide. Bref, Mylène n’écrit plus à la Innamoramento et il faudra s’y faire, mais les paroles sont moins niaises que sur Bleu Noir, Monkey Me ou Interstellaire.

      Enfin, non Mylène n’intéresse pas une poignée de fans, c’est juste que le marché du disque a drastiquement changé et que Mylène n’y est pas habituée. Mais 90 000 ventes en une semaine, c’est bien mieux que les 16 000 de Chris (l’artiste qui a vendu des millions pourtant…), que Zazie avec 20 000 qui faisait un retour en force. Bref, 120 000 billets en un week-end, beaucoup d’artistes aimeraient le faire. Et puis, une artiste qui a 35 ans de carrière ne peut vendre des millions comme dans le temps. Et puis la critique de « bourgeoise » ? Quelques explications s’il vous plait ?

    3. Mylène, c’est un syndrome connu, celui de l’artiste qui n’a plus rien à dire.
      Elle qui a construit sa carrière sur un univers assez sombre, limite gothique (faudra m’expliquer un jour comment elle a chopé le statut d’icône gay sur la seule fois de quelques titres), elle a visiblement trouvé le bonheur et la stabilité sur le tard.

      Et c’est bien connu, le bonheur ça ne fait pas de bons albums. D’autres ont connus ça dans le passé : Trent Reznor de NIN par exemple est confronté au même problème.

      Et puis il y a un autre souci. Une volonté de sonner plus moderne, de se réinventer, de toucher un nouveau public.
      En témoigne cette utilisation/collaboration avec des DJ à la mode : The Avener, Feder, Red One (qui avait officié sur le premier album de Lady Gaga).
      Mais elle est face à un problème qui semble insoluble : comment se réinventer sans perdre son identité? C’est un dilemme philosophique assez courant chez les artistes et Mylène ne semble pas trouver la solution.

      Elle essaie. Elle tâtonne. Pour un résultat toujours mitigé.

      «Interstellaire» était plutôt sympa. Réécouté récemment, je l’ai revu à la hausse, je le trouve assez varié dans ses ambiances.

      «Désobéissance» n’est pas un mauvais album, juste un album moyen. Il n’a pas la réussite de ses meilleurs travaux («Anamorphosé» dans lequel Mylène se réinventait en femme forte, sexy et libérée, dans un album plus rock, «Innamoramento» qui poursuivait dans une veine plus poétique» ), il n’est pas aussi mauvais que la trilogie «Point de Sutures», «Bleu Noir», «Monkey Me» (qui associaient mauvais gout musical à base de techno qui accusait 20 ans de retard et jacquette moche).

      Il faut se faire une raison. Mylène ne ressortira plus d’album majeur.
      Comme d’autres avant elle, la point d’orgue de sa carrière est passé. Comme Justin Broadrick, comme Depeche Mode (encore que Dave Gahan et sa bande ne vieillissent pas trop mal), comme U2 (bon ok, ce n’est pas encore si catastrophique que Bono et ses potes, qui n’ont rien sorti de titre ne serait-ce que vaguement écoutable depuis 30 ans)…

      C’est pas grave, elle sait que ça se vendra quand même et qu’elle n’a plus grand chose à prouver. Elle le disait dans le passé : Mylène s’en fout.

    4. Ce journaliste n’y connaît pas grand chose dommage .
      Un article qui ne sert à rien

    5. Bulles de culture ? Essayer plutôt de savoir que veut dire bulle de cultures dans le dictionnaire… j’aime pas l’artiste mais celui qui a écris ça n’a vraiment aucune culture mais la critique facile doit être sont passe temps

    6. Sébastien Almira

      Pas mal le commentaire de Nalco !
      Contrairement à cet article qui se veut critique tout en restant en surface et en alignant des « arguments » sans queue ni tête dans un français d’apparence soutenue mais finalement approximatif et plein de contradictions (« Mylène Farmer, plus besoin de la présenter. Après tout, ses renouvellements musicaux ne séduisent plus qu’une petite poignée de jeunes gens. » >> alors ? Besoin de la presenter ou pas ? « Apres tout » est censé précéder un argument qui abonde dans le même sens… enfin bref la leçon de français peut durer longtemps)

      Je trouve au contraire que Mylène Farmer parvient enfin à quelque chose de bon, de novateur et de fédérateur. Ça faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Désobéissance est un très bon album qui fait oublier les trois précédents !

    7. Du gros n’importe quo cette critique i surtout que ce nouvel album est très loin le meilleur depuis à l’ombre
      Du pure mylene farmer avec un arrangement d’un des meilleur du. Rien à jeter. Tout simplement une pure merveille. J’attends avec hâte le concert,

    8. Décevante et irréaliste cette critique car en tant que fan,je trouve que cet album est une merveille

    9. Il est rare que je laisse un commentaire mais là ça me fout hors de moi. Passe encore votre mépris palpable pour Mylène Farmer et votre obligation d’écrire à contre coeur un article pour obéir à votre patron peut-être. Les derniers albums de cette artiste ont éloigné beaucoup de ses fans, c’est mon cas je n’aimais plus Mylène Farmer. On lui a reproché sa rupture avec Laurent boutonnat à qui on doit ses meilleurs réalisations. Voilà qu’elle nous replonge enfin dans son univers gothico sexuel bourgeois comme vous dites et vous le lui reprochez. La blague. Histoire de fesse justement est parfaitement représentative d’une envie sexuelle vicieuse presque du voyeurisme. Tout ce qu’on attendait de retrouver de Mylène. Une suite à libertine et pourvus qu’elle soit douce ; titre auxquels elle fait justement référence de manière explicite dans tout ce nouvel album. On en avait marre d’exprimer notre côté velours noir à travers des chansons des années 80 on voulait le même univers, la même expression sur du 2018. C’est fait et c’est un beau pied de nez. Histoire de fesses puisque vous en parlez reste en tête comme un désir non assouvi. Pari tenu. J’aime cet album.

    10. Cet article est mal écrit : il porte des jugements sans argumentation. On se croirait dans le magasine voici

    11. Mottin Marie francoise

      Je suis fan depuis le premier disque quoi que vous puissiez en dire les journalistes les fans seront toujours la .Essayez d’en faire autant avant de critiquer

    12. Mélanie Houis--Casati

      Je ne commente jamais mais cet article est tellement pourri et infondé
      Un petit complexe d’infériorité que ce « journaliste » ressent peut-être pour qualifier Mylène Farmer de « bourgeoise » ? Elle est simplement élégante, et j’ajoute qu’elle travaille énormément, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’autres artistes qui eux ont pourtant le droit à des articles beaucoup plus élogieux… Mais enfin, ce n’est que peu étonnant : le monde est ainsi.

    13. Mdr monsieur il et juste jaloux Mylène farmer et la plus grande des chanteuses de tout les temps l’album désobéissance et simple ok mes temp que ses fans aime ses le principal et mylene j’ai hâte d’être au moi de juin =) paris nous voila

    14. Je n’aime pas tellement le dernier disque de Mylène Farmer ( tout comme le précédent je le trouve fade) mais pourquoi la qualifier de « bourgeoise » ? On n’est pas dans un meeting du NPA ou de la FI ici ! Mylène Farmer restera quoi qu’il arrive une artiste exceptionnelle, il suffit de réécouter les albums « Ainsi Soit-je » et « Anamorphosée » pour s’en persuader, et elle a d’ailleurs de nombreux fans à l’étranger, dont beaucoup non francophones.

    15. bourré de fautes chronologiques, votre critique est trop personnelle. Des fautes aussi sur le sens des chansons, sur la pochette vous êtes à coté de la plaque ! Mondino a dit lui même qu’il voulait une photo empirique ! avec tout les attraits qui vont avec. Mais vous bossez comment ? mal renseigné, l’album est reconnu comme beaucoup plus abouti qu' »Interstellaire » que vous citez. Et musicalement quand vous avez LP et Feder, ne me dites pas que cela peut être identique qu’avant ? C’est impossible. Revoyez votre copie aussi et vous verrez que le chant lexical est bien différent au vu des titres et des chansons avec des parties en anglais.

    16. Une merveille ? Ah ah ..Du grand n’importe quoi ta critique. On sent le fan qui n’est pas sorti de sa grotte depuis maman a tort et raconte des âneries.

    17. alors moi, en acheteuse des albums (tous) depuis les débuts, je n’ai pas aimé celui ci au départ…. J’avais bcp aimé les 3 précédents et celui ci m’ennuyait;;; jusqu’au jour où je l’ai écouté en boucle dans la voiture sur une longue distance, eh bien, j’ai revu ma copie: j’aime bcp!

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :