//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [CRITIQUE] “Priscilla Folle du Desert” (2017) la comédie musicale
Priscilla Folle du Desert affiche

♥ [CRITIQUE] “Priscilla Folle du Desert” (2017) la comédie musicale

La comédie musicale Priscilla Folle du Desert (2017) est actuellement au Casino de Paris pour 50 dates avant de sillonner les routes des Zenith de France. Bulles de Culture a vu le spectacle le plus disco du moment le 8 mars 2017. Notre critique enthousiaste. 

Synopsis :

Trois amis qui s’apprêtent à traverser le désert Australien de Sydney à Alice Springs pour y présenter leur spectacle de Drag Queen. Ils optent pour un bus qu’ils baptisent Priscilla pour le voyage de leur vie.

Priscilla Folle du Desert à la conquête de la scène française

 

Priscilla Folle du Desert image
© Pascal Ito

 

Priscilla Folle du Desert est à la base un film australien de Stephan Elliott réunissant notamment Guy Pearce, Terence Stamp et Hugo Weaving dans les trois rôles titres. En 1994, ce road trip, construit autour des meilleurs tubes disco, bouleverse la croisette du Festival de Cannes et obtient le prix du public, avant l’année suivante de remporter l’Oscar des meilleurs costumes. L’oeuvre est un tel emballement à travers le monde qu’elle fût rapidement adaptée en comédie musicale à Broadway, Londres, puis aujourd’hui Paris.

Une folle réussite

 

Priscilla Folle du Desert image
© Pascal Ito

 

Alors que le spectacle Saturday Night Fever occupe les planches françaises, Priscilla Folle du Desert pouvait s’ouvrir de la comparaison. Pas de tête d’affiche connue, une salle plus petite et une promotion moins imposante, nos Drag Queens étaient outsiders. Et pourtant, la comédie musicale arrive complètement à renverser la vapeur grâce à un mélange d’ingrédients sublimes.

Tout d’abord, à l’instar de Mamma Mia, Priscilla Folle du Desert opte pour une bande son du tonnerre. On y retrouve tous les bons sons Disco : Kylie Minogue, Madonna, Gloria Gaynor, Aretha Franklin. Rien de mieux qu’un Material Girls pour se trémousser sur sa chaise et pour avoir la patate.

 

Costumes et paillettes envahissent la scène

 

Mais une bande son sans visuel, cela ne suffit pas. Pour l’adaptation sur scène de Priscilla Folle du Desert, le metteur en scène, Philippe Hersen, est à la hauteur de l’Oscar obtenu pour le film. Pour la pièce, près de 300 costumes et 200 perruques surgiront à un rythme effréné au Casino de Paris. Le changement d’habits à paillettes est tel qu’il donne un effet euphorisant au spectacle. On y voit autant de froufrou que de robes excentriques qui semblent tout droit sortir de la commode de Lady Gaga. Devant ce défilé, on suspecte une activité débordante des habilleuses en coulisse.

 

Priscilla Folle du Desert image
© Pascal Ito

 

Il y a en effet énormément de monde sur scène. La troupe de Priscilla Folle du Desert est en effet composée de 25 comédiens/ chanteurs. On reconnait dans l’ensemble vocal notamment Amyalya Delepierre ou Ana Ka, transfuges des plateaux de l’émission TF1 The Voice. Leurs prestations sont très fidèles aux chansons originales. On peut néanmoins reprocher aux producteurs de ne pas avoir assez recruté de choristes. En cela, la reprise de I Say A Little Prayer d’Aretha Franklin manque de corps faute d’une chorale suffisante.

 

 

Le trio de tête est super : Laurent Ban, Jimmy Bourcereau et David Alexis. Ils s’immergent dans un univers Drag Queen qui n’est pas forcément le leur. Ils le font sans complexe, notamment avec des tenues parfois très échancrées. Plus particulièrement, David Alexis campe le personnage de Bernadette en lui donnant grâce et humour. Notre moment coup de coeur résulte cependant du numéro d’Alice Lyn qui, en interprétant Pop Muzik de M, nous fera tellement rire avec ces balles de ping-pong.

 

 

Avec cette comédie musicale sur scène, Priscilla Folle du Desert garde les fondamentaux originels de film : le road trip. Grâce aux décors, et surtout au bus motorisé, on voyage avec les personnages principaux à travers le désert australien.

On sort très agréablement surpris de cette représentation. Fondamentalement, le spectacle à voir en ce moment !

 

En savoir plus  :

  • Priscilla Folle du Desert au Casino de Paris (Paris, France) jusqu’au 6 mai 2017, puis en tournée dans les Zenith de France.
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

2 Commentaires

  1. De mon côté je trouve cette version parisienne assez décevante par rapport à celle de Londres. Celle de Londres avait beaucoup plus d’humour, de scènes drôles, les costumes aussi portaient cet humour (ex: scène des cups cake supprimée dans la version parisienne ). Le final de la version londonienne était grandiose sur un I’ll survive mémorable, ici en comparaison il est beaucoup plus terne. Pour moi cette version parisienne est une déception.

  2. Très bien si on n’a jamais vu la version de Broadway ou de Londres.
    Mais décevant si on connait ces versions originales: Musiques enregistrée (au lieu d’avoir des vrais musiciens, ce qui est la base pour une comédie musicale), tableaux réduits, performances vocales minimalistes, enchainements passables, manque d’humour, jeu un peu plat.
    Mais très bonne énergie des danseurs!! Trés beaux costumes ( même si les plus loufoques ont été supprimés), et bon moment quand même.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :