//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / MUSIQUE / ALBUMS / EP / [Critique] « Exil » (2018) d’Axelle Red : De nouveaux refrains passionnés, inspirés et colorés
Axelle Red EXIL COVER
© Jan Welters

[Critique] « Exil » (2018) d’Axelle Red : De nouveaux refrains passionnés, inspirés et colorés

Axelle Red revient ! Et avec elle, la magie opère toujours. Exil est son quatorzième album. Toujours romantique et habitée, elle propose une œuvre organique et à la dimension amoureuse en parlant d’exaltation et de déracinement. L’avis et critique de Bulles de Culture.

Axelle Red a besoin d’Exil

Exil : avec un titre pareil, l’artiste belge se devait de proposer un disque frais. Et c’est l’impression qu’il donne dès les deux premiers titres, dont le single Who’s Gonna Help You qui a surpris par son clip. Toujours classe et langoureuse, Axelle Red propose 11 nouvelles pistes pour un disque d’une durée totale de 40 minutes entre soul (surtout), pop et électro. Des premiers indices avaient d’ailleurs fait pressentir que cette nouvelle pièce de sa carrière serait plus lumineuse et positive que Rouge Ardent, le single chargé de lancer le disque du même nom en 2014. En 2018, au cœur d’une actualité médiatique relativement sinistre, Axelle Red n’a qu’un seul mot d’ordre : l’exil !

Un album stimulant et solaire

Exil, une galette stimulante et solaire où l’auditeur ressent tout le plaisir de l’artiste à chanter à nouveau. Avec cœur et passion, Axelle Red a de toute façon toujours livré des disques où elle aime ressentir la force des instruments — comme ici, sur la piste Le Grand Retour. Des disques à la fois idéaux pour — au choix — créer une musique d’ambiance, danser ou s’évader dans des pensées mélancoliques. Les médias belges s’exclament déjà d’ailleurs de ce retour comme d’un… retour aux sources justement ! Mais elle le chante : le plus beau reste à venir.

Une carrière riche

Petit rappel de qui est Axelle Red pour conclure cet article sur son quatorzième album, Exil : diplômée en droit et élevée au son d’Elvis, de Stax, de Motown et du Tapestry de Carole King, Docteur honoris causa de l’université d’Hasselt (Belgique) en 2008,  détentrice d’une Victoire de la Musique (« Artiste féminine de l’année » en 1999) et d’un NRJ Music Award (Meilleur duo pour Manhattan-Kaboul avec Renaud en 2002), chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, décorée de l’ordre de la Couronne, ambassadrice de l’Unicef depuis 1997 (et désormais aussi de Handicap International), icône de la mode — Martin Margiela, Véronique Leroy, A.F. Vandevorst, Christian Wijnants et Elvis Pompilio lui ont offert des vêtements et des chapeaux exposés il y a quelques années dans un musée d’Hasselt — et reconnue pour ses tubes pop (Kennedy BoulevardSensualité, Rester femme , Ma prièreParce que c’est toi, Ce matin). On va d’ailleurs aller s’en réécouter un pour finir.

En savoir plus :

  • Exil d’Axelle Red est sorti le vendredi 16 mars 2018 chez Universal Music Belgium en Belgique et Play Two en France
  • Une seule date de concert est annoncée pour le moment : le 2 juin 2018 à l’Ancienne Belgique (AB) de Bruxelles

Produits disponibles sur Amazon.fr

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Laisser un commentaire